mardi 26 mars 2013

983 - La Toile, ce tissu de l'âme

Il est instructif de constater ce que certains font de leurs dix doigts et de leur cerveau selon les outils mis à leur portée.

Un marteau pour les uns sera l’instrument de leur chef-d’oeuvre, pour les autres il servira à détruire.

De même l’accès à INTERNET pour les seconds sera également l’accès à la guerre, pour les premiers la toile représentera le support de leur meilleures intentions.

J’observe avec attention ce que des humains font avec l’outil informatique, les oeuvres étant révélatrices des âmes.

Il y a ceux qui ne font qu’injurier, menacer, provoquer, agresser, etc. Une assez grande partie des utilisateurs du NET, malheureusement. Et puis il y les autres, des esprits sains ayant compris la puissance créatrice et bénéfique que l’on pouvait tirer d’un simple clavier...

Jamais un accessoire à fonction sociale et à usage universel n’aura comme INTERNET aussi bien dévoilé les personnalités.

Certes le marteau comme dans l’exemple cité plus haut peut également trahir la lumière ou l’obscurité d’une âme à travers l’usage qu'il en sera fait, sauf que de par la simplicité de cet outil sommaire on pourra toujours faire illusion, les possibilités d’expression étant limitées. 

Ainsi pour caricaturer, avec un marteau le génie façonnera une statue, le vandale la brisera. Mais ce matériel archaïque ne laissera pas apparaître les nuances comportementales entre ces deux extrêmes.

Tandis que de par sa sophistication, sa subtilité, sa très grande marge de manoeuvre le NET à un moment donné fait ressortir la vérité profonde de son utilisateur.

Jamais dans l’histoire humaine un vêtement n’aura épousé d’aussi près la peau de son porteur.

INTERNET est le miroir exact non pas de l’image publique ou privée que chacun veut se donner mais de son âme profonde.

Dans la vie dite “réelle”, l’insulteur ne se montre pas nécessairement, il n’agresse pas toujours verbalement son prochain.

Sur le NET, il se découvre insulteur.

De même un simple mécanicien automobile peut se découvrir sur le NET une âme de bienfaiteur universel, d’artiste, de sauveur du monde, d’écrivain, de cinéaste ou de bonne soeur !

Le NET ne montre pas forcément ce qui est affiché sur la place publique de la part de ses usagers mais ce qui est dans LEUR TÊTE, et c’est cela qui est révolutionnaire.

La toile de par sa portée égocentrico-planétaire exacerbe les esprits, les coeurs, les tendances, les vertus comme les passions, les vices comme les rigueurs.

C’est par ses oeuvres que l’homme montre son vrai visage.

Par conséquent, étudions-les non pas dans la rue mais sur la toile, c’est à dire dans cet espace "spirituel" enfin observable, tangible, mesurable...

Bref, dans ce laboratoire où évoluent les âmes.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/42178f6e46f9dd966f3ae9b90fd21e62/

http://www.dailymotion.com/video/x40o1di

dimanche 10 mars 2013

982 - Esther GALIL : échec instructif

La dictature de l’image est universelle, elle s’exerce dans tous les domaines. Chez les esprits faibles, elle alimente aussi bien l’hérésie littéraire, le mensonge artistique que la mauvaise foi critique.

Quand l’esprit est prisonnier de ses chaînes mentales, le préjugé est roi. Son influence altère tout jugement esthétique.

Une signature de prestige au bas d’un texte suffit à le déifier. La photo flatteuse d’un auteur peut le projeter sur l’orbite du succès. Le mouvement de cil du vieillard pèsera toujours plus lourd que les gesticulations du blanc-bec. Bref, à ceux qui triomphent par l’éclat du mirage, l’approbation est acquise.

Et ce, indépendamment du contenu, de la qualité, de la pertinence de leurs oeuvres.

Ainsi Rimbaud doit-il sa renommée bien plus à sa photo qu’à ses écrits ou le Che à son regard farouche immortalisé pour la postérité plutôt qu’à sa moralité. De même, les imbécillités des empereurs passent pour d’admirables pensées et la parole de l’aïeul n’a de portée qu’en vertu de sa barbe d’argent.

Sauf que lorsque les choses sont examinées en aveugle, tout s’écroule. Les masques s’évanouissent, les statues s’effondrent, les pyramides de certitudes tombent en poussière.

Ne reste que la cendre rédemptrice de la vérité.

Samedi 9 mars 2013, 42 ans après avoir obtenu des lauriers planétaires pour “LE JOUR SE LEVE”, c’était en 1971, la chanteuse à l’organe vocal exceptionnel nommée Esther GALIL -qui soit dit en passant à l’époque fut une fort belle femme au charme profond et puissant- avait décidé lors d’une émission télévisée dédiée aux talents nus (c’est à dire une épreuve pour interprètes avec des arbitres ne se fiant qu’aux voix, le visage des candidats leur étant dissimulé) de soumettre sa chanson phare à quatre juges, tous spécialistes de la musique.

Un concept sans pitié.

Une prestation en aveugle donc, le quatuor d’experts ne connaissant nullement l’identité de cette concurrente particulière...

Esther GALIL pour la millième fois depuis 1971 fit donc vibrer ses cordes vocales en célébrant son vieux tube, mais sans que ses quatre compétents examinateurs ne sachent à qui ils avaient affaire, rappelons-le.

La diva sur le retour, à l’unanimité, fut recalée.

Bien évidemment si elle avait chanté en pleine lumière et non dans l’ombre, les quatre érudits l’auraient élue championne de la soirée !

Edifiante leçon sur la vraie indépendance d’esprit ! Dès que l’artiste devient inconnu, son luth a manifestement moins de retentissement, l’auditoire étant plus sensible aux couleurs qu’aux idées, au feu qu’à la lumière, à l’artifice qu’au fond...

A quand la pédagogique présentation en aveugle des fameux textes de Rimbaud à nos lycéens et exégètes ?

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=2D9vgeorpvA

http://www.dailymotion.com/video/x37lknb