samedi 29 octobre 2016

1200 - Dieu est Poésie

Dieu, ce producteur de rêves tangibles, est un peintre fantasque et génial qui tapisse le fond des océans de feux d’artifices, enflamme les sommets de glace et gonfle les nuages de lumière.

C’est un fou créatif qui engendre de la beauté, rien que de la beauté, toujours de la beauté. Un sage débordant d’idées folles qui, avec ou sans raison, inonde l’Univers d’inventions délirantes. Un auteur de fantaisies sans fin.

Là où crache la flamme suprême, où se pose la main divine, où glisse l’aile céleste, naissent l’écume, le cristal, l’azur, l’onde, la couleur, la courbe qui se combinent pour donner l’astre, le sable, les saisons, l’orage, la fleur, le parfum, la créature...

Et la joie qui va avec.

La  Création est Poésie pure.

Ce souffle intarissable, impossible à nommer autrement que “Dieu”, peuple les espaces de feux nouveaux, fait reculer les horizons de toutes parts, ajoute de la vie au monde à toutes les échelles, sans cesse, de haut en bas et sous les formes les plus irréelles !

Et ce qui nous semble laid est sublime en réalité. Tel est le paradoxe de ses miracles.

Dieu est un joueur de dés ne sortant que des numéros gagnants. C‘est ce qui fait sa gloire.

Il a fait du Cosmos un vaste poème qui n’en finit pas de s’étendre et de bruire.

Et à travers toute chose il fait résonner sa lyre. Partout j’entends les cordes éternelles. En chaque partie de ce qui est, émane le chant du poète.

Je ne vois nulle part le banal car tout est prodigieux.

Dans cette glaise universelle tout est relié, tout s’interpénètre, que ce soit dans le visible ou dans l’impalpable : les atomes dansent ensemble, les éléments -d’ici et d’ailleurs, des fonds et des hauteurs- forment un même ballet, les opposés se rejoignent à leurs points culminants, les principes qui paraissent contraires se répondent pourtant avec finesse et élégance, le dur et le doux se complètent pour offrir le meilleur, le minuscule réfléchit l’immense et l’infini est contenu dans une particule de poussière de la même manière -aussi simple qu’extraordinaire- que le firmament se reflète dans une flaque d’eau ou qu’une goutte de pluie reproduit l’océan.

Bref, sous les doigts de cet artiste plein d’inventivité et de délicatesse, les étoiles ressemblent à des flocons de neige, les galaxies imitent les papillons et les oiseaux sont comme autant de signes mystérieux planant au-dessus de ma tête.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/16b772a624fba55a823a38f8241c5555/

http://www.dailymotion.com/video/x4zozxl

dimanche 16 octobre 2016

1199 - Une averse de mars

Les giboulées faisaient pleurer les toits, chanter les trottoirs et rire les enfants. La ville sous les averses de mars devenait glaciale et argentée, sinistre et illuminée.

Des gouttières s’écoulait une écume en furie, de mon âme émanait une onde trouble. Sous le charme de de la saison âpre et triste, je rêvais en marchant.

Dans les flaques je voyais tantôt ma face pâle, tantôt un arc-en-ciel.

Les nues sombres alternaient avec un soleil vif et intérieurement je passais du froid tranchant à la glace fondue.

En moi, d’immenses étendues blanches, de vastes contrées givrées, des flots de poésie naissante, des vagues de sentiments neufs, des tourmentes de joie, des cumulus de légèreté.

Les gouttes sur mon front étaient des baisers pétrifiants, de liquides frissons, des caresses mouillées. Elles ruisselaient jusque dans mon cou pareille à une liqueur gelée.

Je me délectais de ces larmes frigorifiées au goût de nuages, de liberté, d’infini. Et sous la grêle je tremblais d’un bonheur humide, austère, clair, fluide et pénétrant.

Trempé, grelottant, enivré de neige mourante, je me sentais plus vivant que jamais.

Dans les flaques, par-delà mon visage ou les simples jeux de lumière, se reflétait un autre monde.

Entre deux déluges de glaçons l’astre faisait étinceler l’eau tout autour de moi.

Et je rêvais, rêvais en cheminant...

Et là, en descendant la rue, je montais vers mon paradis.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/6a1fa4168059e2448c2a10c992a4fe3b/

http://www.dailymotion.com/video/x4xnvro

vendredi 14 octobre 2016

1198 - Je déteste Rimbaud !

Rimbaud ne m’inspire que des vertiges sans hauteur, des troubles sans charme, du vague sans âme.

Ses écrits me font songer à de grandes messes plates du dimanche. Ou à des rêves idiots.

Avec ses blasphèmes verts il fait naître en moi un ennui au visage pâle. Ses illuminations ne sont à mes yeux que des lanternes léthargiques.

C’était une pomme pas mûre, un mauvais navet, un nabot haut comme trois vers s’amusant à faire passer les astres pour des poires.

Je ne veux plus lire ce grand déréglé du luth et petit casseur de lyre.

Certes l’auteur manifesta quelque mémorable éclat : sa plume produisit de la flamme. Mais on ne retient que ces parcelles de jour pour justifier ses vastes nuits. On cite souvent ces éclairs -comme on affiche sa photo de jeunesse- pour légitimer ses regards les plus flous, ses écarts les plus fous et autres embrouillages sans fin  de ses mots sans fond.

Ses erreurs poétiques, que la plupart des “gens sensibles” prennent pour des “inventions inouïes”, sont pour moi de banals égarements verveux d’un gamin doué pour l’enfumage de son siècle. Et de ceux qui suivront...

Rimbaud est une farce qui dure. Lourde comme une dinde gavée de marrons. C’est le sapin de Noël de la littérature qui chez les doctes pigeons et lettrés évanescents passe pour le prince des guirlandes...

jeudi 13 octobre 2016

1197 - Votre société ne m'intéresse pas

On m'a toujours considéré comme un élément extérieur à la société, une sorte de corps étranger au système, une force libre -ou un poids mort- totalement inutilisable, un rouage isolé n’entrant dans aucune structure.

Ce qui est parfaitement vrai. 

Je suis une peau de banane sociale.

Vos plus chères valeurs glissent sur moi le plus naturellement du monde. D’un seul rire moqueur je fais voltiger tout ce pour quoi vous consacrez votre existence. Je suis né avec un épiderme allergique aux carottes qui font avancer les ânes que vous êtes.

Ce qui est sacré pour vous est clownesque pour moi. Vos gravités de caniches ne valent pas mes allures d’albatros.

Ce qui vous fait pleurer me fait ricaner, ce qui vous afflige m’allège, ce qui vous effraie me fait rêver.

Mes trésors vous sont inaccessibles. Je suis pour vous un point d’interrogation vaste comme le ciel, vous êtes à mes yeux des miettes d’humanité.

Vous donneriez votre vie pour un sou de vanité, un bout de combat, un reste d’honneur bovin, et finalement faire des bustes en marbre de vos têtes de Guignols. Je ne suis pas de votre étable, vous n’êtes pas de ma galaxie.

Pour ne pas vous déplaire et charitablement me mettre à votre portée, aimablement vous caresser -conscient des immensités nous séparant-, je fais souvent semblant d’apprécier votre foin. J’imite vos beuglements et je bois dans votre auge. Et vous me prenez pour votre frère.

Un peu fou, un peu bancal sous prétexte qu’avec ma plume je ne touche pas votre sol.

Et c’est vous qui avez pitié de moi parce que vous me croyez infirme. Vous les ruminants, moi l’ailé.

Et je vous laisse à vos lourdeurs, à vos chaînes et à vos pâtures pour m’échapper dans mes hauteurs et contempler tristement vos clôtures.

mardi 11 octobre 2016

1196 - Les hommes sans bruit

Parmi les hommes il y a, tout en haut, les oiseaux d’envergure que tous voient. Esprits de haut vol (dont, en toute vanité mais aussi en toute vérité, je me réclame). 

Plus bas, les pachydermes qui laissent les traces de leurs pas. Pragmatiques de poids.

Et, entre sol et soleil, la masse des gens ni grands ni petits, ni blancs ni noirs, ni bons ni mauvais mais qui au moins comblent les creux, occupent de la place, agitent l’air ou tracent le sillon, battent leurs ailes ou remuent leurs pattes autour du globe. Peuple d’humains qu’on qualifierait de “sans histoire” qui a des histoires quand même. 

Bref le monde est fait des grandes figures du ciel et des façonneurs de siècles entraînant dans leur sillage les passagers communs de la Terre.

Et puis il y a les autres. Les minuscules, les oubliés, les invisibles, les sans-gloire, les sans existence.

Je veux parler des fades, des silencieux, des incolores qui ressemblent à des ombres.

Des sans esprit pour le dire en un mot.

On les voit sans les voir.

Ils sont toujours seuls, muets, pâles. Totalement insipides, parfaitement inconsistants, exceptionnellement transparents. Ni tièdes ni médiocres, ils sont là sans être là, inexistants. 

Caricatures d’eux-mêmes, ils se confondent avec les journées qui passent, le temps qu’il fait, les heures qui se figent.

Ces anonymes (des hommes, invariablement) n’ont pas de compagne mais souvent un chien, voire trois ou quatre, ou alors ils ont une femme mais pas de vie. Ils errent entre aubes et soirs, chemins et cités, métros et administrations, bistrots et caniveaux sans laisser d’empreinte. Pétrifiés dans leurs habitudes d’abrutis.

Je les appelle les “minables”. C’est de ma part fort peu charitable mais c’est ainsi que je les désigne parce que c’est ainsi qu’ils m’apparaissent.

Ils dorment depuis si longtemps, sont si timides, si insignifiants qu’ils n’auront pas même de tombe.

Puisqu’ils sont déjà morts.

Leur visage est celui des jours vides, ils marchent vers le rien en regardant le néant. On les reconnait à leur casquette, leurs airs d’ivrogne, leur mégot collé à la lèvre inférieure, leurs cartes de syndiqués, leur permis de pêche.

Parfois à leur seule tête de bovin : résultat de plusieurs décennies de placidité.

Ces fourmis toutes pareilles, effacées, creuses, somnolentes sont-elles heureuses ? On ne prête pas de tels états d’âmes aux moucherons, aux fétus de paille ou aux cailloux... Les balourds dans le moule remplissent simplement leur fonction de clones passifs plantés sur notre planète. Sans réfléchir, sans ressentir, sans espérer autre chose que l’acquisition de bons de réductions pour l’achat de biens domestiques au supermarché du coin ou la conservation des points de leur permis de conduire...

Et pourtant je leur souhaite l’éveil, le tonnerre, les hauteurs.

En attendant, ces égarés léthargiques à la destinée plate sont la poussière de nos villes et la fumée de nos campagnes.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/bc7f2349c1eed4cf4822876e2005a53f/

http://www.dailymotion.com/video/x4x0lin_les-hommes-sans-bruit-raphael-zacharie-de-izarra_travel

vendredi 7 octobre 2016

1195 - Le néant du féminisme

La lutte des femmes pour les femmes c’est comme le vent qui se révolterait contre la rotation terrestre : vain et grotesque.

Le féminisme est une boursouflure de la femelle bêtise dans le ciel de la gloire masculine.

Celle qui se bat pour sa “liberté” n’a pas compris que la dignité du sexe faible est de se tenir à côté du mâle, non de lui faire face. Le salut d’Eve est dans sa soumission, non dans l’affrontement.

La porteuse d’enfants n’est fondamentalement heureuse que dans les bras protecteurs et sanctifiants de son seigneur et non pas dans les égarements d’une “libération” qui l’aliène à des codes sociaux et moraux toujours plus vulgaires et déprimants.

Colette, Beauvoir, Woolf, Badinter et leurs soeurs dégradées par les idées en vogue ne sont que de vastes chimères pour petits esprits. Ces célébrités prenant la pose avec des airs pénétrés sur des photos en noir et blanc sont les monstres imberbes de notre société émasculée, matée, athée.

Ces suffragettes en chef sont les mentors des syndicats d’eunuques. Productrices de brumes toxiques d’une pensée morbide et mensongère, elles alimentent les âmes faibles de leur nourriture létale. De leur cervelle sort non pas du sens mais de la cendre : les fruits de leur génie sont l’avorton, le divorce, l’amertume.

Ces grandes figures de la cause suprême sont avant tout fières d’être “ce qu’elles ne sont pas” : des hommes.

Le putsch de Vénus contre la Création confère à ces illustres combattantes des allures de statues en jupette : le grand style du siècle.

Ces fleurs plates, pâles, sèches, portent les graines de la stérilité promise ! L’espoir des poires dans toute sa splendeur. Le rêve de la volaille émancipée. Les lendemains de la dinde votante.

Bref, de leurs germes naît la ruine des genres. Tel est leur fait d’armes.

Leur plume la fumée, leur vie le vide. Et leur tombe, fleurie d’illusion.

D'authentiques séductrices de penseurs creux.

Ces accoucheuses de pages de mort, parées de paillettes folles, impressionnent beaucoup, il est vrai, les caniches de ce monde.

Mais on a oublié les loups et me voici.