mardi 31 mars 2009

838 - Tante Marie-Taure

Tante Marie-Taure, dite "Tante-à-Moitié-Morte", ne craint pas la queue de son chat. Pas plus que les araignées. Encore moins l'ombre du cimetière qui fait face à sa maison.

Ce qui l'effraie par-dessus tout : l'organe viril des mâles. Mais entre effroi et fascination, la frontière est mince aux yeux de la tante...

Pour faire diversion à ses obsessions sexuelles, elle manipule en toutes occasions et de façon ostentatoire de pieux colifichets. Des bondieuseries à n'en plus finir qui meublent ses journées, son coeur, son esprit...

Afin de contenter hypocritement sa soif charnelle tout en faisant croire à sa cour de rieurs (nul n'étant dupe de sa "religiosité haineuse") qu'elle déteste l'ivresse des sens, elle prie devant des statues de martyrs à moitié dénudés, lorgne sur les gros cierges, côtoie de jeunes abbés avenants, va confesser avec délectation au vieux curé de sa paroisse ses songes érotiques, et ce trois fois par semaine...

Tante Marie-Taure n'évoque jamais directement la virilité des hommes. Par exemple, au milieu de ses coutumières conversations anodines elle vante les mérites de tel ou tel, l'air de rien : " Mon jardinier est sacrément vigoureux pour dessoucher le poirier ! "

Un "aveu potager" qui en dit long sur ses après-midi dominicaux, attendu qu'elle emploie l'ouvrier horticole du village chaque dimanche après-midi, justement...

Ou encore, à propos de la pluie : " Je me suis prise une bonne saucée tantôt ! Trempée jusqu'aux sangs ! J'ai reçu ma dose de jus au travers de la gorge et même jusqu'aux rognons ! "

Un parler cru contrastant étrangement avec son habituelle sobriété de langage... Façon de glorifier mine de rien ses "écarts de conduite" de bigote, qui saura ?

Tante Marie-Taure -accessoirement ménagère hors pair, championne du plumeau, terreur des moutons roulant sous les literies- depuis sa demeure sise en face du cimetière continue de veiller sur la renommée de son officielle chasteté et à entretenir les rumeurs du village qu'elle hante depuis cinquante ans de sa silhouette squelettique.

Décidément, à part le sexe tendu des hommes, la pieuse célibataire n'a peur de rien.

Précisons, avant de la laisser paître dans son univers de missels et de poiriers, que tante Marie-Taure est fort laide.


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x8wlpg_tante-marie-taure_creation

lundi 23 mars 2009

837 - Défi aux catcheurs

AVERTISSEMENT

Ce monde républicain étant malheureusement peuplé d'épais abrutis et parfois d'ivrognes sans aucune subtilité, voire de franches brutes n'ayant pas accès à la plus élémentaire réflexion critique, je souhaite mettre en garde les personnes susceptibles de mal réagir en lisant ce texte intitulé "défi aux catcheurs" : ceci est un sketch.

Ce texte n'est par conséquent pas à prendre au premier degré... Je souhaite à travers cette bagatelle déclencher une fine hilarité et non pas injurier une profession.

Puissent les indigents de l'esprit évoqués plus haut accéder à la dignité d'humains civilisés par la magie de l'humour !

Raphaël Zacharie de IZARRA

Bande de tarlouzes !

Vous vous croyez des hommes, des vrais sous prétexte que vous faites de la gonflette ? Vous n'impressionnez que les midinettes émotives et les mémés d'hospices avec vos "musculettes" de mes deux !

Vous pensez que vos tatouages a la noix vous donnent du lustre ? Pauvres mauviettes ! Vos tatouages ne sont là que pour masquer vos petites couilles d'impuissants !

Mais regardez-vous donc ! Vous vous passez à longueur de jour de l'huile sur les fesses comme de grosses tantouzes que vous êtes !

Faire briller votre cul est visiblement plus facile que briller par votre esprit...

Vos neurones c'est zéro !

C'est parce que vous avez un kiki tout riquiqui que vous vous sentez le besoin de jouer les gros bras sur un ring ? A tous les coups c'est ça votre problème. N'est-ce pas messieurs les fillettes ? Pauvres fiottes va !

Vous n'avez rien dans le citron, tout dans le fion ! Vous ne vivez que par votre cul, bande de pédés ! En vérité vous pissez dans votre froc devant les tatoués, les vrais, les comme moi qui osent vous dire la vérité !

Moi je suis tatoué dans la tête, pas sur le cul comme vous !

Il n'y a que les fofolles pour se coller des vignettes de malabar sur les fesses ! Moi mon tatouage cérébral c'est du dur, du putain de tatouage de mecs qui en ont, de l'encre de mes foutues couilles d'acier, bref du roc, de l'indélébile, pas du petit lait qui part avec de la savonnette à chochotte !

Vous me faites bien rigoler avec vos biceps à la gomme.

Je suis persuadé que c'est de la guimauve tout ça, comme votre zizi d'ailleurs.

Et je sais que vous seriez bien incapables de venir me prouver le contraire... Je vous mets mes coordonnées. Je peux attendre longtemps, vous n'aurez jamais les couilles de venir baisser votre froc devant moi pour me montrer que vous en avez, puisque tout le monde sait bien que dans vos slibards il n'y a rien que du rembourrage à base de coton.

Avec moi l'illusion ne marche pas.

Maintenant que je viens de démasquer publiquement les fillettes qui se cachent derrière des muscles en toc, vous pouvez aller remettre vos jupes bande de pédales que vous êtes !

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra@wanadoo.fr
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 LE MANS
02 43 80 42 98
09 50 35 86 22

dimanche 22 mars 2009

836 - Je ne suis pas un provocateur !

AVERTISSEMENT

A ceux qui me taxent de simple provocateur et qui cherchent sans cesse à me nuire en me menaçant de déposer plainte contre moi, à ceux également qui me destinent leurs appels téléphoniques anonymes malveillants ou qui m'envoient des mails injurieux sous le fallacieux prétexte que la couleur de mon beau chapeau de sybarite déplaît à leur belle-mère en proie à des furies utérines ou que mon verbe ciselé perfore leurs minuscules convictions de minables et attente prétendument à leur dignité de cancaniers palmipèdes, je réponds ceci en ce qui concerne ce texte qu'il liront avec une secrète délectation sous une façade hypocritement outrée :

L'article fantaisiste dans lequel je cite nommément et mets en scène de manière scabreuse madame Ségolène Royal et monsieur Nicolas Sarkozy n'a rien de diffamatoire, d'injurieux ou d'irrespectueux à l'égard des illustres intéressés que je viens d'évoquer.

Ce texte franchement scatologique est à prendre au tout premier degré certes, mais dans l'esprit de la grande tradition rabelaisienne.

Je ne cherche à piéger personne.

Que celui qui ne souhaite pas lire ce texte de crainte d'être choqué ne le lise tout simplement pas.

Nul n'est obligé d'aller mettre le nez là où c'est supposé ne pas sentir bon.

Vous voilà avertis !

Que les lecteurs dûment prévenus noir sur blanc ne viennent pas se plaindre ensuite que je suis un "provocateur", puisque précisément je viens de leur conseiller de ne pas aller mettre leur museau dans le fumier.

Un texte aussi outrancier que celui que vous allez lire -ou non- et surtout parfaitement apolitique est destiné à faire rire, on s'en doute. Voilà un écrit purement récréatif.

Aucun message particulier à faire passer.

Vous voilà doublement prévenus.

Quant à ceux qui se sentiraient une âme de justicier du dimanche pour aller cafter à Sarkozy et à Royal que je les traîne dans la merde -nous sommes là dans la grosse facétie bien entendu- rien que pour se faire de la publicité à bon compte, à ceux-là je leur dis tout de suite : pas cap !

A bon entendeur...

Raphaël Zacharie de IZARRA

LE TEXTE :

ECHANGES INDIGNES ENTRE ROYAL (aussi appelée Sale-Vache) ET SARKOZY (dit Gros-Zizi)

Incroyable !

Sarkozy à la fin du débat télévisé devant les caméras du monde entier s'est levé, est monté sur la table, a sorti son gros zobinard en le dirigeant vers madame Royal et joignant le geste à la parole a dit :

- Tiens grosse salope de Ségo de mes deux, cela faisait deux heures quarante minutes que j'avais envie de te pisser à la gueule, voilà qui est fait !

Après avoir ainsi vidé sa vessie sur le visage interdit de Madame Royal (qui s'est cependant vite reprise), il a refermé sa braguette et s'est rassis comme si de rien n'était, un sourire narquois sur les lèvres.

Sur quoi la pauvre Ségolène, toute dégoulinante d'urine encore fumante s'est levée à son tour, est montée sur la table, imperturbable, s'y est accroupie et a déféqué de toutes ses forces en direction de monsieur Sarkozy en lui répondant sur un ton cynique :

- Ha ben tiens je te rends la monnaie de ta pièce mon p'tit Sarko : après la pinte de bière tiède, voici le chocolat chaud !

Ces derniers échanges furent déplorables, lamentables, atterrants et surtout donnent de la France une image vraiment affligeante. Les candidats de nos jours ne savent vraiment plus se tenir !

Si à présent les candidats se mettent à se pisser et à se chier à la gueule en guise d'argumentation, où va-t-on ? Je vous le demande !


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xpe81v_sarkozy-royal-scandale-du-debat-politique-raphael-zacharie-de-izarra_news

mercredi 18 mars 2009

835 - Izarra légèrement dévoilé

LES APPARENCES :

Avec ses sacs en plastique à bouts de bras, il a l'air anonyme et ordinaire ce couple revenant du magasin du centre ville du Mans... La jeune femme d'un pas serein s'avance vers sa demeure sise au "Vieux-Mans" avec son compagnon aux allures sages, presque insignifiant dans sa discrétion de bon aloi... Deux inoffensifs citadins bien connus des commerçants du centre ville avec lesquels ils entretiennent des rapports aimables, courtois, agréables. De bons clients, sans histoire. Un couple de manceaux comme tant d'autres, habitué à vaquer à ses petites affaires domestiques, mêlant avec jovialité sa routine à la vie des autres habitants.


LA REALITE :

Laissons de côté la jeune femme, elle ne présente nul intérêt.

Mais ce garçon aux apparences tranquilles, posées, raisonnables qui porte des sacs en plastique en compagnie de cette jeune femme nonchalante, de près ou de loin qui imaginerait que ses sacs en plastique et son pas mesuré ne sont qu'un masque cachant un personnage odieux et flamboyant, pervers et vertueux, mystique et dévoyé, avaricieux et manipulateur, romantique et mesquin, corrupteur et scrupuleux, fantasque et dément, baroque et stellaire ?

Il dort avec deux épées à ses côtés, porte très haut dans son estime sa particule, affiche son nom en gros sur sa porte. N'a-t-il pas de drôles d'idées ? Il épie son voisin, ses deux voisines, fouille dans leurs poubelles... Est-il bien curieux ce coquin ! Il envoie des lettres d'amour anonymes à des inconnues de son quartier, fait la morale aux employés de chez TF1, hante le cimetière de la ville en quête d'inspiration, fait pousser de la menthe sur la voie publique, enterre ses chats de même, à proximité des poubelles de ses voisins. Le fait-il exprès ?

Il étudie avec un grand souci scientifique les différents mouvements du coeur féminin mis en contact avec son verbe hautain et ciselé. Ho le vilain petit machiavel !

Il collectionne les lettres d'amour, jette ses papiers administratifs, est obsédé par la Lune. Il ne paye jamais ses dentifrices ni ses brosses à dents : étrange lubie dont il ignore lui-même l'origine. Il s'ennuie le dimanche, raille les travailleurs du lundi, s'offusque des porteurs de téléphones mobiles. Un vrai misanthrope ! Il fréquente avec assiduité casinos, mairies, cryptes des églises , cathédrales, taudis et châteaux classés.

Ne lui demandez jamais votre chemin, il est incapable d'expliquer en termes intelligibles où se situe la rue d'à côté ou le bar du coin. Il affiche sans complexe sa supériorité due au fait qu'il habite dans les hauteurs antiques de la ville et que les rues de ces lieux sont pavées et non goudronnées. Sur sa boîte aux lettres son nom inscrit à l'encre de Chine sur toute la longueur disponible est devenu une curiosité du quartier. Il chante à midi comme une pie "bavassière", improvisant les chansons les plus ineptes qui lui passent par la tête à travers sa fenêtre pour bien signifier au voisinage qu'il est là, que son nom en quatre parties lui donne ce droit républicain de chanter faux et fort.

Bref, méfions-nous de certains porteurs de sacs en plastique revenant de magasin, leurs apparences peuvent être trompeuses.


VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=9ZxfhNydbkA

http://www.dailymotion.com/video/x4e2pt9_izarra-legerement-devoile-raphael-zacharie-de-izarra_travel

mardi 10 mars 2009

834 - Vive le Tibet chinois !

Aux dernière -et justes, impartiales- nouvelles, le Tibet a été sauvé de la féodalité, de la régression, voire de la sauvagerie par la Chine en 1949.

Le Tibet, province de la Chine, fait partie de ce vaste pays depuis le XIVème siècle tout comme la Vendée faisait toujours partie de la France à la Révolution en dépit de sa fidélité au roi ou comme la Corse est entrée dans le giron civilisateur de la France depuis plusieurs générations. Les aléas de l'Histoire ont fait entrer le Tibet dans le ventre de la Chine, c'est ainsi. On ne revient pas sur l'Histoire : les procès rétrospectifs ne font guère avancer les choses. Contester la légitimité de la Chine à administrer le Tibet revient à contester la légitimité de la France à administrer l'Alsace-Lorraine...

Cela revient surtout à reculer, tergiverser à l'infini sur des événements politiques et historiques que nul ne maîtrise.

Sans la Chine le Tibet serait un pays de crèves-la-faim livré à l'anarchie, à une dictature pire que celle de Pékin ou, dans le meilleur des cas, livré à lui-même. Avec tout ce que cela implique de conséquences en termes d'isolement culturel, économique, politique. La Chine exerce son influence bénéfique sur le Tibet comme l'empire romain exerça la sienne sur les Gaules.

Certes il est injuste que la Chine interdise la liberté d'expression et de culte des tibétains et qu'elle les emprisonne.

La question du Tibet doit se porter exclusivement sur les exactions commises par le gouvernement chinois sur les tibétains et non sur son indépendance dont l'idée même est un non-sens, une aberration, une absurdité. Le DalaÏ-Lama lui-même ne souhaite pas l'indépendance du Tibet, seulement qu'on laisse les gens exercer librement leur culte. Le peuple tibétain est dans sa grande majorité reconnaissant envers la Chine de ne pas l'avoir abandonné en 1949.

Les agitateurs qui manifestent pour l'indépendance sont extra minoritaires au Tibet, ils sont surtout relayés par des imbéciles occidentaux manipulés par les médias prompts à réagir sans réfléchir, ou plutôt qui ont une propension détestable à réfléchir à la place des gens concernés : le peuple tibétain.

Tout ce tintamarre empêche de se faire une opinion juste des choses et surtout empêche d'entendre la majorité silencieuse du Tibet, c'est à dire les millions de gens satisfaits de leur sort, heureux que la province du Tibet soit rattachée à la Chine.

Il est certain que la Chine est une dictature odieuse qui exerce son pouvoir ubuesque sur un milliard et demi d'hommes. Les manifestations à l'occasion de l'ouverture des Jeux Olympiques contre le régime chinois ne sont pas une mauvaise chose, à condition de manifester contre les crimes commis par le régime chinois contre la population tibétaine et non pour demander l'indépendance du Tibet...

Ignares et marionnettes qui exigent l'indépendance du Tibet, tous manipulés, sont inefficaces. Leurs agitations sont non seulement stériles mais ridicules.

Alors que le Dalaï-Lama (ainsi que la grande majorité des tibétains) ne demande ni l'indépendance (il reconnaît les bienfaits du rattachement du Tibet à la Chine) ni ne souhaite le boy-cott de l'ouverture des Jeux Olympiques, des hystériques dans le monde entier continuent de brailler pour l'indépendance du Tibet !

Tous se ridiculisent à exiger l'indépendance de la province du Tibet... Ignares, imbéciles, fous furieux droits-de-l'hommistes et autres marionnettes ne doivent pas faire la loi !

Les exigences des tibétains ne portent pas sur l'indépendance du Tibet mais sur le respect des droits de l'homme, ce qui n'est pas la même chose. Les manifestants visent complètement à côté de la vraie cible. Ils devraient se taire au lieu de répandre des hérésies.

Maintenant que moi je sais cela, je ne veux plus bêler avec le reste du troupeau.

Vive le Tibet chinois, vive la vraie réflexion et cessons de braire au rythme des baguettes médiatiques !


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x29iw2k_vive-le-tibet-chinois-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://rutube.ru/video/5d4dc521a8bf50b4296709ad9847581e/

dimanche 8 mars 2009

833 - Tibet des émotifs

Pauvres cloches occidentales, cessez de faire sonner vos têtes creuses contre les belles et mensongères statuettes du Tibet érigées par des gourous du marketing pour des "touristes politiques" crédules !

Les tibétains sont comme nous tous, ni plus ni moins.

La plupart sont des pauvres types avec en eux toutes les nuances de beautés et de noirceurs mêlées. Chez ce peuple de mystiques d'opérettes il y a d'ailleurs la même proportion de franches crapules que chez nous.

Population essentiellement composée d'insignifiants "Dupont des montagnes", les tibétains ont parmi eux de très pervers pédophiles, d'infâmes proxénètes, des sots profonds, des assassins sans scrupule, des ignares superstitieux et des paresseux alcooliques.

Peuple opprimé par la Chine, si les tibétains étaient à la place des Chinois, ils seraient oppresseurs à leur tour.

Faut-il être naïf pour accorder une telle importance aux apparences folkloriques d'un peuple ! Pauvres, asservis, persécutés, religieux, photogéniques donc honnêtes, bons, généreux ?

Foutaise !

Que vaut l'artifice, le luxe, l'éclat d'une photo d'un tibétain au visage grave et profond face aux petites et grandes vérités sans fard dont nul objectif photographique -par définition borné- ne vient jamais restituer la crudité, la vulgarité, la bassesse ?

A l'exemple des portraits romantiques du Che ou de Rimbaud qui font rêver les éternels adolescents et les révolutionnaires puérils du monde entier, l'image que l'on donne du Tibet et de ses habitants est une image imbécile, réductrice, insane.

La réalité du Tibet est plus bête, plus méchante, plus rugueuse que le papier glacé officiel des idées reçues : elle sent le caca, a la saveur amère des fruits pas mûrs, distille dans ses célèbres sommets neigeux les airs mortels des jours d'ennui où tournent les monotones moulins à prières...

Elle est pouilleuse enfin, pouilleuse et misérable comme un bohémien analphabète, ivrogne, crapuleux qui du fond de sa roulotte déclassée croupissant sur le parking d'un village se prend pour un prince sous prétexte qu'il aligne trois fausses notes sur sa guitare déglinguée...

Vive la Chine et ses éclats millénaires !


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x29iwod_tibet-des-emotifs-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=wcmBDJidlM4&feature=youtu.be

samedi 7 mars 2009

832- Lettre au maire de Coulaines

Raphaël Zacharie de Izarra
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Tél : 02 43 80 42 98
ou : 09 50 35 86 22
raphael.de-izarra@wanadoo.fr


samedi 7 mars 2009

Monsieur le maire,

Je viens de découvrir à vélo quelques quartiers de votre ville. Certes je connaissais déjà le minuscule mais remarquable centre-ville historique avec sa belle église médiévale judicieusement mise en valeur, fleuron de la cité pour lequel je tenais d’ailleurs à vous féliciter.

Mais que dire de certaines parties de Coulaines plus excentrées ? Ces successions d’habitations individuelles comme des cubes sans âme, sans vie, sans charme dans lesquelles semblent se complaire des propriétaires aux sensibilités vulgaires sont parfaitement déprimantes !

Comment tant de vos administrés peuvent-ils accepter de s’endetter pour se faire construire de telles horreurs ? Comment peuvent-ils consentir à l’émergence de ces horribles quartiers assimilables à des ghettos pour «salariés de chez Renault» où tout végète, respire la misère esthétique, le mauvais goût ? Même le cimetière neuf situé dans les hauteurs de la ville est à l’image de ces quartiers : mortel.

Il est regrettable qu’une partie de vos administrés contribuent à l’enlaidissement de votre ville avec leurs infâmes constructions. Certes je ne suis pas coulainais mais je peux quand même me permettre de reprocher aux habitants de ces rues cafardeuses leur indigence esthétique car moi au moins j’ai le bon goût de vivre au Vieux-Mans.

J’habite dans de la vieille pierre, pas dans une maison Bouygues !

Ma promenade à vélo dans ces parties de Coulaines fut démoralisante mais en même temps édifiante, instructive, et finalement salutaire : c’est en parcourant ces rues propres, nettes, froides et ennuyeuses où s’alignent des maisons individuelles en béton (agrémentées parfois de faux-puits en plastique ou de nains de jardin) que j’apprécie encore plus mes vieilles pierres mancelles.

J’imagine aisément des colonies de Pères-Noël gonflables importés de Chine suspendus sur les toits de ces habitations coulainaises en période de fêtes de fin d’année comme autant de cerises bien mûres sur de gros gâteaux d’anniversaire et qui pourrissent lamentablement au printemps… Mais je dois être juste : je n’ai pas vu de Pères-Noël moisis et avachis pendouiller sur les toitures. Ou alors ce détail navrant caractéristique de ce genre de maisons m’aura échappé.

Mais peu importe : dans ces quartiers de Coulaines j’ai côtoyé la misère -la vraie, celle de l’esprit- des gens assez fortunés pour se faire construire des maisons individuelles mais assez sots pour le demander à Bouygues et compagnie !

Je compte retourner de temps à autre dans ces quartiers neufs de votre ville que je viens d’évoquer en termes peu flatteurs (mais justes) pour mieux jouir, par effet de contraste, des beautés architecturales de l’antique cité mancelle où pour mon plus grand bonheur je demeure depuis 2002.

Cette lettre n‘était pas absolument nécessaire, j’en conviens. Mais il ne m’était pas non plus complètement défendu de vous faire part de mes états d’âme.

Je vous prie de croire, monsieur le maire, à l'expression de ma parfaite considération.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique