vendredi 29 octobre 2010

889 - Beauté et grandeur du voile islamique

Moi qui ne suis pourtant pas musulman, je suis choqué par le systématique dénigrement du noble voile islamique de la part des français et plus généralement de l'Occident. Ce racisme anti porteuses de voile est malheureusement un mouvement de fond à l'échelle de notre civilisation matérialiste plus qu'une simple lubie politique.

Ce symbole de probité morale que portent fièrement les femmes mahometiennes déplaît à notre civilisation obsédée par le sexe, l'argent, la frime, et la république française franchement dévirilisée, devenue superficielle, frileuse et insidieusement raciste aimerait bannir le voile islamique de son sol "aux sillons impurs" décidément allergique aux caresses âpres et belles de la vertu islamique courageusement affichée.

Les porteuses de voile sont belles, fortes, héroïques, nobles.

Que l'on me permette de leur rendre hommage à l'heure où tous les montrent du doigt comme des pestiférées, de vulgaires délinquantes, les dernières ennemies du pays à abattre... J'engage les femmes musulmanes à continuer de faire preuve de fermeté face à l'iniquité des attaques légalistes de cette France pervertie à la cause des Dupont bêtement incommodés par la vue du voile, ces veaux déjà dénoncés avant moi par de Gaule.

Certes on pourra me rétorquer que de Gaule par ailleurs ne voulait pas mélanger notre pain à celui des Sarrazins, et alors ? On peut être un grand homme de deux mètres de haut et se tromper sur des vérités flottantes de quelques dizaines de centimètres carrés.

Dés lors qu'il y a des françaises étalant sans complexe leur appartenance sociale à la haute sphère de la superficialité avec d'ostensibles carrés Hermès autour du cou, pourquoi des femmes musulmanes devraient-elles se voir interdites d'arborer leur piété avec la même fierté (et parfois aussi avec une admirable modestie qui les grandit encore plus) ? Que je sache, les premières violent le principe de la laïcité républicaine à partir du moment où dans leur sillage embaumé de parfum Channel elles laissent des signes réellement distinctifs, franchement revendiqués et ouvertement endoctrinants de leur appartenance au cercle des adorateurs du Veau d'Or (la preuve : après les avoir simplement croisées, bien des femmes du peuple veulent les imiter)...

Religion de la légèreté contre religion de la pudeur, je ne vois aucune différence entre ces deux cultes d'un point de vue strictement républicain : dans les deux cas nous avons bien affaire à des modes de vie basées sur des convictions intimes socialement exhibées avec des symboles forts qui ne laissent aucune ambiguïté sur les sensibilités, moeurs et orientations socio-culturelles des unes et des autres.

Il faut être cohérent : ou bien la république française interdit le port du voile aux femmes musulmanes mais en même temps, au nom de ce même respect du principe de la laïcité qui la turlupine étrangement depuis quelques années -comme par hasard surtout au sujet du voile-, elle interdit également aux femmes d'industriels de porter sacs Vuitton facilement repérables et bagues en or apparentes (susceptibles de faire des adeptes), aux sportifs de sortir en survêtements hors du lieu de leurs activités physiques (survêtements censés promouvoir illicitement leur sport favori), aux cyclistes d'ôter leurs casquettes à visière dès qu'ils mettent pied à terre (publicité déloyale pour le cyclisme), aux admirateurs de Johnny Hallyday de porter leurs T-Shirt à l'effigie de leur idole en dehors des salles de concert, etc., ou bien elle évite de se ridiculiser en respectant la liberté de chacun de se vêtir comme il l'entend, de porter croix, voiles, amulettes, colifichets ou gris-gris, chaussures à talons-aiguilles, bottes de paysans, guêtres, robes, chapeaux, colliers de perles, tatouages...

Bref, j'exhorte les femmes voilées à rester fidèles à leurs convictions religieuses, fortes dans l'adversité, grandes dans leur dignité, glorieuses dans leur hauteur. Je leur demande de ne surtout pas se laisser intimider par ces faux républicains qui n'admettent pas que la vertu puisse se parer des atours sobres et chastes qui font l'honneur, la noblesse et la pieuse beauté des femmes voilées.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/1fa790bc375f30eedb4c3c632b807a86/

http://www.dailymotion.com/video/x3iw9xv

mardi 19 octobre 2010

888 - Joharno présenté par Raphaël Zacharie de IZARRA

Joharno est une star du NET.

Avec son allure dégingandée, son accent de l'Est assez prononcé, sa diction singulière, Joharno inspire hilarité, intérêt, curiosité.

Entre maladresse et comique involontaire, ce personnage atypique incontournable de la toile n'en est pas moins chaleureux, bienveillant. Un peu brouillon, parfois emporté avec ses sujets terre à terre ou même tempétueux à travers ses digressions hasardeuses, mais toujours solidement calé derrière son écran, ce phénomène de l'INTERNET est un pilier de bonne et mauvaise humeur parfaitement assumée, un socle débiteur de doctes généralités, un intarissable puits de vérités horizontales, un oiseau au bec dur monologuant souvent sur les trois plumes de sa queue... Bref une légende du futur, un astre clignotant du monde cybernautique, sorte d'épouvantail sympathique du web.

Joharno fera partie de l'Histoire de la toile. Avec un grand H.

Il fait déjà partie du quotidien de centaines de milliers de passants virtuels. Son succès fulgurant est admirable et je crois que beaucoup jalousent sa célébrité. Joharno est une sorte de super Jean-Pierre Herlant surfant sur la durée. C'est un vieux loup du web à la peau tannée par des nuits de veille passées face à son écran jetant sur son front impassible ses reflets d'azur cybernétiques telle une mer sans fin, sans fond, une mer recélant plein de mystères et de secrets qu'il s'ingénie à nous révéler jour après jour... On est impressionné par la facilité avec laquelle Joharno est parvenu à s'immiscer dans les fibres les plus intimes de la grande toile. Le secret de Joharno : simplicité, sincérité, naturel.

Il a le charme des gens simples, authentiques, aimables.
Joharno est un Amiral du web. Il tient le cap depuis des années. Toujours à la barre, fidèle à lui-même, Joharno nous mène en bateau et c'est un réel plaisir que de se laisser embarquer par ce pionnier du clavier et de l'écran voguant dans l'imaginaire infini du haut débit.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://www.youtube.com/watch?v=kg39m35uxQI

http://www.dailymotion.com/video/x2zbnqc

http://www.dailymotion.com/video/x1uwvn8_joharno-presente-par-raphael-zacharie-de-izarra_webcam


ET LES DEUX VIDEOS QUE JOHARNO ME CONSACRE :

https://www.youtube.com/watch?v=Thz9T_sel8A&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x1uwygz_raphael-zacharie-de-izarra-par-joharno_webcam

lundi 18 octobre 2010

IZARRA : PIEUVRE ESTHETIQUE ?

SOURCE INTERNET DE L'ARTICLE :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/rimbaud-journaliste-polemique-40197

"A la recherche du Rimbaud perdu", c’est le film dont on parle abondamment en ce moment : hors festival de Cannes ! Tandis que la presse parle de découverte d’un écrit inédit du poète et que le journal Le Figaro confirme l’information dans son édition du 22 mai, un rédacteur d’Agoravox a réussi à se faire un coup de pub incroyable en répandant dans toute la blogosphère l’idée que cet écrit est un faux. Il a même rédigé un article sur Wikipédia. Mais d’abord qui est ce rédacteur ?

Raphaël Zacharie de Izarra est un rédacteur d’Agoravox. (Voir son profil).

C’est un personnage exubérant et particulièrement original. Pour vous faire une idée de son style, lisez son dernier article paru samedi "La contamination des sexes" qui a suscité une foule de commentaires. Voici également un extrait de son CV :

"Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon cœur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cet éclat transcendant, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes œuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous ? Osons le croire."

Qu’a-t-il fait pour mériter que ce papier lui soit consacré ? Il est allé très loin dans son art de la provocation...

L’objet du litige :

En avril 2008, est découvert un texte inédit attribué à Rimbaud. Il s’agirait d’un article paru dans le journal Le Progrès des Ardennes en novembre 1870. Intitulé "Le Rêve de Bismarck", le texte s’en prend au chancelier prussien. Le journal Le Figaro consacre un article à cette affaire sous le titre "Rimbaud : l’incroyable découverte".

Pour le spécialiste de Rimbaud, Jean-Jacques Lefrère, la question d’un faux ne se pose pas et il déclare : "D’autres textes en prose ou en vers de Rimbaud attendent peut-être d’être exhumés dans ce périodique."

Seulement un rédacteur coutumier des coups d’éclat et insatiable de reconnaissance, Raphaël Zacharie de Izarra, par ailleurs journaliste citoyen sur Agoravox, s’est pris l’envie de faire parler de lui sur la blogosphère, de faire du buzz comme on dit. Et cela a marché ! Son nom et sa théorie du canular se propagent à une vitesse folle sur la blogosphère.

Certes, on savait ses écrits flamboyants et exagérément excessifs, d’ailleurs non dénués d’humour décalé. Mais dernièrement, il a poussé son sens de la dérision et du spectacle encore plus loin qu’à l’accoutumée en publiant sous chacun de ses derniers articles un commentaire affirmant la fausseté de l’article découvert récemment et attribué à Arthur Rimbaud par les spécialistes éminents du poète. Il a reproduit sa théorie sur de nombreux blogs si bien que ses allégations sont maintenant reprises de blog en blog. Mais Raphaël Zacharie de Izarra ne s’est pas arrêté là : il a rédigé un papier sur Wikipédia pour donner plus de crédit à ses allégations fantaisistes.

Sur canalblog, un internaute prudent s’interroge : "Ceci dit, ce jeudi 22 mai 2008, je m’aperçois que ce texte retrouvé de Rimbaud est toujours présenté comme authentique par une partie de la presse. Du coup, je me demande si le dénommé Zaccharie de Izarra ne serait pas un plaisantin, ou un auteur en mal de reconnaissance..."

Il n’a pas tort car entre ce rédacteur ultra fantaisiste et Le Figaro, qui serait le plus crédible selon vous ?

J’invite Raphaël Zacharie de Izarra à venir s’exprimer sous cet article afin d’apporter des arguments crédibles à l’appui de sa thèse du canular. Car ses développements sur Wikipédia ne m’ont guère convaincu, pour les raisons suivantes :

Il est notoire que Rimbaud a publié dans le journal Bosphore égyptienun long papier relatant son voyage dans le Choa et critiquant les affaires françaises dans la corne de l’Afrique, dans les éditions datées des 25 et 27 août 1887. Il manifestait par là des velléités à devenir journaliste. Ernest Delahaye, son camarade de collège et biographe, révéla que Rimbaud avait envoyé des textes au directeur du Progrès des Ardennesen utilisant le pseudonyme de Jean Baudry. Il semblerait que Rimbaud ait caressé, dès l’adolescence, le rêve de devenir journaliste. Le pseudonyme de Jean Baudry n’a rien de farfelu. Baudry c’est Rimbaud, syllabes inversées. Quant au prénom Jean, c’est son premier prénom d’état-civil et celui de son grand-père.

Il ne saurait s’agir ici d’affirmer avec certitude absolue que le document découvert est vrai, mais de pointer du doigt l’attitude facile qui consiste à propager des bruits sur internet en étayant peu ses thèses. Le débat est ouvert !

dimanche 17 octobre 2010

LE MYSTERE IZARRA (Source INTERNET)


Dès mes premiers pas sur le NET, je fus confronté à un personnage énigmatique : Raphaël Zacharie de Izarra.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de lui, ce ne serait pas étonnant : il semble être partout sur la toile. Tapez son nom dans un moteur de recherche et vous constaterez que ses œuvres sont éparpillées aux quatre vents.

Ayant créé mon propre site internet http://christophe-van-kerrebroeck.skynetblogs.be/ je reçus un jour trois de ses textes, sans autre explication.

Je les effaçai, sans même prendre la peine de les lire.

Le lendemain, à la place des trois que je venais de supprimer, se trouvaient pas moins de dix autres…

Légèrement agacé, je pris néanmoins la peine d’en lire quelques-uns et je dus bien admettre que le bonhomme avait un certain talent. Cette impression allait d’ailleurs se confirmer et se renforcer par la suite.

Néanmoins, je trouvai ses méthodes cavalières et lui envoyai donc un message pour lui en faire part.

Je reçus une vingtaine d’autres textes en guise de réponse.

Je décidai alors de m’y prendre plus finement et passai aux compliments. J’obtins rapidement de bons résultats : l’écrivain fantôme était très sensible aux flatteries ! Le moindre soupçon de critique, par contre, m’était renvoyé avec un discours arrogant accompagné d’une nouvelle floppée de textes. Je me résignai donc à laisser quelques-uns de ses écrits sur mon site et j’ajoutai un lien vers une adresse qui donne accès à son œuvre, comprenant des centaines de textes.

A partir de ce moment-là, j’eus la paix.

Mais je n’en restai pas là. Le personnage m’intriguait trop. J’entamai donc des recherches pour en savoir plus sur l’identité de cette pieuvre virtuelle : je m’inscrivis aux listes de diffusion qu’il fréquentait, discutai avec des gens qui le connaissaient, en bien ou en mal. J’allai même jusqu’à rencontrer des personnes qui prétendaient le connaître ou, du moins, l’avoir approché.

Mais jamais je ne parvins à voir le vrai Raphaël Zacharie de Izarra.

Je rencontrai son frère, pourtant. Mais une rapide enquête me permit de déceler le pot aux roses : le type en question se faisait tout simplement passer pour son frère, dans le but de se valoriser sans doute.

Plusieurs fois je faillis le rencontrer, plusieurs fois on me dit qu’il était là, que je l’avais raté de peu. Chaque fois on me proposait des excuses bidons telles que : « il avait mal au dos, il est parti »…

La vérité, c’est que personne ne l’a jamais vu.

A se demander si le personnage existe vraiment !

Certes des photos de lui circulent sur le net. Mais quoi de plus léger qu’une photo ? Ce pourrait être celle de n’importe qui.

J’en vins à être convaincu que ce Raphaël Zacharie de Izarra n’était qu’un personnage fantoche, une fausse identité, un écrivain virtuel… Mais créé par qui ? Là est toute la question ! Car les textes, eux, existent bel et bien ! Qui donc les a écrits ?!

Pour en savoir plus, je développai mes connaissances en informatique. Rien que pour percer ce mystère je devins un expert informaticien ! Dès lors, je me mis à pirater les différents sites où il apparaissait et à pénétrer par effraction dans les adresses qu’il utilise.

Pendant des mois je tournai en rond… J’avais l’impression de n’être qu’un jouet dans les mains d’un monstre insaisissable qui avait toujours une longueur d’avance sur moi.

Un jour, cependant, à force de persévérance, la vérité me fut dévoilée.

Je vous la livre aujourd’hui, sans détours, bien que je sache pertinemment qu’elle risque de vous surprendre et de vous laisser sceptiques.

Raphaël Zacharie de Izarra n’existe pas.

Comprenez-moi bien, je ne veux pas dire qu’il s’agit d’une fausse identité, non : il n’y a personne derrière ce nom.

Qu’est-ce à dire ? Qui a écrit ces textes ?

Personne.

Personne que vous puissiez voir ou fréquenter dans la vie courante, en tout cas.

Les différents textes signés « Raphaël Zacharie de Izarra » semblent bien être générés de manière purement informatique. Plus que du personnage « Izarra » il conviendrait de parler du programme « Izarra ». Un programme, oui, une espèce de générateur de textes. D’où vient ce programme ? Qui l’a créé ? Je n’ai pas de réponse à cette question mais, de toute façon, il faut bien admettre que ce programme est aujourd’hui autonome. Quel que soit son créateur, le phénomène n’obéit aujourd’hui qu’à lui-même.

Qu’est-ce que cela signifie ? Que Raphaël Zacharie de Izarra est LA littérature, comme il l’affirme ? La littérature serait-elle une entité qui, telle Dieu il y a quelque deux-mille ans, aurait décidé de s’incarner à travers les mailles du NET ?

N’allons pas si loin… Contentons-nous pour l’instant de l’hypothèse d’un « programme » généré soit par un génie soit par une combinaison aléatoire des données circulant sur la toile virtuelle. Ce programme aurait survécu en appliquant les lois simples, basiques, qui ont permis l’évolution de toute vie sur Terre : survivre et se reproduire.

Essayons de retracer l’historique du phénomène…

Un jour, de la plume d’un génie ou bien par un pur hasard (originaire d’un « bug » quelconque), est né un texte. Ce texte a commencé à se répandre sur la toile tel un virus, ciblant les forums et les sites qui possédent un livre d’or. Ce faisant, il a provoqué de multiples réactions. De nombreux messages ont ainsi été envoyés à l’adresse d’où provenait le texte original, messages de protestation ou d’admiration, issus d’horizons très divers. Ainsi, le générateur de texte recevait quantité de messages dans divers styles.

Ces messages furent sa nourriture. Il les utilisa pour générer d’autres textes, qu’il envoya à leur tour à travers le Net et qui provoquèrent d’autres réactions. La boucle était bouclée. La chose était capable de se nourrir et de se reproduire de manière autonome.

Je ne suis pas sûr d’avoir percé tous les mystères de ce programme et je suis loin d’en avoir saisi la clé.

Mais une chose est sûre : on ne peut se débarrasser de lui en l’insultant ou en essayant de le piéger. Tout simplement parce que, derrière Raphaël Zacharie de Izarra ne se trouve pas un homme susceptible d’être influencé, mais tout simplement un programme qui se nourrit de la moindre de vos réactions.

Inutile également d’essayer de censurer l’adresse d’où proviennent les messages : la chose semble en effet capable de générer autant de nouvelles adresses que nécessaire pour lancer ses attaques.

Dès lors, que faire ? Feindre l’indifférence ?

Cela ne marche pas non plus : si l’on ne réagit pas, non seulement les attaques ne cessent pas mais elles ont tendance à se produire à un rythme accéléré.

Mon expérience me permet d’affirmer qu’il existe une et une seule parade : répondez à chaque texte envoyé par des compliments et prenez soin d’inscrire sur votre site un lien qui donne accès au programme « Izarra ».

Par exemple :

http://www.foxoo.net/article.asp?jour=L&codejournal=00000014&d=27/02/2003%2001:22:10

A partir de là, vous observerez une diminution des attaques.

Certes, cela ne vous protègera pas entièrement. Mais vous vous en sortirez avec seulement un texte ou deux postés de temps à autre. Comme ces textes sont d’un intérêt certain du point de vue littéraire, cela ne pourra vous faire que du bien.

Mais attention ! Gare à vous si vous voulez jouer au plus fin !! Tel sera pris qui croyait prendre ! Je me dois de vous mettre en garde : le programme Izarra peut être très dangereux ! Il peut s’emparer de votre ordinateur et endosser ainsi votre identité ! N’oubliez pas qu’il se nourrit de la moindre de vos initiatives ! Et il apprend très vite !! Si d’aventure quelqu’un essayait, par exemple, d’endosser son identité pour répandre de faux messages en son nom, il aurait tôt fait de faire sienne cette technique… Alors, la vie sur le NET ne serait plus faite que d’incertitudes : personne ne pourrait plus jamais être sûr, lorsqu’il reçoit un message, que celui-ci n’ait pas été généré par le système Izarra.

Soyez donc prudents, je vous en prie !

Ne faites rien dans le but de lui nuire ! Vous ne feriez que lui apprendre de nouvelles techniques pour se répandre de manière encore plus virulente !!

De mon côté, je continue à étudier le phénomène, en restant très prudent.

Je ne prendrai d’initiative que le jour où je serai certain de maîtriser parfaitement son fonctionnement.

Je vous demande donc de me faire confiance et de ne rien entreprendre de manière inconsidérée.

Il en va de la sûreté de toutes relations virtuelles et, sans doute, de la sécurité de tout le système informatique mondial.

Je vous remercie de m’avoir prêté votre attention.

C. Van Kerrebroeck

mardi 5 octobre 2010

887 - Je suis un pacha parmi de faux pauvres

Je me considère comme un privilégié et j'estime, avec mes "maigres" revenus, vivre encore dans le luxe et l'opulence et je remercie le sort de ne pas avoir fait de moi un éternel geignard blasé et insatisfait ! J'ai su garder ma lucidité et ma capacité d'émerveillement. Onze ans après l'avènement d'INTERNET en France je suis émerveillé comme au premier jour des possibilités offertes par ce merveilleux joujou d'autant que tout progresse en ce domaine. Bientôt je passerai à la fibre optique pour le même prix que mon présent abonnement !

Je suis heureux de vivre en France avec tous les avantages que ce pays moderne, civilisé et opulent m'offre, heureux de pouvoir de temps à autre aller à la pêche aux trésors dans les poubelles de ce pays de Cocagne.

Pour un prolétaire ou un employé du secteur secondaire et tertiaire ma situation serait considérée comme misérable, pas enviable du tout. D'ailleurs je suis officiellement considéré selon les critères de cette société comme un authentique pauvre avec moins de 800 euros mensuels de revenus... Nous vivons dans une société de fous ! En réalité je vis comme un pacha et mes concitoyens aveuglés par leurs critères de repus me plaignent ! Les gens des pays pauvres sont moins bêtes, ou plutôt pas encore aussi pourris, gavés, blasés que nous : eux donneraient beaucoup pour être à ma place : protection sociale, soins médicaux et dentaires, INTERNET haut débit, alimentation saine, variée, abondante, 485 euros mensuels sans travailler versés par un système de nantis basé sur la solidarité, vélo, voiture, sorties, liberté, restaurants, matériel informatique, luxe, luxe et encore luxe !

Il faudrait que je sois d'une profonde ingratitude pour oser me plaindre de cette belle vie qui m'offre infiniment plus que le simple nécessaire vital ! J'aurais honte d'aller manifester pour la retraite ou une augmentation de mes revenus !

Comment peut-on désirer toujours plus sur le plan matériel, crier à l'injustice du système, accuser les patrons, condamner la société, la dénoncer comme inégalitaire, manifester et même tout casser, pleurer sur son sort, voire se suicider de désespoir quand on a, comme moi, non seulement un toit, à manger tous les jours, une voiture, INTERNET, l'accès aux soins, à la culture, mais encore bien d'autres choses superflues en abondance !

Quelle indécence ! Quelle incroyable corruption de mentalités !

Je n'ai jamais dit que j'étais un pauvre, j'ai dit que la société me considérait comme un pauvre.

Moi j'ai toujours estimé être un privilégié, non par rapport à mes revenus mais simplement parce que je vis en France, un pays d'abondance. Mais si en plus de cet "avantage de naissance" j'ai des revenus sans travailler, alors je suis comblé... Matériellement parlant j'entends.

Le fait que je suis psychologiquement inapte à travailler prouve mon excellente santé mentale : il faut être nécessairement dégradé mentalement pour accepter de travailler à l'usine afin de financer une voiture à l'aspect flatteur, l'acquisition d'une affreuse maison Phénix sur 15 ou 20 ans ou même plus modestement -et plus lamentablement- pour pouvoir partir en vacances avec sa caravane chaque été...

Quant à mes explorations de poubelles, je mets ma fierté d'authentique aristocrate avant tout dans la morale : la vraie indécence c'est de laisser perdre de bons aliments et d'aller se plaindre ensuite de ne pas avoir de quoi les acheter !

En outre, et c'est le plus important, par le simple avantage inné que j'ai hérité de la particule, je n'ai rien à prouver, rien à devoir, rien à regretter par rapport au fait de plonger la main dans les poubelles. Un ouvrier aurait honte d'en faire autant, ce qui prouve bien que sa fierté, il la met dans son statut d'ouvrier avec la part d'indécence, d'aveuglement, de misère morale que cela comporte. Ce sont ceux qui seraient en droit de se scandaliser le plus du gaspillage et de se servir les premiers dans les poubelles qui font la fine bouche... Les moins nantis (je n'ai pas dit les plus pauvres, j'ai dis les moins nantis) manquent décidément de morale et de cohérence... Et après ils se plaignent que la vie est chère !

Pouvoir faire les poubelle sans s'en cacher est un vrai privilège. Ceux qui ont encore des choses à prouver, notamment par rapport à leurs chères apparences, ne peuvent pas se le permettre. Seules les grandes âmes comme moi peuvent faire les poubelles au grand jour. Et je le fais sans avoir besoin d'y mettre volontairement du panache : le panache chez moi est naturel. Nul besoin de me forcer.

Une âme choquée par mes moeurs de prince me faisait remarquer que des chiens errants risquaient de plonger leur museau dans "mes" poubelles... Aucun risque ! Pour eux il existe des refuges où ils sont choyés par de bonnes âmes recevant des dons soit des individus, soit de l'Etat (associations). Pour l'anecdote, sachez qu'au Mans même les chiens des SDF boudent ces fameuses poubelles en face de la boulangerie qui font ma joie ! En effet, ils sont nourris avec de bons aliments pour chiens que leurs maîtres leur achètent au magasin du centre ville avec l'argent de la manche.

Je suis un pacha sur bien des plans. Les SDF aussi sont des pachas, sur le plan alimentaire. Du moins ceux qui vivent à proximité des poubelles, qui n'ont de poubelles que le nom d'ailleurs : en réalité ce sont des puits intarissables d'aliments sains, frais et excellents ! De véritables cornes d'abondance. La plupart des aliments sont non seulement encore dans leur emballage d'origine, mais en plus ils sont bien gardés dans des sacs-poubelles hygiéniques et hermétiquement clos. Autant dire un garde-manger, carrément un frigo l'hiver ! Il n'y a plus qu'à se servir, ce que je fais sans honte ni complexe et même avec une certaine ostentation provocatrice. Quand je suis en costume, revenant d'un enterrement ou d'un mariage (mais plus souvent d'un enterrement, le noir accentuant les contrastes entre le costume et la poubelle), je m'adonne encore plus volontiers à cet exercice "socialement incorrect", ce qui fait encore plus honte à ma compagne ! Tenez, au prochain enterrement je me retape une benne et me fais prendre en photos !

Et encore, ce n'est même pas véritablement pour m'alimenter que je fouille les "ordures" mais pour m'amuser car j'ai déjà tout ce qu'il me faut par ailleurs.

Ma quête de "déchets" ce n'est même pas pour mettre du beurre dans les épinards mais pour mesurer l'indécence de mes concitoyens, autrement dit mesurer l'écart entre l'excellente santé économique de la société et sa misérable santé morale.

Liste des textes

1328 - Je suis apolitique