samedi 31 décembre 2011

942 - Lettre virile à ma mémé molle

Mémé,

Voilà que tu as eu 80 ans cette année !

Pour ce jour de l’an moi ton petit fils adoré je vais t’offrir le plus merveilleux cadeau que tu aies jamais reçu de ta longue existence : le cadeau de la vérité.

Non tu vois ce genre de présent ça ne se mange pas, ça ne se pose pas sur le poste de télévision, ça ne s’accroche pas au rétroviseur intérieur des voitures et pas plus ne s’exhibe sur leur plage arrière.

Ce don-là est infiniment plus précieux que ces stupidités auxquelles tu es accoutumée depuis tes 80 dernières années stérilement passées sur Terre à radoter sur le prix de la salade, la variabilité des saisons ou tes recettes de cuisine...

Il te donnera une vision fulgurante des choses, t’ouvrira une porte salutaire dans ta pauvre tête de vieille débile que tu es.

Comme tu l’auras remarqué, le ton de ma lettre est inattendu.

Tu dois être surprise et même choquée car ces mots changent radicalement avec les sempiternelles imbécillités mielleuses, grotesques et navrantes que depuis trop longtemps tu as eu l’habitude de recevoir, que ce soit par la poste ou de vive voix. Non seulement de ma part mais surtout de la part des autres crétins qui te ressemblent.

Grand-mère, j’estime que tu vaux mieux que cette image de vieille demeurée renvoyée en permanence autour de toi.

Avec tes attentes matérialistes de retraitée frileuse mentalement sclérosée, culturellement lobotomisée, avec tes propos ineptes de sotte superstitieuse, tes réflexions indigentes d’ignare, ta coupable paresse intellectuelle, tu es toujours passée à mes yeux pour la reine des abruties... Le stéréotype parfait de la décrépitude intellectuelle.

Mais aujourd’hui je veux te considérer comme un être humain avec ses glorieuses potentialités et non plus comme une loque cérébrale, une ânesse au ciboulot rétréci, cette image que tu t’es si bien ingéniée à me donner de ta piètre personne... Alors je te parle avec une vraie sincérité ici.

Déjà, rends grâces au Ciel de ne pas m’avoir contaminé avec tes moeurs lamentables. A ton contact depuis tout petit j’aurais pu hériter en partie ou en totalité de ta misère intérieure. Tu te rends compte des dégâts que ton incommensurable bêtise aurait pu occasionner sur ma jeune âme ? Dieu merci, je n’ai jamais singé cette vache ruminante à la cervelle en ruine qui me servait de grand-mère !

Non grand-mère je ne suis pas le petit fils “sage, doux et gentil” que tu crois. Je ne suis pas le reflet de ta déplorable image. J’ai joué le jeu du petit fils lisse, placide, ordinaire afin de ne point te déplaire. Mais surtout, parce que je n’ai jamais eu le courage d’affronter la montagne de nullités que tu incarnes. Cela me semblait au-dessus de mes forces de tenter de t’extirper de ton fumier atavique.

Je me suis mis à ton niveau parce que j’ai toujours pensé que tu ne comprendrais pas le discours de l’intelligence.

Mais cette année tu as eu 80 ans, aussi ai-je décidé qu’il était temps de te dire des choses essentielles. Donc pour la traditionnelle carte de “bons voeux sincères”, de “bonne sante” et toutes ces inepties qui vont avec, c’est raté !

N’y songe plus, à partir de maintenant tu vas commencer à grandir mémé. Grâce à moi. 


Hé oui car contrairement à toi, moi je pense, je réfléchis, je suis sensible, pénétrant, courageux.

Tu as 80 ans et avant que tu ne meures je te donne l’occasion de regarder la vérité en face.

Au lieu de lire avec une satisfaction de concierge en déliquescence tes cartes de “bonne année” et de “voeux sincères” tu devrais plutôt t’occuper à envisager avec hauteur et courage la proximité de ta mort qui te délivrera, du moins je l’espère, de ta prison de vacuité.

Ce que je t’aide à faire précisément à travers ces voeux d’un genre inhabituel...

Tu vois mémé, tu vas mourir et contrairement à ce que tu espères, je ne pleurnicherai pas à tes funérailles et tu sais pourquoi ? Parce que ta mort mémé sera un événement banal, d'autant que nul ne se souviendra de toi en termes flatteurs. Tu n’as rien apporté d’autre à la société que l’exemple comique et désolant de l’inertie, de la puérilité, de l’inanité.

Ton immaturité, ton insignifiance, la graisse de ton esprit atrophié sont des insultes à la beauté du monde.

Ta vie de ménagère sans autre horizon que les cancaneries de voisinage ne fut qu’une pitoyable croissance de légume.

Puisse cette lettre héroïque t’éclairer, te rendre ta dignité, te faire prendre conscience que tu es en réalité un être d’essen
ce divine capable du meilleur et non ce navet stagnant du berceau à la tombe dans un potager humain.

Bonne année 2012 mémé !

VOIR LA VIDEO :


http://www.dailymotion.com/video/x2gumi8_lettre-virile-a-ma-meme-molle-raphael-zacharie-de-izarra

https://www.youtube.com/watch?v=91F8Mr9FuRQ

vendredi 30 décembre 2011

LE BONHEUR PERDURE EN CORÉE DU NORD !

Du sang, des larmes et de la discipline militaire à se mettre sous la dent pour le peuple nord-coréen. Belle perspective pour les loyaux sujets du roi communiste ! On est vraiment heureux pour eux.

Vive le seigneur suprême de la Corée du Nord et bravo pour son esprit progressiste !

C'est sûr, le monde entier rêve de vivre sous la baguette enchanteresse et inflexible du nouveau chef bien-aimé de la Corée du Nord détenteur de toute vérité, propagateur d'humanisme, de tolérance et d'intelligence universelle !

Et puis quel charisme il émane de ce pachyderme en pantoufles  !

Au moins le chef adulé de ce pays à la pointe de la modernité est bien nourri, n'est-ce pas réconfortant pour son peuple ? Quand le chef se porte bien, c'est la population entière qui vibre de joie.

N'est-ce pas monsieur le Ubu asiatique ?

Raphaël Zacharie de IZARRA

dimanche 18 décembre 2011

POURQUOI JE N'IRAI PLUS JAMAIS VOTER

Dans un très sincère “sursaut de civisme” comme on dit (je dirais plus exactement dans un esprit de “fraternité nationale”) mais surtout souhaitant sur un plan plus humain me mettre dans la peau d’un Dupont (sans nulle malice, juste animé d’une saine curiosité), une unique fois dans mon existence de citoyen je me suis mis en tête d’aller voter.

C’était en 2007 lors les présidentielles. J’étais de bonne foi.

Je voulais connaître ce prétendu frisson de la liberté -ou plutôt de la responsabilité- républicaine incombant au citoyen de base jouissant du droit de vote. L’éprouver moi-même pour mieux l’étudier. Voire le critiquer. Tel était le sens honnête, à la fois clair et confus, de ma démarche. En observateur avisé de la machine civique j’allai déposer mon modeste bulletin d’électeur dans la coupe solennelle de la nation.

Je votai Ségolène Royal.

Constat immédiat : à l’échelle collective mais surtout individuelle, le vote est une grosse arnaque.

En effet, même si globalement le pays s’y retrouve, sur le plan strictement personnel j’estime avoir été trompé, lésé, escroqué puisqu’à l’époque madame Royal n’était pas parvenue à l’Elysée alors que j’avais pourtant consciencieusement glissé mon bulletin de vote dans le “vase démocratique” avec son nom écrit dessus en toutes lettres.

Des millions de gens ont été déçus comme je le fus. Pour exactement la même raison : tout aussi naïvement que moi ils firent le même geste, conçurent les mêmes attentes.

Et, comme moi, déchantèrent.

Ainsi le vote démocratique auquel de grands esprits attachent tant d’importance (personnellement impliqué, je vivais cette fois le “vote démocratique” de l’intérieur) n’est pas du tout un savant processus de réflexion générale débouchant sur les glorieux fruits d’une raison partagée mais plutôt une vulgaire loterie, une sorte de jeu entre parieurs, une vaste partie de cartes dont les vainqueurs sont tout simplement ceux qui ont déposé dans l’urne le plus grand nombre de cartes...

Les plus forts numériquement parlant.

La règle de ce jeu est d’une bêtise inouïe : récolter une pile de bulletins de vote plus haute que celle de l’adversaire !

Le comble c’est que l’obtention de ces voix, aussi absurde que soit la “force numérique”, n’est pas systématiquement une question d’idées, pas du tout.

A bien y réfléchir tout n’est que basse guinolerie puisque pour maximiser leurs chances d’être élus les candidats soignent leurs apparences, chacun essayant d’arborer l’aspect physique le plus séduisant possible... C’est donc que la coiffure de madame Royal, le teint de monsieur Le Pen ou le sourire de monsieur Sarkozy ont leur importance dans le débat d’idées ? Il faut le croire puisque pendant leur campagne ils se donnent tant de peine pour faire briller cheveux, fronts, dentitions...

Drôle de conception de la politique, entre attitude superficielle et défilé de mode. Sans omettre les bons mots de campagne, ces artifices de l’esprit..

Mais le pire du pire dans cette affaire c’est que même moi Raphaël Zacharie de IZARRA, esprit raisonnable normalement constitué, apte à la réflexion, accessible aux choses un peu complexes de la vie quotidienne, bref honnête homme du monde contemporain, je n’y comprends pourtant quasiment rien aux débats politiques où de bien paradoxales “vérités contraires” s’affrontent...

Sans parler d’économie, domaine de purs spécialistes. Même les experts ne sont pas d’accord entre eux.... C’est dire la grande finesse d’esprit, la pénétration intellectuelle, voire les fulgurances intuitives nécessaires aux techniciens de la cause pour aborder sérieusement ce sujet !

Comment dans ces conditions voulez-vous que des citoyens beaucoup moins favorisés que moi sur le plan cérébral, culturel, intellectuel, voire franchement limités par leurs bornes ataviques participent en toute équité au débat politique ? Que vaut leur avis quand, incapables de faire abstraction de leur égoïsme, de l’avis de leur femme, de leurs intérêts personnels, bref de leur conditionnement général, leur choix est dicté par leurs passions, leurs tares, leur ignorance, l’alcool, leur orientation sexuelle, leurs penchants pour la soupe aux carottes ou pour leurs chiens, etc., et non par la pure réflexion objective, raisonnée, détachée, réflexion éventuellement soutenue par un savoir général solide ?

Et l’on voudrait que l’ignare commun, le Dupont basique, le vulgus français y mette son grain de sel à travers son bulletin de vote !

Non décidément le bulletin de vote ce n’est pas sérieux.

C’est pour toutes ces raisons fort valables que je n’irai plus jamais voter de ma vie.

Je me retire définitivement de cette arène de clowns votants persuadés de jouir de leur liberté, de leur responsabilité sous prétexte qu’ils participent à un système grotesque qui de par son fonctionnement infantile, grossier, hautement populiste les trompe, les arnaque, les escroque dès le départ et m’en retourne à ma vraie place, celle que je n’aurais jamais dû quitter en 2007 et d’où, depuis toujours, j’observe l’Humanité : ma tour d’ivoire.


Raphaël Zacharie de IZARRA

jeudi 15 décembre 2011

CONDAMNATION DE CHIRAC : HONTEUX !

Honte à notre justice bassement populiste (prompte à faire preuve avant tout “d’équité médiatique” plutôt que de s’occuper de vrais problèmes) qui semble se complaire dans le harcèlement d’un vieil homme pour des peccadilles sous prétexte qu’il fut ancien président de la république !

Jacques Chirac, 79 ans, malade se fait républicainement emmerder par la justice française qui a décidément du temps et de l’argent à perdre dans le but de plaire à la masse des Dupont vengeurs se réjouissant de voir leur vieux chef jeté dans l’arène des loups vêtus d’hermine !

Chirac, sous prétexte qu’il fut président de la république devrait donc être traité à ses derniers jours comme un vulgaire délinquant pour une sombre affaire administrative ?

Cette Justice tyranniquement égalitaire incapable de souplesse n’est guère reluisante pour oser s’attaquer ainsi à un vieillard affaibli. Elle oublie vite qu’un ancien président est avant tout un ex grand serviteur de l’Etat et qu’en vertu de ce fait la Justice, aussi indépendante soit-elle, ne serait-ce que par élémentaire décence lui doit non seulement respect mais aussi indulgence.

Voire passe-droit.

Que je sache Chirac n’a assassiné personne dans cette affaire pour laquelle il a été condamné. Pas de quoi fouetter un député de province !

L’Histoire retiendra l’ingratitude, la lâcheté, le déshonneur de cette justice de veaux qui ose s’en prendre à un vieux lion malade.

mercredi 30 novembre 2011

DURBAN : SOMMET DU RIDICULE

L’obscurantisme écologique bat son plein : à Durban des messies de la cause verte réunis en grande pompe et persuadés d’être au bord du gouffre climatique veulent “sauver la planète”, c’est à dire faire barrage aux rayons de l’astre Râ, détourner les flux aériens autour du globe, canaliser les éléments cosmiques, lancer des ordres aux océans, donner des cours de sagesse aux saisons... 

Et cette titanesque entreprise de contrôle des éléments, ils veulent la faire à coups de décrets, de mesures hygiéniques, morales, politiques...

Le détournement de la course de la planète autour du soleil se fera donc au terme de cette réunion au sommet ! Ou ne se fera pas. L’enjeu de cette assemblée d’esprits enfiévrés par les frémissements météorologiques à Durban n’est ni plus ni moins qu’une question de vie ou de mort pour l’Univers.

Signe de la maladie de notre Terre, prémices de la fin des temps possibles : les glaciers fondent.

La catastrophe est, en effet, totale, terrible, définitive...

L’apocalypse.

Il fait chaud en été, il est tombé trop peu de neige l’hiver dernier à Chamonix pour contenter les skieurs parisiens, une tempête se lève par-ci, par-là , un ruisseau déborde à Trifoullis-les Oies, il n’en faut pas plus pour que les verts s’alarment, s’affolent, crient à l’assassinat de la planète par nos cheminées !

Il faut savoir que, curieusement, l’écologiste de base déteste voir fondre un glacier. Dans la tête d’un défenseur de la verdure la glace des pôles est éternelle. Sauf si vous allumez une centrale électrique. En ce cas le système solaire entier est perturbé par ces machines infernales, et bientôt le chaos devient universel. Le soleil brille encore mais pour combien de temps ? Il va finir par tout brûler, transformant la planète en désert. A moins qu’il ne fasse fondre la neige et que celle-ci engloutisse les terres... Avec les écologistes, le cataclysme est tantôt aqueux, tantôt sec. Ou les deux extrêmes en même temps.

Spécialement créés pour faire joli, les glaciers doivent, selon les amoureux de la planète, rester à leur place aux pôles et n’en jamais bouger. C’est la loi verte. Ou blanche. Enfin c'est la loi quoi !

Et si jamais nos conduits d’évacuation des fumées détraquent la banquise, font larmoyer les montagnes, noient les îles et même peut-être bientôt l’Australie si on continue de craquer inconsidérément nos allumettes, notre dernière chance sera de faire du vélo, manger bio, trier nos déchets, alors le climat fera marche arrière, les banquises regèleront, les montagnes reblanchiront leur front et l’Australie sera sauvée.

Et les kangourous sauteront de joie pendant encore dans 100 000 ans.

Raphaël Zacharie de IZARRA

dimanche 20 novembre 2011

941 - L'interview profonde

Interview de Raphaël Zacharie de IZARRA par Noëlle Simono du journal “Le Monde” (édition du mercredi 12 octobre 2011)

Raphaël Zacharie de IZARRA, allez-vous enfin éclaircir le mystère embaumant votre personnage si fameux ? Les journalistes se perdent en conjectures à votre sujet. Vous répondez scrupuleusement à chacune de leurs questions et pourtant nul ne parvient à vous cerner tant vos réponses prêtent à maintes interprétations, toutes contradictoires... Personne n’arrive à vous situer exactement. A droite ? A gauche ? Sur la Lune ? Ici ? Là-bas ? Nulle part ? Quand allez-vous cesser de nous faire tourner autour de votre nombril, de votre particule, de votre Farrah Fawcett, de vos chères “vérités féroces” comme vous dites vous-même sur votre excellent blog IZARRALUNE ?

Je suis très clair pourtant avec les reporters. Ce n’est pas de ma faute si ce siècle est aux demi-vérités, aux molles paroles, aux tièdes mythes. Voilà, je suis le défenseur de la veuve et de l’orphelin, même si personnellement je n’ai pas de particulière sympathie ou indulgence envers les indigents et les pupilles. Je suis également le défenseur des belles gens fortunés contre leurs ignobles bourreaux -je veux parler des pauvres ou prétendus tels- car fort souvent la veuve et l’orphelin se muent en loups. L’iniquité, la bassesse, l’injustice peuvent aussi habiter chez la veuve et l’orphelin (de génération en génération comme un système atavique ou bien passagèrement) et je ne vois pas en quoi la veuve et l’orphelin seraient moins condamnables que les porteurs de gants blancs.

Politiquement cela me place autant à droite qu'à gauche, hors des extrêmes. Mais la politique ne m’intéresse guère. L’image publique que je renvoie à mes lecteurs ne me préoccupe pas. Mais s’il fallait me situer sur ce plan alors je dirai que je suis autant de droite et de gauche car je prends ce que j’estime être le meilleur dans chaque parti et laisse de côté ce qui me semble plus indigne. En général ce qui représente le meilleur dans chaque parti, ce sont les valeurs partagées par les uns et les autres. Pas toujours mais presque. C’est aussi simple que cela pour ne pas dire simpliste, et cela a peu d’intérêt du reste.

Je ne comprends pas que l’on puisse à ce point être curieux à propos à mes postions politiques. Ma plume est beaucoup plus passionnante à étudier que mes opinions de citoyen, savez-vous.

Il est certain Raphaël Zacharie de IZARRA que votre art littéraire est admirable. C’est même la raison essentielle de votre omniprésence sur la planète LITTÉRATURE. Alors parlons lettres : vous régnez incontestablement sur le web des lettrés mais vous êtes également très controversé. Les uns contestent la légitimité de votre statut de “souverain de l’écrit”, d’autres crient à la supercherie, persuadés d’avoir affaire à un comédien et non à un être sincère...

Ma particule parle pour moi. Je n‘ai rien à ajouter, rien à gagner, rien à perdre et n'ai pas à tenter de prouver quoi que ce soit à ce sujet. Ma particule est la plus éloquente des défenses, point.

Votre particule toujours et encore... Etes-vous sérieux Raphaël Zacharie de IZARRA ? (Sans se démonter –et là je le soupçonne d’avoir prévu son coup- il me sort comme par magie sa carte d’identité avec son nom, son prénom, sa particule...)

Cela vous suffit-il ?

Ce n’est pas ce genre de “preuve” que j’attendais Raphaël Zacharie de IZARRA...

Peut-être mais c’est celle que je vous présente, vous vous en contenterez.

Où puisez-vous votre intarissable inspiration ? Dans les livres, au cinéma, dans la rue ?

Soyons clairs, définitivement : je suis réellement inculte, ou quasiment. Je ne m’abreuve nullement de livres, je n’ai pas un goût prononcé pour la lecture en règle générale. Je ne cesse de le marteler ailleurs dans la presse : la littérature des autres ne m’intéresse pas. Ou si peu. De ma vie je n’ai presque rien lu. Des classiques j’ignore tout, à quelques rares exceptions près. Je ne m’intéresse pas à la littérature. Enfin pour être précis, à celle des autres. La littérature pour moi c’est comme les rêves : seuls les miens sont dignes d’être racontés. Ceux des autres sont sans le moindre intérêt. C’est ainsi que je fonctionne. Je passe beaucoup plus de temps à écrire qu’à lire.

Fondamentalement je suis un auteur, non un lecteur. Même si cela peut paraître incohérent voire prétentieux dans la mesure où l’on prétend que pour écrire il faut d’abord avoir beaucoup lu... Ce n’est pas vrai en ce qui me concerne. C’est ainsi, j’écris sans avoir lu. Certains trouveront peut-être cela mystérieux, pas moi. Entre écrire et lire, il n’y a aucune complémentarité à mes yeux, la première activité étant possible sans la seconde. Disons que la voiture incarne le lecteur et la route l’auteur, hé bien nul besoin d’avoir un permis de conduire pour se construire sa propre route. On peut fort bien créer une voie sans jamais prendre le volant de sa vie puisque le processus créatif de l’écriture n’a, du moins pour moi, aucun lien avec la démarche nettement plus passive que constitue la lecture. La différence entre la plume et le livre est aussi grande qu’entre la route et l’automobile.

La littérature n’est pas spécifiquement le fruit de ces deux activités mais le “simple” fait de se hisser au sommet du verbe, de la pensée, de la spiritualité, de la poésie, de l’art et de l’imaginaire avec les seules ailes de l’alphabet, et peu importent les conditions de cette ascension : avec ou sans lecture.
L’essentiel est d’atteindre le but.

Pour moi, c’est donc sans l’expérience de la conduite.
Aussi cheminé-je dans l’univers des mots sans permis de conduire, c’est à dire sans aucun bagage livresque, traçant ma propre route (que d’autres empruntent). Mes pieds suffisent pour avancer. Evidemment cette créativité spontanée n’est pas à la portée de tous.

Bien sûr n’importe qui est capable d’écrire sans avoir lu et même en ayant lu : on peut trouver à la tonne des exemples de littérature dupontesque chez la “Pensée Universelle”. Tout dépend de la définition que l’on donne au terme “littérature”...

Disons que j’ai les moyens de me passer des modèles. Moyens surnaturels si l’on peut dire. D’un point de vue extérieur car pour moi la chose va de soi.

On peut faire de la très mauvaise soupe avec de riches et abondants légumes et un potage excellent avec de l’eau, des cailloux et de la magie dans les doigts.

Et quels sont ces moyens qui vous démarquent si glorieusement des autres auteurs Raphaël Zacharie de IZARRA ?

C’est à la fois tout bête et inexprimable : je dors avec les muses

Ca nous le savions déjà. Mais encore ?

Hé bien lorsque je me réveille, voyez-vous, mon âme est légère, mon coeur vif, ma tête pleine d’étoiles, de lueurs nouvelles, de visions fulgurantes et de monstres magnifiques : l’alchimie littéraire s’est opérée au cours des songes.
L’oeuvre des muses.

Vos muses, ne seraient-ce pas ces illustres mortes qui semblent hanter vos pensées d’étrange esthète, dites-moi Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Absolument pas. Quand j’évoque les muses, je parle réellement des muses communes aux gens de lettres, celles de la mythologie grecque. Je suis au premier degré ici.

Vous vous moquez encore du monde Raphaël Zacharie de IZARRA... D’où vous vient cette manie insupportable de toujours tout vouloir tourner en dérision, vous y compris ?

Non non non, je vous parle le plus sérieusement du monde. Je commerce réellement avec les muses de l’antiquité grecque. Ne me demandez pas de vous expliquer la chose, c’est ainsi. C’est un mystère. Ou un miracle comme vous voudrez. Vous savez la vie est faite de toute façon d’une succession de miracles. Et il n’y a pas de petit ou de grand prodige dans la Création : l’aile de la mouche, une poussière, une poire sont aussi extraordinaires qu’un astre, qu’une galaxie, qu’une casserole. Tous sont des amas d’atomes divinement organisés. Ou génialement façonnés par l’homme, je parle de la casserole. D’ailleurs si vous m’aviez interviewé en Grèce il y a deux mille ans vous n’auriez pas mis en doute mes dires et tout cela vous semblerait parfaitement banal n’est-ce pas ?

En effet. Dois-je pour autant croire que c’est là votre réponse définitive et que vos lecteurs devront s’en satisfaire ?

Certes.

Vos détracteurs repoussent sans nuance tout ce qui émane de vous mais les femmes vous font des avances, quel effet cela vous fait-il Raphaël Zacharie de IZARRA ?

Cela me fait un plein effet.

Et si je vous lançais un défi ?

Lequel ?

Voilà, ayant préparé cette interview depuis plusieurs jours j’avais d’autres questions pertinentes en réserve. Mais puisque visiblement vous semblez prendre tout cela à la légère, j’ai décidé d’adopter cette même désinvolture avec laquelle vous me traitez : ce sera ma dernière intervention si vous continuez à me répondre en vous moquant de moi et de votre lectorat. Donc, et c’est ma question, allez-vous oui ou non donner une allure plus scrupuleuse à cette interview monsieur Izarra ?

C’est bien le drame de ces interviews... On m’interroge, je réponds et nul ne m’écoute. Je dis des choses que je crois graves, vraies et belles et on préfère en rire. Ce n’est pas moi qui me moque du monde madame, c’est le monde qui se moque de Raphaël Zacharie de IZARRA.

vendredi 18 novembre 2011

940 - Vive la jeunesse !

Certes il m’est arrivé de férocement railler la juvénile population. Il est vrai que certains aspects de la jeunesse choquent ma belle sensibilité d’esthète aigri, mais fondamentalement j’aime les jeunes.

Leur impertinence, leur irrespect, leur moeurs, moi je les vois comme de saines innovations.

Leur esprit vert, c’est si je puis dire le sang neuf de l’humanité. Ces herbes folles qui violent nos statues sont les chênes de demain. Ces injurieux qui d’un seul mot balayent l’Histoire sont les maîtres du futur. Ces impies crachant sur nos idoles sont une bénédiction pour l’avenir.

Briseurs d’autels, ils renouvellent le sacré. C’est en piétinant nos jardins qu’il sèment leurs propres graines.

Jeunes, rebellez-vous sans regret, offensez nos lois, riez de nos certitudes, répandez votre vin joyeux sur nos ancêtres pétrifiés dans la cire, moquez-vous des fronts austères qui vous jugent immatures, soyez insolents, soyez audacieux, soyez forts : brûlez nos livres, écrivez les vôtres !

Vos téléphone portables, vos piercings et vos manières me hérissent mais n’en sont pas moins les preuves de votre créativité innée, de votre goût pour le progrès, de votre dédain pour les stériles traditions et sottes habitudes ! Laissez baver la vieillesse sur ce qu’elle appelle vos vices. En réalité la perversité, la vraie, est logée sous leurs rides malveillantes et la vertu, la véritable, c’est vous qui la défendez.

Car à votre âge l’inventivité, la contestation, l’effronterie sont des saintetés.

Vous êtes une pluie féconde : vous arrosez l’Humanité d’une bile pleine de fraicheur et vos sentences -quelles soient naïves, réfléchies ou emportées- sont bonnes, justes, vraies.

N’écoutez pas ces moralisateurs, tous gens voûtés aux cheveux couleur de poussière, qui prétendent vouloir votre bien : eux aussi ont été jeunes, eux aussi ont vu le monde avec vos yeux clairs. Mais c’est parce qu’ils ne se souviennent plus d’avoir eu vingt ans que ces centenaires vous reprochent votre âge.

Jeunes, désobéissez ! N’écoutez pas ces vieux chnoques sclérosés par leurs dogmes et qui vous conseillent la prudence, la modération, la tiédeur... Croyez-moi, leur cervelle paresseuse est un vieux pot de chambre qui pue le rance, leur coeur une fleur flétrie, leur âme un grand sac alourdi de péchés.

Ces vérités, ils se garderont bien de vous les dire... Ces vieillards qui se prétendent sages sont en fait des lâches, des faibles, des peureux, des menteurs qui aiment faire passer leur petitesse pour de la grandeur aux yeux des jeunes que vous êtes. Aussi répondez-leur toujours avec l’irrévérence qu’ils méritent !

Vos expériences, découvertes et émerveillements sont plus respectables que leurs désenchantements, lassitudes et mortelle inertie.

La religion, la morale, l’ordre, la raison, la sagesse, la routine, l’ennui sont faits pour les vieux, les imbéciles, les poltrons.

Et les morts.

Vous, vous êtes vivants.

Vous êtes faits pour la joie, l’amour, l’aventure, la folie, la beauté, la nouveauté, la vie... Alors FONCEZ !

Vos sonneries de portables sont fort laides mais elles ont au moins l’avantage de réveiller les beaux esprits comme moi qui dans un sursaut de lucidité vous admirent, vous célèbrent, vous comprennent et vous défendent.

939 - La femme en résumé

La femme est l’ombre de l’homme, la face cachée de la Terre, la faiblesse du monde, la maladie du mâle, le visage tiède des pâles vérités.

C’est l'hôte innée des potagers, la prêtresse des casseroles, la reine des chaussettes reprisées.

Son élément est l’onde : larmes, menstruations, fluides prénataux. Ses trésors, les chiffons : la fanfreluche l’enchante. Son royaume, la basse-cour : elle trône au poulailler.

La femme bavarde, caquète, médit, enrage, crache, hurle...

Ou se tait.

Cela dit, cette étrange créature est belle et bien souvent plaît à l’homme. C’est ce qui la sauve.

Oui, la femme est belle : elle rayonne dans l’alcôve après avoir valsé aux cuisines.

Elle brille comme une étoile parmi les hommes, plus ternes.

Mais elle brille vraiment, au premier degré je veux dire : elle met des épingles dans ses cheveux, des ronds d’argent sur ses chaussures, des bouts de fer sur ses vêtements, du vernis sur ses ongles, de l’or autour de ses doigts, des diamants à son cou. Pour cela la fille est brillante, on ne peut le nier.

Les hommes sont égaux aux femmes et les femmes sont égales aux hommes. Ils sont faits pour cheminer ensemble.

Sauf que les femmes ne tiennent pas la route : pas finaudes au volant, elles visent souvent les platanes au lieu d’aller tout droit comme le font les hommes, beaucoup plus sensés.

Pour ça la femme est fort bête : son esprit tordu lui fait toujours prendre des directions incongrues, des voies baroques, des décisions stupides. Mais il ne faut pas chercher loin une explication à tout cela : si elle pense, agit, parle presque toujours de façon contraire à son conjoint c’est tout simplement parce qu’elle a le sens aigu de la contradiction.

Mais sinon pour le reste il n’y a pas de problème, les femmes aiment les hommes et les hommes aiment les femmes.

938 - La soupe à la citrouille

Il y en a qui parlent d’amour avec flamme, d‘autres sans artifice, certains l’évoquent même du bout des lèvres, incapables de peindre ce mystère. La plupart, ne pouvant s’empêcher de se singer mutuellement, font de l’amour le plus fameux stéréotype du monde.

En fait l’amour s’accorde très bien avec les cuisses de grenouilles mais se marie fort mal avec les chaussettes.

L’amour est une citrouille.

Toutefois des esprits malicieux me contrediront en prétendant que l’amour est un potiron. A ceux là je répondrai d’aller vérifier la mensongère rotondité des poires, tâter de la gomme ou ramasser des noix.

Rien ne se mange tout cru dans ce fruit étrange, tout se digère pourtant une fois cuit, assaisonné, préparé : ce qui est amer est amer, ce qui est sucré est sucré, ce qui est dur est dur, ce qui est acide est délicieux... Cette citrouille (verte) ne trompe personne, elle roule et c’est normal car elle est ronde. Ronde comme un chemin de fer qui enfume le ciel et motive les troupes. Vous me direz : la citrouille c’est toi, c’est ton coeur, c’est ta plume et tu écris n’importe quoi.

A ceux-là je répondrai : oui.

Ou non.

En tout cas ceux qui parlent de l’amour à demi-mots ou à pleines louches ne savent pas que je change mes chaussettes quand elles puent. Ils se focalisent tellement sur les cuisses de batraciens que la couleur verte leur fait perdre la boule. Et l’amour pendant ce temps roule, roule...

Et atteint son but.

Sur la tête à Toto ? Dans le coeur des amants ? Sur le cul d’une vache ?

En aucune façon ! Pas dans le cas présent en tout cas. L’amour dont je parle dans ce texte atterrit toujours à son point de chute. Certes me direz-vous, mais où ça donc ?

Ici.

Mangez votre soupe à la citrouille, ça fait grandir.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=jt5G9ZGViZc

http://www.dailymotion.com/video/x53fo0y

mardi 15 novembre 2011

937 - Noël des chiens

Le Père Noël n’est pas qu’une ordure, c’est également un porc.

Un affreux tas de graisse porcine que je rêve de voir saigné à blanc au pied du sapin.

Avec ses traits de verrat, son air dégénéré de gros Mickey, son sourire lénifiant, sa barbe en toc, sa panse d’ogre, le Père Noël est l’annonciateur des réveillons dupontesques, le corrupteur de vos enfants crétinisés jusqu’à l’os, le pasteur de votre ordinaire déchéance, le veilleur de vos nuits de débauches alimentaires, l’engraisseur de vos coeurs léthargiques, bref l’Antéchrist en personne.

Cette année, égorgez ce goret de Père Noël ! Faites bouillonner son sang dans le caniveau, étripez ce pourceau, sacrifiez ce réservoir à boudins sur l’autel de votre dignité retrouvée ! Condamnez à mort cet usurpateur !

Duponts, petits esprits, gens faibles, minables, âmes sans envergure, coeurs misérables, concierges, prolétaires, classes moyennes des sous-préfectures, propriétaires de maisons Phénix, Bouygues et apparentées, je vous en conjure, cette année soyez beaux, soyez forts, soyez grands : après l’avoir occis, vidé de son sang, farci de guirlandes, assaisonné de fiel et de crachats, faites griller le Père Noël sur votre broche et donnez-le à manger à vos clébards.

Ce sera le premier et dernier Noël des chiens de toute l’Histoire des hommes.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=ab3JYep47O4

http://www.dailymotion.com/video/x4xyz4x

dimanche 13 novembre 2011

LA BÊTISE DES PSYCHOLOGUES !

RESPONSABILITÉ TOTALE POUR LES ASSASSINS EUX-MÊMES ANCIENNES VICTIMES

On a évoqué le fait que le violeur et meurtrier de la petite Océane avait lui-même subi des agressions sexuelles dans son adolescence, pour tenter de comprendre son acte.

Seulement, l'histoire personnelle des uns et des autres, aussi dramatique soit-elle, n’excuse pas ni n’amoindrit leurs responsabilités quand ils commettent des actes immoraux. Au contraire les victimes de la vie, d’agressions sexuelles ou de violences devraient être encore plus sensibles que les autres au sort de leurs semblables.

Celui qui a été victime d’agressions sexuelles devrait comprendre encore plus que les autres la souffrance que ces faits induisent sur les victimes et en toute conscience ne pas souhaiter les reproduire sur un autre innocent ! On devrait même estimer que celui qui agit ainsi en tirant excuse de son passé, de son statut d”ancienne victime est doublement responsable de ses actes car il les commet en sachant pertinemment la détresse que cela engendrera sur sa proie.

Mais l’agresseur, odieux calculateur, sait que nos psychologues ont inventé cette chimère consistant à expliquer -pour ne pas dire à justifier- les agressions sexuelles par d’autres agressions sexuelles subies par l'agresseur lui-même... Inespéré pour le prédateur sexuel : la psychologie moderne viendra à son secours en cas d’arrestation !

Quelle incohérence dans le fait de prétendre qu’une victime d’agressions sexuelles est dans une logique de reproduction de son agression ! Nos psychologues sont d’une criminelle incompétence, font preuve d’une insoutenable légèreté... Faut-il qu’ils soient totalement dépourvus de bon sens pour répandre une telle hérésie dans l’opinion publique ! Par quel mystérieux rouage déréglé de leur pensée dégénérée sont-ils passés pour déduire cette absurdité ? 

Leur explication aberrante est en parfaite contradiction avec l’ordre naturel des choses et la psychologie élémentaire des êtres. Quand on a connu la misère on ne cherche pas à l’infliger à autrui. Qui s’est fait agresser sexuellement dans son enfance ne va pas tenter d’imiter son agresseur ! Nul ne se réjouit du malheur chez les autres sous prétexte qu’il en a été l’objet...

A moins d’agir en tout opportunisme, donc en pleine conscience, avec une entière responsabilité.

Ne dit-on pas que celui qui a connu l’infortune est plus réceptif à celle des autres et le rend plus humain, plus accessible à leurs souffrances ?

Aussi je ne crois pas à l’atténuation des responsabilités pour ces raisons évoquées. Pour moi c’est même une circonstance aggravante.

mercredi 9 novembre 2011

RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA SUR WHOHUB

J'ai laissé le questionnaire tel qu'il est sur le site d'origine.

SOURCE :


Comment avez-vous commencez à écrire ? Qui vous lisait au début ? 

J'ai commencé à écrire en levant les yeux. Au début la lune me lisait.

Quel est votre genre favori ? Un lien où l'on peut voir ou lire quelque chose au sujet de vos oeuvres récentes ?

Je déteste lire les oeuvres des autres. Mes textes sont ici : http://izarralune.blogspot.com

Quel est votre processus créatif? Qu'arrive-t-il avant que vous ne vous asseyiez à écrire ?

Je suis visité par mes muses.

Quel type de lecture active le plus l´envie d´écrire ?

Aucune. Je m'inspire du chant de mes muses avec qui je me concerte 24 heures sur 24.

Quels sont, selon vous, les ingrédients de base d´une histoire ?

Aucune règle : seuls le talent, la grâce, voire le hasard -plus ou moins associés au travail- font loi dans ce domaine.

À quelle personne êtes-vous le plus à l'aise : À la première ou à la troisième personne ?

Question sotte.

Quels écrivains admirez-vous le plus ?

Victor Hugo.

Qu'est-ce qui rend crédible un personnage? Comment créez-vous les vôtres ?

Pour rendre crédible un personnage : en dire le moins possible sur lui. Mes personnages naissent de la sobriété littéraire.

Êtes-vous également habile à raconter des histoires oralement ?

De toute évidence.

Au plus profond de votre motivation, pour qui écrivez-vous ?

Pour le lectorat qui m'applaudira.

Écrit-on comme thérapie? Les conflits internes sont-ils une force créatrice ?

Les dérangements intellectuels, dérèglements cérébraux et autres déséquilibres mentaux produisent de la mauvaise littérature. La Plume n'est pas le médecin des esprits malades. Un bon écrivain se doit d'être sain, lucide, maître de ses pensées.

Le feed-back des lecteurs vous sert-il ?

Je ne parle pas la langue barbare des marchands de lessive. J'ignore ce que signifie ce terme aux consonances vulgaires.

Vous présenteriez-vous à un concours ? Avez-vous reçu des prix ?

Je me suis présenté à un concours que j'ai gagné (quatrième prix) mais ne suis pas allé chercher mon prix (un quelconque livre au contenu littéraire indigent). J'avais estimé la démarche singulièrement minable.

Partagez-vous vos projets d'écriture avec une personne de confiance afin d'avoir son opinion ?

Je suis assez sûr de mon art pour me passer de l'opinion d'une tierce personne.

Pensez-vous avoir déjà trouvé « votre voix » ou en est-on toujours à la recherche ?

Un bon auteur est en perpétuel apprentissage. Cela dit chaque auteur suit sa pente personnelle. Moi j'ai choisi les hauteurs. (Il y a une faute dans la première question de ce questionnaire. Aussi je me demande si ici vous vouliez dire VOIX ou VOIE ? Dans le doute j'ai estimé que vous vouliez dire VOIE)...

Vous imposez-vous une discipline, en termes de calendrier, d´objectifs etc. ?

Rien de ce genre ! La maîtrise de la langue française est ma plus chère discipline.

De quoi vous entourez-vous dans votre studio de travail pour favoriser votre concentration ?

Rien. Ambiance monacale.

Écrivez-vous sur écran, imprimez-vous souvent, corrigez-vous sur papier... ? Quel processus suivez-vous ?

Aucune importance : un écran quand il y en a, du papier quand il n'y a que du papier. Toutefois j'ai une nette préférence pour l'écran.

Quels sites on line fréquentez-vous pour partager des informations ou des expériences ?

Au hasard : tous et n'importe lesquels.

Quelle a été votre expérience avec les maisons d´édition ?

Aucune.

Sur quel projet travaillez-vous en ce moment ?

Mon oeuvre izarrienne parle de l'Univers entier et des êtres qui le peuplent, elle est donc sans limite.

Que me recommandez-vous de faire de tous ces textes que j'écris depuis des années mais je n'ai jamais montrés à personne ?