dimanche 27 janvier 2008

775 - L'effet bière

La sève féconde me caresse le gosier, embrase mon âme, met de l'artifice dans mon coeur qui se noie, se noie...

De mous éclairs d'ivresse traversent ma conscience. La bière est un fluide cosmique, la pisse des étoiles, le sel de l'esprit, l'eau des dieux.

Je nage en plein bonheur, buvant à lentes gorgées le vin jaune de l'orge. Le soleil qui me coule dans la gorge, c'est l'or de l'esthète, le chant de la muse : le breuvage doré me confère de la plume et me donne des ailes.

Sous l'onction olympienne - flamme liquide qui m'imprègne et me chauffe - je m'élève en délectable direction, volant vers des champs de mots pleins de rimes sages et de prose folle.

Ici l'herbe devient verve. Là, le verbe est vin et le vers est bleu.

Et le verre, jaune. Toujours.

Quant au rêve, il est de mise.

La bière, ce miel qui pique, cette lumière qui se boit, cette idée divine dont on a fait une essence est une encre céleste avec laquelle j'écris ces mots.

774 - La Beauté universelle

J'aime la beauté. La beauté innée des choses.

Beauté des astres, beauté de l'Homme, beauté des éléments. De tous les éléments : des plus éclatants aux plus humbles. Même le fumier m'élève. Tout est mystère, grandeur, divine ingéniosité. Je regarde les choses avec hauteur et je vois leur lumière. Gloire de l'atome inextinguible, de la matière organisée, des êtres vivants... La beauté universelle se révèle à peu d'hommes. Par delà la sensibilité individuelle de chacun, l'araignée immonde pourtant est pure merveille. Merveille est la bactérie dont on ignore si elle vit, si elle végète. Merveille, le brin d'herbe côtoyant le chêne et qui l'égale en profondeur.

La particule de sable inerte est aussi énigmatique que la dynamique synapse humaine. A l'échelle de la Création tout se vaut, tout est égal car l'univers entier est un permanent, immense, insatiable miracle.

La sphère, la flamme, l'éther, le souffle, la pensée, les chiffres, les impalpables principes : les formes de la beauté se manifestent dans toutes les directions de l'Univers. Et au-delà.

Le monde est gouverné depuis des hauteurs qui ne se mesurent pas : ses lois sont puisées dans l'infini, ses inventions inspirées par une folie sans limite. Ce qui nous semble simple est impénétrable. Le moindre atome nous dépasse et cependant l'Univers est à nos pieds.

En effet, l'Homme n'est-il pas le fruit pensant de cet Univers ? Par la seule pensée nous appréhendons le Tout, en un éclair. Avec quelques synapses nous intégrons le monde et tout ce qu'il contient, et ne contient pas. Une étincelle dans la tête, une immatérielle lueur capable d'englober la Création, notre pensée y compris.

Lorsqu'on est conscient de cela, comment ne pas s'émerveiller devant le vermisseau, l'azur, la vache, l'hydrogène, l'onde, le cri de l'autruche, le temps, la cendre, le vol de la mouche ?

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://rutube.ru/video/561f313d93140f08a090927cc4ac8c5c/

https://rutube.ru/video/7b60117f4f275ebff0e8f585971cb1b8/

http://www.dailymotion.com/video/x58hreh

http://www.dailymotion.com/video/x4buces

mercredi 23 janvier 2008

773 - La vie

La vie c'est une humeur qui naît de l'air, de l'or qui n'a l'air de rien, une heure qui n'est pas leurre.

Miracle qui ne se nie, ni ne meurt, point qui demeure, plus léger qu'un mirage et pourtant plus grand que tout, telle est la vie. Indéfinissable dans le dictionnaire.

La vie c'est une racine qui plonge dans la lumière, s'abreuve d'infini, se nourrit de rien, se contente de l'Univers entier, et plus encore. La vie n'exige que l'impossible, laissant les miettes aux rêveurs.

La vie est un songe quotidien, une vérité dure comme un sommeil, un soleil imbibé de pluie, une pierre qui s'évapore, une neige sans fond, une flamme qui sort du lot. La vie c'est un crâne qui rit, l'amour qui pleure, l'eau qui réfléchit, le ciel en suspens... Mais surtout, un mystère à notre porte : l'éther sur terre, la matière qui déborde d'idées.

La vie frappe l'esprit, caresse la peau, cogne les fesses. Et ne cesse d'étourdir les têtes...

La vie ça fait aussi être, ça fait naître et ça fait paître. La vie est gratuite mais valant tout et n'importe quoi elle ne vaut plus rien puisqu'elle est égale à la poussière, aux astres, aux vers et au vent... C'est dire combien la vie nous est d'autant plus utile qu'elle ne sert à rien du tout, et plus on s'en sert, plus on en a envie. Et plus on la veut, moins elle est utile.

mercredi 16 janvier 2008

772 - La bêtise canine

On prétend que les chiens sont des animaux très intelligents.

Moi je les trouve stupides.

Quelle plus grande offense à l'intelligence, en effet, qu'un chien qui aboie bêtement pendant des heures pour un oui, pour un non ?

Et leurs maîtres qui ajoutent leurs propres cris de roturiers pour essayer de faire taire ces furies sur pattes, que c'est pitoyable !

Aucun chien au monde ne sait faire la distinction, pourtant très élémentaire, entre un facteur et un cambrioleur : aux deux il réserve sa morsure sans objet. Ou bien au contraire, à l'invité et au voleur il fait le même accueil caressant, habitué à sauter au cou de tout ce qui entre chez le maître. Ou à poursuivre loin dans la rue de sa hargne stérile ce qui en sort : homme, chat, vélo, papier dans le vent... Quand il n'affiche pas une olympienne indifférence pour l'humanité et toute la création, le gros toutou placide qui ne sert à rien et qui mange comme quatre !

Le chat est subtil, le chien épais. Le félin grimpe aux arbres, file sur les gouttières, côtoie les sommets, l'aboyeur rase le caniveau. Le mistigri sent bon la plume, la paille et l'aventure, le fils de Cerbère pue à faire vomir.

L'hôte des belles gens est distingué, discret, élégant, mystérieux, le gardien de maison de la plèbe est grossier, bruyant, trivial, sans surprise.

Les chiens ne me semblent faits que pour aboyer, mordre, chier sur les trottoirs.

Et, accessoirement, pour mesurer la bêtise, l'abrutissement ou la sénilité de leurs maîtres selon leur poids, leur race ou leurs taux d'aboiements.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

vendredi 11 janvier 2008

771 - Vue perçante sur mon psychiatre

Stupéfaction mais également heureuse nouvelle !

Ce matin mon psychiatre m'a annoncé, à la onzième consultation, que je présentais des "troubles importants du comportement" induits par un "culte de la personnalité", troubles m'interdisant de subvenir par mes propres moyens à mes besoins matériels et qu'en vertu de ce fait il était légitime que je fasse une demande de prise en charge médicale à cent pour cent pour maladie de longue durée.

Ce qui signifie que je viens de franchir avec succès la première étape importante dans mon édification personnelle et, indirectement, dans celle de mes frères humains enchaînés à leurs misères sociales et spirituelles. Ils pourront peut-être bénéficier d'une plus grande liberté d'action de ma part grâce à la reconnaissance officielle de mon statut de "sauveur de foules abruties", ou plus modestement de "bel esprit oeuvrant à son niveau pour le salut de la masse". Certes ce que je viens de qualifier en termes glorieux, les psychiatres nomment cela plus sobrement et plus imbécilement "maladie".

Peu importent les mots.

La prochaine étape consistera -théoriquement- à percevoir une pension pour "invalidité", donc de mon point de vue à recevoir un salaire pour asséner à longueur de temps la vérité salvatrice à mes semblables. En d'autres termes je serai payé pour éclairer le monde de mes lumières izarriennes. Payé par ceux-là mêmes qui cotisent afin que moi, sujet marginal demeuré sain et qu'ils estiment néanmoins "malade", je bénéficie de la sécurité matérielle me permettant d'agir de manière bénéfique, sans souci du lendemain, sur leur esprit infirme.

Noble mission !

Autrement dit les handicapés de la pensée qui travaillent dans cette société -"handicapés" à cause précisément de leur investissement exagéré dans leur vie professionnelle (que je pourrais aussi appeler "assujettissement au siècle") qui nécessairement borne leur vue à des considérations strictement matérielles, les rend aveugles aux hauteurs que je m'efforce de leur désigner- cotiseront pour que je puisse percevoir un salaire de "malade", salaire me conférant une liberté individuelle et sociale accrue et surtout une légitimité supplémentaire pour les aider à se réveiller, à s'élever, voire pour les rudoyer s'il le faut en cas d'insensibilité, de surdité et de cécité importantes.

Ce que dans mon cas mon psychiatre nommerait "aide financière au malade que je suis", moi j'appelle cela "salaire de bel esprit destiné à éduquer mes frères cotisants qui pataugent dans l'abrutissement ambiant".

Finalement le monde n'est pas si mal fait que cela.

P.S.

J'inclus partiellement mon psychiatre dans la catégorie des "pataugeurs".

+++++++

J'ajoute trois réponses que j'ai faites à certaines personnes ayant réagi à l'article ci-dessus :

1 - Certains auraient honte d'avouer une telle tare. Moi je suis FIER d'apprendre aux gens normaux que j'ai des chances de toucher un "salaire" pour ma "démence" et le trompette d'ailleurs sans retenue. Pour moi ce serait le signe d'une réelle réussite : le triomphe de l'esprit individuel sur la bêtise du siècle.

2 - Ceux qui ne saisissent ni la portée ni l'éclat de mes mots me taxent de déséquilibré. Les beaux esprits qui savent discerner mes trésors izarriens me considèrent comme leur égal, voire leur supérieur. Ce qui est le cas pour certains d’entre vous. En reconnaissant que je les dépasse d'une tête, ces admirateurs de ma personne nous prouvent leur très haute intelligence.

Bref, seuls les beaux esprits se délectent de mon verbe. Les autres, ceux qui méprisent mon égocentrisme qu'ils assimilent à une stérile autosatisfaction, mes positions justes qu'ils qualifient sottement d'extrémistes, ma hauteur de vue qu'ils pensent chimérique, irréaliste, oiseuse, ceux-là ne voient en moi qu'un être inutile qui ne travaille pas, ne produit rien de palpable, ne rapporte aucun salaire. Leur vue reptilienne se borne à ce genre de considération "alimentaire". Et c'est très humain, je les comprends au même titre que je comprends les grognements des porcs pataugeant dans leurs excréments. Mon psychiatre pour en revenir à lui, je le laisse faire son travail de psychiatre. De deux choses l'une : - Ou la psychiatrie est un art suprême consistant à débusquer les travers et tares humains, et selon cette psychiatrie je suis réellement malade. - Ou cette discipline médicale comporte une part d'approximation, d'imposture, voire de franche hérésie, et ma « maladie » avec ses aspects si brillants est enviable. Dans les deux cas je suis là pour éprouver la sagacité de mon psychiatre. L'enjeu n'est pas inconsidéré puisqu'il s'agira de m'attribuer ou de me refuser une pension d'invalidité, financée par le grand club des travailleurs qui selon moi sont les plus malades dans cette affaire (mais ce n'est là que mon point de vue "de l'autre côté de la barrière"...) A noter qu'il y a deux siècles, avec ma particule et ma pensée, le roy m'aurait gratifié d'une pension à vie en plus de quelques autres privilèges pour "éclat d'esprit" et "hauteur de vue au service de ses frères humains". De nos jours les beaux esprits de mon espèce sont considérés comme des déséquilibrés. Cela dit il y a tout de même une justice en ce qui concerne les oiseaux d'envergure dont je suis la plus belle incarnation puisque la pension qui m'aurait été attribuée il y a deux siècles par le bon roy change simplement de nom dans notre société : aujourd'hui elle est appelée "AAH" (Allocation Adulte Handicapé).

3 - Je ne joue nullement le malade. Je n'aime pas la tricherie en ce domaine. Je suis RELLEMENT malade, du moins selon les critères actuels de la société.

Vous semblez ne pas avoir compris mon texte. Mon psychiatre a vraiment diagnostiqué des "troubles importants du comportement" chez moi. Je lui ai répondu que ce qu'il nommait "troubles importants du comportement", j'appelais cela "hauteur de vue". Il a acquiescé, ajoutant que j'étais libre de nommer cela comme je voulais. Il a également prétendu que cela semblait d'ailleurs constituer mon équilibre et qu'en vertu de ce fait il n'y avait pas lieu de me rapprocher de la norme, mon état ne présentant aucune inquiétude. Il me permettait juste de faire une demande de prise en charge médicale à cent pour cent. C'est un droit, non un privilège, aussi vais-je faire exercer ce droit, pour le bien de tous. Si une pension d'invalidité m'échoit, en la dépensant chez mon boulanger, chez le pompiste ou chez mon professeur d'équitation, par mes efforts consuméristes je participerai à leur personnel essor. En faisant tourner la roue économique j'aurai mon utilité parmi les hommes, tout en me faisant plaisir. Ce qui est très moral.

mercredi 2 janvier 2008

770 - Rue de Pologne

Il y avait cette rue -rue de Pologne-, terne, droite, anonyme, léthargique.

Mortelle.

Il était né dans cette rue et sa vie ressemblait à un dimanche qui ne finissait jamais, un jour d'ennui qui durait depuis vingt, trente, quarante ans. Eté comme hiver la rue s'assoupissait, se rétrécissait, s'aplatissait, stagnait dans un continuel, désespérant soupir. Il connaissait par coeur les maisons sans goût, les jardinets sans joie et les habitants sans relief de "sa" rue où jamais rien ne se passait, à part la pluie de mars et les échos de la télévision des voisins les samedis de juin. Enfer indolent qui lui ôtait les ailes ou bien paradis névrotique qui le rassurait, comment pouvait-il songer à quitter cette matrice médiocre ?

Cette rue, seul horizon de ce prisonnier sans désir condamné à y mourir, il l'avait en lui. Quitter ce cordon ombilical, c'était voir s'écrouler le monde sous ses pieds.

Célibataire sans histoire entouré d'une famille bienveillante mais sans consistance -voire insignifiante-, citoyen transparent aux convictions modérées -et à vrai dire sans conviction du tout-, homme stable bien intégré dans son travail, bref moineau sans plume édifié dans une routine parfaitement huilée, son existence se résumait en un mot : torpeur. On pouvait ajouter : tristesse.

Et puis un jour... L'apparition !

Une femme.

Une femme dans "sa" rue. Pas une femme comme les autres femmes habitant la rue, pas une de ces ombres si reconnaissables, épouses ou ménagères, mères ou travailleuses à la vie simple et aux aspirations limitées qu'il avait vu vieillir sous leurs tabliers non, pas une de ces femmes sans visage, invisibles. Lui avait vu un fantôme, un ange, un démon, une déesse, la lumière, l'inconnu, le souffre, le ciel... Enfin une femme, une femme belle, désirable, mystérieuse. La première qu'il voyait hors de son monde, loin de son éducation, aux antipodes de ses petitesses. Une femme...

Tout se déchira en lui : sa famille d'humbles ouvriers, son existence morne, son célibat apathique, et surtout, surtout "sa" rue qu'il se mit à détester de toutes ses forces pour la première fois de sa vie. Une femme. Qui aurait pu penser à un événement aussi prodigieux chez cet homme sans existence ? Une femme, c'était la fin du monde.

La fin de SON monde.

Il se mit à aimer. Pas comme il aimait son caniche, pas avec cette tendresse apprise, singée de dimanche en dimanche en compagnie de ses pairs, pas avec cette tendresse misérable de pauvre vieillard qu'il a toujours été depuis sa naissance, non.

Il aima comme un astre. Il aima avec une dignité nouvelle qui le rendait homme, mâle, grand, beau, fort, radieux : Homme enfin.

Il aima cette apparition au point de la rechercher au-delà des bornes de "sa" rue. Ainsi à quarante ans le mort-né tira un trait passionnel sur la rue de Pologne, quitta sa famille de séniles, quitta son existence de minable et retrouva la passante au regard de flamme. Il goûta à la pierre, goûta au sang, se délecta des fruits amers de la vérité, bu à satiété l'eau de mer et se noya dans un étang de soleil.

Bref il expérimenta la vie, la vraie. Elle n'aima point cet oiseau à l'essor tardif toutefois, ce qui limitait ses choix entre le suicide et le retour à la rue de Pologne... Il opta pour l'entrée dans les ordres.

Il avait quitté rue, famille et travail pour connaître les affres du coeur en proie aux passions les plus chères de l'homme et se retrouvait crucifié sous la bure que désormais il portait pour la gloire de l'Amour, cause pour laquelle il avait décidé de dédier le reste de ses jours.