vendredi 29 juin 2012

962 - Dieu d'amour

Le prêtre d’un air grave prononce quelque parole sacrée en latin qui pétrifie l’assistance de respect. L’église résonne de sentences pieuses, les ouailles compassées affichent des mines austères, même la statuaire a des airs lugubres. Le rite est immuable, rigide, glacé.

Le curé parle de joie, de lumière, d’amour : il est sinistre, ténébreux, tremblant de haine à l‘égard des “pécheurs” c’est à dire de l’humanité entière.

Le sexe l’obsède.

Avec les enfants de choeur il est généreux, doux , altruiste : torgnoles et maints sévices leur sont destinés, pour le salut de leur âme.

Et, afin de “refroidir les coupables ardeurs naissantes” de ces gamins de huit ans dont il a pris en charge l’éducation religieuse depuis le berceau, il les viole régulièrement dans la sacristie.

Ses victimes, terrorisées mais dociles, sont coupables d’éveiller en lui des désirs impurs.

En profanant ainsi leur innocence, autrement dit en devançant leurs vices latents, il s’assure de tuer le Mal dans leur coeur imparfait. Mais sur ces choses mystérieuses de la chair et subtilités de raisonnement, nul autre que le prêtre n’a droit de regard...

Le prêtre est souverain dans ses choix, pensées et actes.

Gloire au Dieu d’Amour, de tolérance et de droiture annoncé par le prêtre dix fois à chaque messe qu’il sert sept fois par semaine.

mercredi 20 juin 2012

961 - Les monuments historiques m'emmerdent

Au cours de mes voyages, brefs ou lointains, la rencontre obligée avec les pierres augustes de l’Histoire a toujours été pour moi une corvée. Quand on part accompagné il faut bien faire plaisir au fardeau que l’on traîne... S’il n’en avait tenu qu’à moi, je n’aurais jamais perdu mon temps et parfois mon argent à visiter ces cathédrales d’ennui.

Bref, à part la franchouillarde et rigolote Tour Eiffel, monument de fer et non de pierre qui vaut le détour et surtout l’escalade car au moins cette farce française tranche radicalement avec les innombrables édifices beaucoup plus formels, les autres “merveilles du monde” sont d’une mortelle platitude.

Le temple de Louxor, certes impressionnant par ses dimensions, devient assez vite bassinant.

Passé l’étonnement devant ses colonnes vertigineuses, je me vois mal essayer de déchiffrer les hiéroglyphes qui y sont inscrits. Dans quel but ? Quel intérêt ? Puisque je sais que les croyances des anciens Egyptiens étaient des chimères. 

Les pharaons sont morts, desséchés, disséqués, leurs sépultures violées et leurs dieux de paille tombés en cendre, leurs pyramides déjà effritées, pourquoi devrais-je me passionner pour ces poussières antiques sottement sacralisées quand autour de moi il y a des hommes de chair et d’esprit, des vivants avec qui je peux communiquer, partager, m’enrichir humainement, des êtres vivants accessibles, des contemporains éclairés qui conçoivent des merveilles de technologie miniatures au lieu de ces monstrueuses pyramides qui ne servent à rien ?

Ces édifices titanesques, au regard des fulgurances de l’esprit, ne sont que des poids morts.

Un bipède sensible -mon voisin de palier par exemple- avec qui je parle est bien plus miraculeux en termes philosophiques, humains, spirituels que ces amas de cubes de pierres assemblés de manière bêtement géométriques. Il n’y a que les hordes de touristes idiots et les doctes, secs, stériles archéologues pour les admirer aussi béatement...

Le masque funéraire de Tout-Ank-Amon n’est qu’un glacial caillou jaune en forme de visage idéalisé, c’est à dire irréel. Une pure stupidité. Dans ce monde de vanité les intelligences sclérosées lui accordent une valeur inestimable. Un visage humain qui palpite de vie, un regard à travers lequel je devine une âme est infiniment plus captivant que ce hochet d’or fin, aussi brillant soit-il.

Ainsi mes autres “grandes visites” du monde : la Basilique Sainte-Sophie et la Mosquée Bleue à Istanbul, surprenantes au premier contact, voire de loin, vite lassantes au bout d'une heure. L’Empire State Building, amusant quand on monte au sommet, oublié dès la première halte au fast-food du coin.

Les vraies rencontres, celles qui me touchent durablement, profondément, sont les rencontres faites avec mes semblables, non avec les pierres.

Tout le reste n’est que futilités touristiques.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/3c1a63ba9fa2105f05070fbe3fd4f97a/

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique