jeudi 27 mai 2010

874 - L'Islam, peste des Dupont-Lajoie

Les musulmans sont en train de devenir la nouvelle peste à combattre dans la société française.

Un racisme anti Islam se répand dans toutes les directions : depuis la rue infestée de Dupont trouillards et haineux jusque dans les récents textes de lois dictés par une Marianne solennelle et impartiale engoncée dans sa toge aux plis républicains décidément rigides, en passant par les supposés indifférents, les traditionnels sans-avis malheureusement contaminés par l'air du temps, eux aussi...

L'inconscient collectif est au rejet des musulmans.

Dans cette atmosphère survoltée, trouble, malsaine où la moindre allusion à l'érection d'une mosquée ou évocation de l'ombre d'un voile suscite des débats télévisés passionnés, de virulentes polémiques d'envergure nationale, des réflexions sur des projets de lois liberticides (pour ne pas dire franchement racistes à l'égard de la communauté musulmane), comment ne pas faire de rapprochement avec les puanteurs de l'Allemagne de 1933 ?

Comme au temps de la stigmatisation des Juifs, le poison est insidieux : ça commence de façon "inoffensive" par des débats publics, des émissions de télévision, des articles de journaux, des prises de position politiques...

Où cela finira-t-il ?

Le culte musulman, pourtant deuxième religion en France par le nombre des adeptes, depuis toujours bien établi sur notre sol et, au même titre que le culte catholique, quasi "étatisé" dans les esprits pourrait-on dire, devient peu à peu la religion ennemie aux yeux du français moyen influencé par les "idées en vogue".

Si bien qu'être musulman actuellement en France, sortir en djellaba pour les hommes, voilées pour les femmes, c'est déjà faire acte de courage, de rébellion. Vouloir marquer son appartenance à l'Islam sur les lieux publics est en passe d'être considéré comme un acte anti-républicain dans l'opinion publique !

C'est grave. Cela signifie que porter le voile, la djellaba devient, me semble-t-il, plus un geste politique qu'un acte de foi religieuse. A force de dénoncer les signes distinctifs de l'Islam, la république française les a transformé en bombes emblématiques. Après la guerre aux symboles, la guerre aux hommes ? Les conflits physiques commencent toujours par la discorde des esprits.

Cette république dévoyée qui sous des dehors louables et proprets se targue de vouloir défendre de prétendus principes de neutralité, d'égalité, de tolérance et qui en réalité pue l'islamophobie me dégoûte !

C'est bien connu, qui veut se débarrasser de son chien l'accuse d'avoir la rage.

La vérité est qu'avec ses valeurs trop élevées pour les normes de notre pays, le musulman dérange. Pire : il ne ressemble tout simplement pas au bon français blanc. Par sa différence ethnique (cela n'est bien sûr pas systématique mais dans leur grande majorité les musulmans de France sont des Arabes et des Magrébins), par son dégoût de la chair porcine, par sa fidélité aux préceptes de sa religion, le musulman est l'ennemi désigné de notre culture paillarde, défroquée, alcoolique.

Attention, je ne condamne par notre belle culture française ici ! Je suis français à cent pour cent moi aussi. J'aime mon pays, j'aime boire, railler les curés, défier le Ciel, trousser les jupons et banqueter (à la différence que, comme les musulmans, je ne consomme pas de porc), sauf que, sans pour autant adopter les moeurs admirables des musulmans (je tiens à garder ma culture), je m'élève contre cette intolérance consistant à condamner la vertu des musulmans tout en faisant la promotion de nos propres vices !

Je trouve très salutaire la présence dans notre société des musulmans : ils contrebalancent nos excès.

Nous mangeons du porc, eux non. Nous nous enivrons de bon vin, eux pas. Ils vont de plus en plus à la mosquée, nous de moins en moins à l'église. Où est le problème ? Leurs femmes portent pudiquement le voile, les nôtres se font honteusement avorter. Que leur reprochent-ont ? N'ont-ils pas le droit de choisir une vie décente, vertueuse, saine ?

Mon respect pour la religion musulmane ne signifie nullement que j'excuse les excès des mauvais fidèles fous fanatiques prêts à tuer pour défendre leur cause... Ce n'est pas parce que je dénonce les vices des catholiques et de leur république hypocrite qui alcoolise son peuple, abruti ses jeunes, "cochonise" ses citoyens, fait avorter ses femmes, que je ne dénonce pas ceux des mauvais musulmans. Je n'ai jamais fait la promotion des criminels, terroristes et tyrans dans ma défense de la culture musulmane, contrairement à ce que prétendent mes détracteurs.

Je condamne avec la même ardeur l'intolérance et la bêtise des catholiques à l'égard des musulmans en général que la folie meurtrière des musulmans fanatiques, haineux envers l'Occident.

Non les musulmans ne sont pas un danger pour la France, non l'Islam n'est pas une religion de gens à la mentalité archaïque, non les mosquées ne sont pas des repaires de terroristes prêts à en découdre avec la société française !

Ces grotesques idées reçues sur les musulmans sont indignes d'un pays comme le nôtre avec ses traditions d'ouverture, de Lumières, d'humanisme.

La vérité, c'est que sous l'effet de je ne sais quel venin (les médias, la télévision, l'effondrement du niveau scolaire, l'alcool peut-être) notre république est purement et simplement devenue raciste.


VOIR LES CINQ VIDÉOS :

mardi 25 mai 2010

873 - Les oeillères de l'enfance

Enfant, je croyais plus que tout aux vérités de laboratoires : la science, les mathématiques, l'algèbre, la logique, les lois visibles, les réalités palpables, l'intelligibilité matérielle des choses, l'évidence des concepts... Telles étaient les clés du monde qui m'entourait. Les seules pensais-je, avec mes manuels scolaires pour Bible, le soleil pour repère, la table de multiplications pour lois.

Dès l'âge de raison, le monde avait pris pour moi la forme rassurante, implacable d'une vaste pensée cartésienne débarrassée d'inutile beauté et d'émotion superflue.

J'avais des bornes en moi, celles de la puérilité qui ne voit les choses que de piètre hauteur. Les enfants sont sots : ils ne voient rien d'autre que la science au-delà de l'horizon qu'ils s'amusent à calculer, mesurer, n'imaginent que des atomes sous leur oreiller, n'accordant aucun sens à leurs songes, ne veulent rien savoir de l'Univers qui n'entre pas dans leur docte cervelle nouvellement imprégnée d'inflexible raison !

Comme tous les gosses de sept ans, j'étais un âne.

Mais très vite ma vue grossière du monde s'affina, le bagage purement rationnel me tenant lieu d'intelligence ne pouvant suffire pour appréhender ce qui dépassait du cadre. Je constatais que plus le contenu de mes manuels à l'école était dense, ramassé, et donc censé être indiscutable, plus la marge était grande autour de ces austères vérités... Ce qui me laissait d'autant plus de place pour dessiner des moutons et des roses tout autour.

C'est en devenant adulte que je compris tout. Là, la poésie s'ajoutait aux mathématiques, le mystère à la science, la beauté aux explications rationnelles... Pour donner son relief à la vie. Ecolier, j'étais bêtement matérialiste. Tout avait une explication, il suffisait d'ouvrir les manuels, de faire confiance aux savants, à la raison, à l'éducation nationale.

Peu à peu, derrière le froid calcul je découvrais la lumière.

Sous le plomb de la pensée rigoureuse, je percevais des plumes de subtilité, des arabesques d'esprit, des sinuosités poétiques qui se combinaient à la matière pour former la Réalité. Ainsi le carbone devenait principe vital plein de sens, le simple brin d'herbe miracle, l'eau merveilleuse énigme, entre infinie complexité chimique et infinie simplicité spirituelle... Même les formules mathématiques les plus rébarbatives avaient pour moi leur beauté intrinsèque : il me suffisait de porter un regard divin sur les chiffres pour qu'ils se mettent à briller. Je sentais que l'ordre procédait d'une essence supérieure, que les formes de la nature étaient calquées sur des figures célestes, enfin que l'invisible guidait le monde.

Si bien que plus je m'éloignais de l'enfance, plus je devenais rêveur, émerveillé, sensible, pur.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/21007887cc8412daa9090dcdc3edbe3c/

https://rutube.ru/video/50c39ed09db349088b92f0ca6b31213d/

http://www.dailymotion.com/video/x43zbiy

lundi 17 mai 2010

QUI EST JEAN-PIERRE HERLANT ?

Je me réjouis du succès de Jean-Pïerre HERLANT qui donne une bonne leçon d'humilité aux intellectuels vaniteux et aux politiques arrivistes.

Lui il a percé avec rien, juste par sa simplicité et sa naïveté quand des pontes échouent en déployant leur prétendue "science en communication" et autres gros budgets de "com".

HERLANT ridiculise royalement ces messieurs de la "com" pétris de doctes sottises....

Etre soi-même, tel est le secret du succès.

Il est indéniable que le succès fulgurant des vidéos de Jean-Pierre HERLANT (ayant entraîné sa médiatisation) provoque l'envie, la jalousie, la rage, voire la haine de bien des moqueurs...

Le coup de génie involontaire de monsieur HERLANT : la simplicité.

Cette sincérité du coeur, ce bon sens populaire, cette fraicheur du propos, cette authenticité sont les secrets de Jean-Pierre, loin, très loin des discours empesés, calculés et vaniteux des intellectuels et politiques obsédés par leur image...

Lui, son image, il s'en moque totalement.

Avec sa seule naïveté il aura réussi à percer là où bien avant lui maints spécialistes de la "com" cyniques et hautains avec de gros moyens, du travail et de la patience ont souvent échoué. En un temps record et sans le moindre budget ni aucun effort il s'est hissé au sommet de la renommée.

Coup de maître.

Jean-Pierre, c'est la revanche cinglante de l'anonyme provincial sur le système médiatique parisien.

Pas besoin de cours de communications poussés ni d'études marketing avec Jean-Pierre : sa tête lui suffit.

Sa bobine c'est son passeport pour Paname.

Ils ont beau rire, railler, persifler, ceux qui lui reprochent de bénéficier bien malgré lui d'une célébrité soudaine construite sur ce qu'ils estiment n'être que du vent... Il n'empêche : aujourd'hui Jean-Pierre HERLANT est écouté, imité, adulé, sollicité, médiatisé.

Jean-Pierre du jour au lendemain a été projeté en orbite autour de la planète web, n'est-ce pas l'essentiel ?

A travers lui c'est la France invisible qui parle, la voix honnête et simple des petites gens à qui l'on ne tend jamais de micro. Alors écoutons-le attentivement et surtout gardons-nous de nous moquer de cet homme car quelque chose me dit que sous les éclats des projecteurs il va encore nous surprendre...

Raphaël Zacharie de IZARRA

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/158dfa6092c8febe92689eb9a7a91e7b/

http://www.dailymotion.com/video/x4sjis8

samedi 1 mai 2010

872 - La vendeuse de muguet

Avec sa mine pâle, sa claudication disgracieuse, son air abattu et ses habits tristes, la demi mendiante me héla avec une infinie maladresse tandis que je traversais la rue pour me rendre à la boulangerie.

J'avais oublié que nous étions le 1er mai... Accoutumé à vivre loin de la plèbe et de ses moeurs odieuses, je me sentais parfaitement étranger à son univers imbécile et vulgaire. Et lorsque de temps à autre me parvenaient les clameurs populaires (depuis les banales manifestations syndicales de rues jusqu'aux expressions de joies crapuleuses des bals du 14 juillet), non sans une réelle satisfaction je prenais conscience de la hauteur séparant ma tour d'ivoire de ce monde misérable.

Son mauvais muguet à la main, la pauvresse insistait péniblement, sollicitant en vain ma générosité d'oisif avaricieux.

Avec irritation j'expliquai brièvement à la gueuse qu'en aucun cas je ne comptais dépenser quelques pièces pour un méchant brin de muguet dont je n'avais que faire et que de toute façon j'avais besoin de mes sous pour acheter mes pâtisseries du matin à la boulangerie située juste derrière son stand, enfin que toute sa personne avec ses allures d'indigente m'indisposait au possible.

Pressé d'aller acheter mes gâteaux, je laissai l'importune à ses illusions de piécettes.

En sortant de la boulangerie, les mains chargées de trésors de raffinements au beurre frais et au sucre glacé, je croisai de nouveau la saltimbanque qui, jalouse à la vue de mon gros paquet de pâtisseries, se fit suppliante.

Excédé par les manigances grotesques de cette espèce d'analphabète cherchant à se faire apitoyer, j'arrachai rageusement son muguet des mains pour le lui jeter au visage ! Enfin je n'omis pas de la bénir d'un crachat d'aristocrate bien placé entre les deux yeux, qu'elle avait bruns (une roumaine sans doute), avant de m'éloigner avec morgue jusqu'au sommet de mon domicile inaccessible à la gueusaille.

Qu'il est triste ce monde où les beaux sires de mon espèce, une fois l'an se font agresser dans la rue par de vilaines vendeuses de muguet...

Je rêve d'une société plus juste, fraternelle et sans hypocrisie où les seigneurs seraient mieux respectés des va-nu-pieds. On réclame sans cesse la compassion à l'égard des pauvres mais jamais on ne parle d'honorer les sybarites pour ce qu'ils sont... Eux qui ont l'heur d'avoir les mains lisses et l'esprit éclatant mériteraient donc le mépris de la part des pauvres gens aux mains calleuses ? Et en vertu de quel principe souverain ?

Est-ce donc cela qu'on appelle le sens de la justice ?