dimanche 17 mai 2009

842 - La vérité izarrienne

Cela pourra être légitimement considéré comme une insupportable faiblesse, une odieuse prétention de ma part, mais il est vrai que j'ai toujours eu tendance à considérer -à tort ou à raison- les "citoyens moyens", ce qui constitue le "socle" de la société (depuis mes simples voisins jusqu'aux plus inconnus des Dupont sans histoire en passant par les hordes d'usagers du métropolitain parisien adeptes tout à la fois des émissions télévisées populaires) comme des abrutis, des êtres intellectuellement déficients, culturellement méprisables, humainement pitoyables, individuellement sans intérêt.

Au premier abord cela n'est certes pas charitable. Mais les apparences, ce n'est pas l'essentiel. Qui creuse profond bâtit haut. Ménager les immédiates susceptibilités me serait confortable à court terme... Mais, de la même manière que le font les hommes politiques courageux, j'agis au nom de vues de longue portée et non pour plaire au premier cercle de l'auditoire, ceux qui aiment être bercés d'hérésies.

Je ne flatte pas mais éduque.

Considérer mes semblables comme de parfaits infirmes de l'esprit, cela ne signifie pas pour autant les honnir.

Au contraire, je les trouve pour la plupart certes handicapés de la tête, faibles, sots, facilement manipulables mais dans le fond assez humains.

Qu'ils soient alcooliques votant, maires incultes, vacanciers primaires ou manutentionnaires acharnés, je n'oublie pas leur humaine petitesse, leurs touchants braiments, leur détestable mais compréhensible misère morale. Bref, je n'oublie pas que ce sont tous mes frères humains. A la différence que...

Eux les minables, moi le seigneur.

Ces misérables de l'esprit ont les mêmes droits et devoirs que moi. Nous sommes à égalité devant la vérité. Ce qui justifie précisément que je les rudoie sans complaisance : c'est pour leur bien que je suis si sévère envers mes prochains si peu avantagés.

C'est parce que je considère ces ânes avant tout comme des êtres humains que mes coups de bâtons entre leurs oreilles résonnent si fort. Viendrait-il à l'esprit d'un précepteur d'éduquer une vache, un chien, un furet ? Certes pas !

Plus les hommes sont bêtes, plus je frappe fort.

Certains disent que c'est du racisme envers la différence, de l'intolérance, de l'irrespect, du mépris, un manque de considération pour autrui, voire de la vanité de ma part

Moi j'appelle cela l'amour véritable de l'humanité.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=tXDPVcVRrcw

http://www.dailymotion.com/video/x49pa7i_la-verite-izarrienne-par-raphael-zacharie-de-izarra_travel

vendredi 15 mai 2009

841 - Aristocrate

Je me lève à l'heure où la plèbe sue sous le joug.

Je n'ai pas d'enfants car je déteste la gent pleurnicharde. Quatre chats que je chéris comme des petits dieux se partagent les faveurs de ma demeure glaciale. En effet, je souffre d'une avarice sordide et jamais je ne chauffe les murs où pendent les portraits ternis de mes ancêtres à la mine hautaine.

Je n'ai aucun ami, beaucoup d'amantes, peu de contacts avec la masse que je méprise ostensiblement.

Je hais particulièrement les chiens. Leurs aboiements blessent le ciel des esthètes auquel, définitivement, j'appartiens. Leur affection malodorante me dégoûte. Leurs moeurs sont une injure à la Beauté.

Je côtoie de loin le maire de ma ville, épie sournoisement mes voisins à l'aide d'un stéthoscope que je plaque contre le mur, étudie nocturnement leurs poubelles, fréquente irrégulièrement les lieux aqueux, me promène parfois en compagnie de Sélénée.

Je fais grand cas de ma particule, néglige l'entretien de mon carrosse motorisé, cherche des piécettes dans les caniveaux.

Je suis fort mal vêtu.

Cependant je conserve précieusement chez moi un onéreux costume cousu d'or.

Flamboyant.

Mais qui ne sert à rien.

Mes manies sont insupportables : je me mouche dans de la laine, postillonne à la face de mes rares interlocuteurs, fais volontairement du bruit en déglutissant du lait de chèvre.

Lorsque je dîne, je ne m'aperçois pas toujours que des restes d'aliments colorent de jaune ou de blanc ma lèvre supérieure selon que je viens d'absorber quelque omelette ou crème normande, voire sèchent contre ma joue gloutonne.

Quand je veille à la Lune je m'amuse de temps en temps à sonner aux portes de la roture entre deux heures et quatre heures du matin. Ma morale est celle des seigneurs.


Je suis supérieur de naissance. Grand par habitude. Immense en vieillissant.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://www.youtube.com/watch?v=WPGtolNgYTU&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x38qr8l_aristocrate-par-raphael-zacharie-de-izarra_travel

NICK VUJICIC : INFIRMITE-SPECTACLE OU LECON DE VIE ?


CONFUSION ENTRE COURAGE ET SIMPLE NÉCESSITÉ

Voir la vidéo :


Quel courage ? Tout ce qui vit aspire à continuer à vivre, le bien-portant comme le débile, le fort comme le faible, l'humain comme la vermine, la plante comme la chair.

Cet infirme n'a pas d'autre solution que de faire ce qu'il fait. Où est son courage ? Il ne fait qu'emprunter l'irrépressible pente de la nécessité.

Celui qui touche le fond est toujours courageux. Il n'a pas d'autre choix que de l'être, par la force des choses. En cela il ne fait qu'obéir à la nécessité de la nature comme un chien blessé qui instinctivement cherche à ne pas crever. A partir de là, où est son mérite ?

Le reste n'est que larmoiements puérils et sensiblerie féminine dégoulinante de sucre sentimental.
Le plus insupportable, ce n'est pas l'indécente mise en spectacle des effets de l'infirmité mais les larmoiements des jeunes et émotives spectatrices.

Sensiblerie typiquement américaine.

Détestable !

En outre la mise en scène -par définition artificielle- de cet infirme est déplacée, indécente. Cet enrobage théâtral de sa débilité physique est une forme de manipulation des sensibilités, un exercice pervers de récupération psychologico-mentale des esprits de tous les imbéciles émus.

Ce genre d'exhibition publique de l'infirmité est typiquement dans l'esprit des Yankees. C'est du fast-food moral, bref quelque chose de parfaitement écoeurant.

La vraie charité, l'authentique pitié envers les êtres ne se manifeste pas devant des caméras de télévision. La vraie pitié, la pure fraternité envers ses semblables n'est pas dirigée exclusivement et ponctuellement vers ce qu'un directeur de théâtre ou un journaliste de télévision désigne au public.

Les vrais sentiments de compassion sont universels, inconditionnels.

L'authentique compassion s'adresse aussi bien aux êtres normaux qu'aux débiles. Elle ne se fixe pas sottement sur une infirmité spectaculaire, sur une tare rare ou sur un phénomène médical -quasiment de cirque en ce qui concerne le sujet de la vidéo- mais englobe tout l'être.

Être né dans un corps de misère n'est pas nécessairement synonyme de beauté intérieure. La déchéance du corps n'a rien à voir avec la qualité de l'âme. Il n'y a aucun rapport entre une infirmité et la beauté de l'âme. Un être qui a un corps débile est aussi faillible que n'importe quel autre être humain. Obtenir aussi facilement la compassion de ses semblables par le seul pouvoir de l'apparence physique tient de la pure malhonnêteté, de l'imposture morale. Je le répète, c'est là une forme odieuse de manipulation des sensibilités. Une sorte de chantage sur la misère du corps.

Quand on souffre d'une infirmité aussi spectaculaire, il est tellement aisé de remporter les suffrages d'un public préparé par une mise en scène étudiée... Qui n'est ni plus ni moins une mise en condition émotive. Les mêmes qui, conditionnées par la mise en scène, s'émeuvent devant les caméras pour cet handicapé n'adresseraient même pas un regard au clochard dans la rue... Émotivité sélective !

La vraie beauté du coeur est pudique et non exhibitionniste, l'émotion sincère est profonde et non superficielle.

Ici ce n'est pas une "leçon de vie" mais un numéro de cirque déguisé en leçon d'humanité, du voyeurisme qui ne dit pas son nom. Nous sommes en Amérique...

Le "coeur" comme disent certains n'est qu'une guimauve assassine.

Les gens honnêtes et bons sont les pires crapules qui soient.

Je veux dire qu'être bon et honnête par défaut, parce que tout le monde l'est de manière consensuelle, non par choix personnel mais parce que la pensée dominante (orientée par les médias) formate le peuple pour l'être, c'est la porte ouverte à toutes les vilenies. C'est ainsi que des millions de gens honnêtes sont devenus des nazis en Allemagne en 1933.

Les mangeurs de viande sont des gens honnêtes, sensibles, ce sont même les premiers à s'émouvoir de la condition animale ! Les complices des mines qui amputent les enfants sont de petites gens bons et honnêtes payant leurs impôts. Ils ont beaucoup de coeur puisqu'ils s'émeuvent devant l'injustice du monde. Ils donnent même pour le téléthon comme la télévision le leur demande... Les gens devant leur télévision sont bons, ils ont du "coeur". La plupart sont de la pâte à médias bien primaire réagissant de façon épidermique à la moindre image "révoltante" émise par leur télévision.

Le "coeur" est l'argument des ânes qui croient que braire en choeur c'est nécessairement s'humaniser.

On confond trop souvent humanisme de surface, source de sensiblerie et d'erreurs de jugement, avec humanisme authentique qui ne s'arrête pas au visuel mais plonge jusqu'aux racines du sujet pour mieux perçevoir les vrais contours, faire la distinction entre simple épiderme et âme.

Je me réclame de la raison, non des tripes.

Imaginez-vous que l'on donne la parole à une demi portion qui se plaindrait de son sort en public ? Pour un infirme "courageux" bénéficiant des projecteurs, combien d'infirmes qui ont "mal tournés", passés sous silence ?

Vous le trouvez fort ? Quand on a rien, pas même de membres, quand on est dans la misère totale on est toujours fort. Par défaut.

Cela n'a donc aucune valeur. Je ne me vois pas admirer un être physiquement débile sous prétexte qu'il fait sa cuisine avec les dents, faute de membres. L'infirmité physique n'est pas un idéal de vie pour moi, pas un exploit, pas une vertu. C'est juste une misère de naissance. Ensuite, de gré ou de force on fait avec puisqu'on ne peut pas faire autrement.

Cet être au sommet de l'infirmité m'inspire une très grande pitié. Même si je le trouve positif -au moins il ne se plaint pas, j'apprécie cela-, je n'envie pas un instant sa situation. On peut être positif sans être diminué physiquement. Il n'est pas nécessaire d'être handicapé pour avoir une belle âme. Les manchots n'ont pas le monopole de la noblesse intérieure.

Il est malhonnête, à mon sens, de susciter l'admiration grâce à ses tares plutôt que grâce à ses gloires. Une infirmité est une tare de naissance, celui qui la subit n'en est pas responsable, tandis que la santé morale s'acquiert à force d'efforts, indépendamment des éventuelles tares de naissance.

Oui il est utile en cela qu'il fait réfléchir, réagir les uns et les autres : les dindes sensibles comme les seigneurs raisonnables, et je dis cela sans aucune ironie. Chacun prend ce qu'il a à prendre dans cette affaire. A travers cet infirme certains versent des larmes "ego-suggestives" sur leur propre nombril, réparent leur petites blessures, se félicitent secrètement de leur santé, trop heureux de n'être pas comme cet infirme, d'autres ont des réactions plus élevées.

Bref, les uns pansent, les autres pensent.

Pour moi ce genre de "bonté" a peu de valeur.

Dans un tel état de misère comment faire autrement qu'adopter cette attitude ? Celui qui est dans une totale détresse fera instinctivement profil bas. Il adoptera d'emblée les comportements nécessaires à sa survie en société : ici il fait preuve de "bonté", de "grandeur d'âme". C'est exactement ce qu'on attend de lui.

Imaginez qu'il adopte l'attitude inverse, qu'au lieu de cette dégoulinante attitude correspondant si bien à nos critères socio-culturels à propos de l'image que nous avons des infirmes, il soit plein de haine, de méchanceté, de mesquinerie... Ce serait suicidaire de sa part, n'est-ce pas ?

Les infimes ont bien compris que pour optimiser leurs "succès" il fallait adopter un comportement social adéquat. L'infirme est dans une situation de faiblesse, non de force.

Au Moyen-Âge les mêmes auraient exhibé leurs moignons sur les foires. De nos jours ils font des discours liquoreux. Dans les deux cas ils survivent dans leur milieu.

Cet infirme n'a rien à perdre puisqu'il a déjà tout perdu. Il est exactement dans l'état du supplicié qui demande grâce. En soi quelle valeur peut avoir sa demande puisqu'il est sur l'échafaud, tremblant de peur, la corde déjà autour du cou ? Authentique repentance ou simplement peur de crever au bout d'une corde ? Le cri du coeur ne vient pas de la tête puisque par définition il émane du coeur...

Il est évident que le condamné à mort demandera toujours la grâce présidentielle. Il n'a rien à perdre à la demander...

A la "bonté" prétendue de l'infirme qui fait tout pour susciter l'admiration béate des gens valides je préfère la sincérité du méchant qui au départ a tout pour lui et qui revient de lui-même dans le droit chemin. Celui qui a la gloire, la puissance, l'impunité et qui décide de faire marche arrière pour raison morale, celui-là est autrement plus admirable à mes yeux.

Prenons l'exemple du nazi repenti. Quel authentique courage, quelle grandeur d'âme il faut pour renier ce qui faisait ses valeurs, se repentir de ses crimes ! Non de force mais de soi-même, volontairement.

Celui qui a tout pour lui, qui au départ est dans une situation de force et qui fait la démarche volontaire de tout perdre pour des raisons morales (ce qui est exactement la démarche inverse de l'infirme), celui-là est réellement admirable.

L'infirme fera tout pour gagner sinon la santé, du moins l'affection, la reconnaissance, le respect de ses semblables. Le nazi repenti, l'assassin pris de remords, le braqueur épris d'honnêteté qui décident de se livrer pour payer leurs dettes perdront tout.

Leur geste aura beaucoup plus de valeur.

En somme c'est l'histoire biblique du pécheur revenant dans le droit chemin qui fait se réjouir les anges bien plus que ne le fait l'homme "bon et honnête" de naissance...

S'il fallait compter sur les nains tordus pour construire des barrages, conduire des trains, planter des haricots verts ou creuser des puits en Afrique, nous en serions encore à l'état de sous-développement économique et industriel !

Je veux dire qu'il y a une certaine perversité à "admirer" les exploits des infirmes et que si on pousse le bouchon un peu loin dans cet état d'esprit, on arrive à des aberrations.

Je n'ai rien contre les infirmes mais j'estime que ce sont eux qui ont à apprendre des gens sains et non l'inverse. Il ne faudrait pas que le handicap, la tare, l'indigence, la misère deviennent des références.

Le rôle des infirmes c'est d'être protégés par les plus forts, les gens valides. Pas de donner aux gens sains des leçons de construction de barrages ou de conduites de tracteurs dans les champs.

Dans notre monde matérialiste tout est fait pour que chacun soit utile économiquement parlant (j'avais déjà écrit un article pour dénoncer cet état d'esprit à l'égard des trisomiques) car cette société nombriliste malade de son image ne supporte pas qu'un infirme puisse être improductif, voire mauvais en vertu du fait que selon ses préjugés l'infirmité est nécessairement synonyme de bonté.

Or de nos jours la reconnaissance passe non par l'honnêteté, la religion, la qualité de la pensée ou la moralité mais plus bêtement par le TRAVAIL.

Il faut que les handicapés soient quasiment des saints, comme pour contre-balancer leurs tares. La société à besoin de se fabriquer des mirages qui collent à son époque. Des illusions établies sur un mode économique et non moral.

Or rien ne s'oppose à ce qu'il existe des handicapés pédophiles, paresseux, voleurs, méchants, bêtes, odieux, etc.

Dans cette société d'hyper émotivité médiatique, un handicapé lourd aura toujours plus d'écoute, d'attention, de projecteurs braqués sur ses moignons qu'une personne bien portante. Ce qui au départ est profondément injuste à l'égard des gens sains, pourtant économiquement plus utiles que les infirmes selon les critères de cette société décidément bien hypocrite et contradictoire...

Ne soyons surtout pas dupes de ce cirque : les handicapés "courageux" inspirent la compassion selon l'angle des caméras qui les visent.

Notre époque correspond à celle de l'angle flatteur vis-à-vis des handicapés. Ne perdons pas de vue que ce n'est qu'un parti pris médiatique.

Ce que je dénonce dans cette vidéo, c'est la manipulation unilatérale : l'infirme se met tout de suite son public dans la poche.

Sa cause est acquise d'avance, quoi qu'il dise, son infirmité jouant en sa faveur.

C'est tout simplement malhonnête.

La contestation semble interdite du fait de l'ampleur de son infirmité, de la théâtralisation de son discours, de l'adhésion inconditionnelle du public, du caractère émotif de la mise en scène.

Conclusion : ce spectacle de "l'infirmité glorieuse" par sa manière d'être présenté ressemble plus au discours d'un dictateur imposant ses vues et ne souffrant aucune opposition qu'à un témoignage sain permettant une constructive discussion.

Nick en lui-même ne m'intéresse pas ici, c'est le principe malhonnête de ce spectacle "à opinion unique" que je dénonce.

P.S.

Tout ceci à mes yeux reste un show à l'américaine.

Qui vous dit que derrière cette façade publique Nick ne se réveille pas avec des envies suicidaires le matin ?

Pourquoi devrais-je me fier à de belles paroles issues de ce show ? Je ne suis pas dans le secret du coeur de ce jeune homme. Un infirme n'est pas infaillible. Le mensonge, l'auto-suggestion, la mauvaise foi existent aussi chez les êtres au corps débile.

Je me méfie de ce genre de confessions publiques "à l'américaine" où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les "impresarios" de Nick ont tout intérêt à ce qu'il soit l'homme le plus heureux du monde. Au moins sur scène.

Je répugne à me laisser séduire par les exhibitionnistes du "bonheur-spectacle".

Il est fort possible que je le trompe du début à la fin, mais au moins j'adopte l'attitude critique consistant à vomir sur ce qui flatte la populace. Je suis à peu près certain de faire erreur (je crois que cet infirme est réellement heureux) mais cette non adhésion à la cause, c'est le prix à payer à l'indépendance de ma pensée.

Je me trompe peut-être ici mais lorsqu'il s'agira d'adopter la même attitude critique sur un cas beaucoup plus suspect, alors je serai dans le vrai et pour une cause autrement plus essentielle. Tandis que les autres se seront fait piéger par les apparences.

Raphaël Zacharie de IZARRA

dimanche 3 mai 2009

840 - Pauvre comme un roi !

Je vis au-dessous du seuil de la pauvreté, selon les critères actuels en vigueur dans notre pays (qui est estimé à environ 800 euros).

Pourtant avec moins de 800 euros mensuels, je suis HEUREUX.

Je mange à ma faim, fais du vélo, me cultive gratuitement à la bibliothèque municipale de ma ville, ne m'achète pas de choses superflues, bois de l'eau, ne fume pas, me contente de ce que j'ai, n'envie pas le canapé ou la grosse voiture de mon voisin, sais apprécier l'essentiel.

Je fais même les poubelles ! La joie des trouvailles participe à mon bonheur de pauvre... La fouille des poubelles est d'ailleurs fort instructive : si vous saviez les trésors d'inutilité que je trouve dans les ordures des prolétaires ! Quel gaspillage d'argent pour des imbécillités de la part de ceux-là mêmes qui se plaignent de leur prétendue misère !

Bref, je suis vivant, en bonne santé, respirant l'air pur et gratuit de la vie et n'ai par conséquent pas l'indécence de me plaindre comme le font ces éternels insatisfaits qui ont les vraies richesses du monde sous leurs pieds et qui regardent en l'air dans l'espoir de pouvoir jouir indûment de biens parfaitement secondaires.

J'ai l'accès à INTERNET et rien que pour cela, je me considère comme un privilégié. Un roi. J'ai entre les mains l'outil technologique le plus merveilleux de notre époque. Que désirer de plus ? Pourquoi aller m'éparpiller à travers des sources d'ivresses futiles et onéreuses (comme par exemples bouquets de chaînes de télévision, dernier écran plasma géant à la mode, jeux vidéos, cours de pilotage d'avion ou je ne sais quoi d'autres) quand j'ai INTERNET dont je n'ai pas encore fait le tour dix ans après sa découverte tant ce puits d'émerveillements est inépuisable ?

Même sans évoquer l'accès à INTERNET, le simple fait que de l'eau chaude sorte comme par miracle de mon robinet me fait prendre conscience de la chance immense que j'ai. Pour cela, et rien que pour cela, j'estime que je n'ai pas le droit de me plaindre. En plus de manger à ma faim tous les jours, de l'eau chaude coule sous mon toit ! En outre je respire l'air du ciel, marche dans le vent, écoute le chant des oiseaux. Et ce n'est pas tout : je me promène à vélo dans la forêt !

Et je le répète, luxe des luxes, j'ai accès à INTERNET depuis chez moi... Et là ce n'est plus de l'eau chaude qui coule des tuyaux, c'est carrément des étoiles.

Et pourtant je suis considéré comme un pauvre.

Comble du comble : des ouvriers me plaignent. Pour rien au monde ils ne souhaiteraient être à ma place. Eux qui ont beaucoup plus que moi -en termes strictement matériels- ne sont pas heureux !

Parce que je suis heureux d'avoir de l'eau chaude, parce que je fais du vélo au lieu de me déplacer avec une carrosserie au-dessus de ma tête, parce qu'INTERNET me comble intellectuellement, parce que je jouis des choses les plus simples de la vie, parce que respirer l'âme des fleurs, passer des heures à observer un nid de fourmis, méditer dans les bois sans avoir rien à dépenser pour parfaire ma quiétude et meubler mes journées est considéré à leurs yeux comme une forme d'indigence...

Ils rient de moi sous prétexte que je me considère riche, privilégié à cause de l'eau chaude sortant de la tuyauterie de ma demeure. Ils me prennent pour un benêt, voire un minable parce que j'ai gardé ma capacité d'émerveillement et que, contrairement à ces blasés qu'ils sont, je peux vivre très heureux en buvant de l'eau au lieu de me gaver de coca-cola.

Les bases de ma richesse ?

- Je sais apprécier les choses à leur juste valeur.

- Je ne m'endette pas pour des sottises.

Posséder un jardin, une piscine, une résidence secondaire, un bateau, pourquoi faire ? En quittant cette vie on perdra de toute façon tout. Rien ne nous appartient, fondamentalement. Cela nous empêche-t-il de humer le mystère des fleurs au bord des chemins, de jouir du spectacle d'un ciel étoilé, d'aller nager à la piscine municipale la plus proche de chez soi ? Un toit me suffit, pourquoi désirerais-je une seconde maison à Saint-Tropez ou un immeuble dans les quartiers chics de la capitale si je n'en ai pas les moyens ?

Avec moins de 800 euros mensuels et avec mes joies simples, on me dit pauvre.

Moi je pense que la vraie misère c'est celle qui consiste à ne plus voir l'or qui pourtant est... à portée de vue.


VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=ny4I_4VmMXc

http://www.dailymotion.com/video/x3b7qrq_pauvre-comme-un-roi-raphael-zacharie-de-izarra_scho

vendredi 1 mai 2009

839 - Ouvriers-voyous, patrons opprimés !

On a vu récemment des ouvriers en péril de licenciement prendre en otages leurs patrons afin d'exercer contre eux un odieux chantage à l'emploi. Avec des méthodes de maffieux avinés, les ouvriers séquestrent leurs patrons, se permettent de les injurier, de les humilier publiquement, les intimident moralement et physiquement, les menacent même de mort...

Je suppose que si les patrons décident d'entreprendre des plans de licenciements économiques, c'est que des circonstances impérieuses parfaitement indépendantes de leur volonté les y obligent. C'est donc, on le devine, pour des raisons éminemment stratégiques visant à maintenir le cap vers la prospérité, voire purement et simplement pour épargner un naufrage annoncé à leur paquebot que les patrons licencient.

Licencier des ouvriers pour des raisons économiques, c'est sacrifier les emplois d'une minorité de travailleurs pour sauver ceux de la majorité, bref c'est lâcher du lest pour faire remonter le ballon dans l'azur économique. Ainsi allégé et après avoir pris une bonne bouffée d'oxygène, plus tard il aura des chances de venir reprendre ses passagers laissés à terre. Dans le pire des cas, même si le sacrifice est sans appel, ce délestage aura au moins contribué au salut des autres employés.

Les patrons n'y sont personnellement pour rien, ils ne font que réagir en tant que chefs d'entreprise et non pas en syndicalistes bêtement émotifs et irresponsables. Je les trouve d'ailleurs fort courageux de licencier leurs ouvriers car dans le contexte actuel on sait combien de telles décisions sont impopulaires !

Les patrons ne font pas de sentiments, c'est ce qui fait leur force.

Diriger une entreprise avec des scrupules de borgnes qui s'arrêtent à des considérations secondaires et immédiates sans voir l'horizon, c'est courir à la catastrophe.

Les ouvriers ne distinguent que les vagues, les patrons voient l'iceberg.

Les ouvriers ont une vision mesquine, individuelle, égoïste de l'entreprise qui les emploie. Leurs patrons ont un état d'esprit plus universel, une vue globale, des considérations de haute volée, des intuitions de longue portée.

Les empêcher d'avoir recours aux salutaires licenciements économiques, les obliger à renoncer à reprendre leur respiration économique, c'est contribuer à un stupide processus d'étouffement général de l'entreprise. Certes les effets bénéfiques de ce chantage à l'emploi se feront sentir à brève échéance. Les patrons séquestrés dans leurs bureaux, acculés à des hérésies prolétariennes prendront des décisions populistes. Décisions très généreuses socialement parlant.

Mais catastrophiques sur le plan économique.

Et le jour où ce beau château d'illusions prendra l'eau, ces ouvriers-crapules entraîneront leurs collègues dans la catastrophe générale. Et qui ces irresponsables-geignards accuseront-ils cette fois ?

Au lieu de reprocher à leurs patrons de les licencier, les ouvriers devraient au contraire les remercier de les avoir employés des années durant ! Ils devraient être reconnaissants, pleins de gratitude envers leurs employeurs. Et puis ce serait vite oublier que le licenciement économique fait partie des risques du "métier de salarié". Il faut être naïf pour croire qu'un emploi est définitif, à vie. A partir du moment où un ouvrier se fait embaucher, il doit prendre en compte le risque inhérent à son statut d'employé : le licenciement économique. Le système économique est ainsi. Le patron prend des risques bien plus grands, lui.

L'économie a ses exigences techniques, bancaires, professionnelles. Pourquoi au nom de la sauvegarde des emplois on devrait payer des gens pour des travaux inutiles, stupides, dangereux, obsolètes ? C'est comme si afin de sauvegarder des postes acquis on avait obligé les fabricants de machines à écrire mécaniques à maintenir l'emploi dans ce secteur à l'époque du plein essor de l'ordinateur !

Malheureusement les ouvriers-voyous enivrés de revanche sociale font de plus en plus la loi, bénéficiant d'une perverse couverture médiatique qui agit en leur faveur : en effet, celle-ci induit un sot, irrationnel assentiment populaire basé sur la pure émotivité au détriment de la réflexion.

Pour quel résultat ? L'avenir le dira.

En attendant, les patrons -véritables locomotives économiques du pays- sont considérés comme des bandits par ceux-là même qu'ils emploient !

Un comble.

Voir loin, viser haut, oser décoller comme le font les patrons, c'est malheureusement s'attirer des ennuis de la part de ceux qui rampent, tremblent, pleurnichent.