vendredi 9 avril 2010

870 - Eloge de mon improductivité

Dans cette société obsédée par l'accès aux biens matériels revendiqué comme un droit, je suis heureux de ne rien produire.

Mieux : je suis satisfait de n'avoir pas à me soucier de ma subsistance. D'autres travaillent à ma place. Ils s'occupent de me nourrir pendant que je songe à élever leur esprit. Chacun est à sa place : les âmes primaires persuadées que la vie est avant tout matérialiste la passent à turbiner bêtement jusqu'à la retraite tandis que les improductifs évolués de mon espèce dénoncent l'inanité des activités de ces travailleurs matérialistes érigées en véritable religion par la masse laborieuse à laquelle ils s'identifient avec fierté.

Susciter l'irritation des productifs qui font vivre leurs critiques est pédagogues et salutaire : ce faux sentiment d'injustice provoqué dans leur âme de brute leur permet, petit à petit, de se rendre compte de la vanité des valeurs matérialistes auxquelles ils sont attachés, si dérisoires qu'elles sont raillées par ceux-là mêmes qui en bénéficient sans s'en être le moins du monde acquittés au prix de leur sueur. Ce qui révolte beaucoup ces petits esprits...

Loin de se prostituer aux hérésies du siècle, les vrais seigneurs piétinent le pain sacré de la plèbe qui les nourrit.

Le rôle du pasteur n'est pas de maintenir les ânes dans leurs illusions consuméristes mais de les faire sortir de leurs étables câblées sur les bouquets de chaînes de télévisons aux clartés frelatées pour leur montrer le soleil.

Je ne suis pas sur terre pour flatter mes bienfaiteurs borgnes et endormis mais au contraire pour leur ouvrir les yeux. Ils travaillent pour que je puisse manger et les critiquer ensuite, oui et alors ? Le travail n'est pas l'argument final de toute cause. Donner raison aux ânes simplement parce qu'ils sont attelés à la charrue, suent, peinent, se lèvent tôt, c'est comme donner raison aux limaces parce qu'elles bavent, aux idiots parce qu'ils sont heureux, aux alcooliques parce qu'ils chantent. Sous prétexte que ces bêtes de somme financent mon existence d'improductif je devrais les encourager à cultiver l'imbécillité ? Au contraire, en désacralisant leur pain qui me fait vivre je les invite à lever les yeux plus haut que leurs jours bornés par des considérations bancaires, alimentaires, syndicalistes ou socio-professionnelles.

Toute l'existence de ceux qui contribuent à me maintenir dans l'état glorieux de railleur improductif est vouée au travail. Leur but : devenir propriétaire d'une maison, passer une retraite sereine -si ce n'est sénile- se payer des vacances, constituer un héritage pour leurs enfants, etc.

Soit. Et après ?

Construire ou acquérir une maison, s'assurer une retraite aisée, offrir un héritage à la descendance, partir en voyages... Cela leur fait une belle jambe ! Rien que des choses temporelles.

Sont-ce là les richesses suprêmes de la vie humaine ? Oui s'offusqueront les equus asinus avides de foin.

Ces désirs aussi vulgaires seraient donc l'aboutissement de leur passage sur terre ? Quelle tristesse ! Quelle indigence ! Certes il est légitime d'aspirer à ces vanités car nous ne sommes pas des désincarnés et nous avons besoin de nourriture, d'un toit, d'eau, de chauffage, et même de nous amuser.

Mais miser sur ce qui est voué à la désintégration, réduire une vie à un lavabo, une croisière, un salaire, une marque de voiture, une habitation flatteuse, un tuyau de fibres optiques, n'est-ce pas se moquer de ceux qui, comme moi, vivent non POUR l'accès aux biens matériels issus du travail mais GRÂCE aux biens matériels issus du travail des autres ?

Je m'explique.

Le travail des autres à mon bénéfice est le prix à payer à leur "désabrutisssement". Par leurs efforts, leur courage au labeur, leurs sacrifices ils contribuent à m'épargner les vicissitudes et soucis liés à leur condition d'abrutis. En échange, je leur ouvre les portes de la vérité izarrienne. Ce qui est loin d'être une tâche aisée dans ce monde dominé par le culte du Veau d'Or... Bref, ils me nourrissent physiquement, je les nourris spirituellement. Tout se paye, tout se mérite en ce monde. Aux uns il sera demandé plus d'efforts qu'aux autres pour s'humaniser, s'élever selon leurs capacités à comprendre l'essentiel ou leur degré d'abrutissement... Cela peut sembler injuste mais c'est ainsi : nous ne sommes pas tous égaux devant l'intelligence.

Je mérite que me soient épargnées la peine et la perte de temps engendrées par le travail, tandis que ceux que je tente d'éduquer payent leur ignorance, leur bêtise, ou plutôt payent leur difficile "apprentissage des hauteurs" au prix établi selon des critères non sottement arithmétiques mais hautement spirituels.

En vertu du fait que j'ose dire la vérité, ne succombant ni au mensonge, ni aux artifices, ni aux flatteries, refusant tout compromis avec l'époque, on me taxe de parasite. De fou. De fainéant.

Je suis comme le chardon qui pousse en plein champ, au milieu du passage, perçant le goudron, inutile, méprisé, isolé, menacé d'être arraché, considéré juste bon à être dévoré tout cru par les ânes qui ne songent qu'a remplir leur panse (il est bien connu que les ânes raffolent des chardons).

Jusqu'au jour où on s'aperçoit que le chardon que nul ne voulait nourrir a engendré une magnifique fleur.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xdjhfg_eloge-de-mon-improductivite-raphael_news

6 commentaires:

N a dit…

lol

Anonyme a dit…

Pour une personne qui est indifférent à ce que pense les autres de vous, vous resentez beaucoup le besoin de vous justifiez

Anonyme a dit…

et de rabaisser ;)

Anonyme a dit…

Éloge des travailleurs.

Vous travaillez pour marcher d'un même pas avec la terre et l'âme de la terre.

Car rester oisif c'est devenir étranger aux saisons, et s'écarter de la procession de la vie qui avance vers l'infini avec majesté et une orgueilleuse soumission

Toujours, on vous as raconté que le travail était une malédiction et le labeur une infortune

Mais moi je vous dis que lorsque vous travaillez vous accomplissez une part de rêve le plus lointain de la terre, celui qui vous a été assigné quand ce rêve est née

Et c'est en restant au travail que vous manifestez un véritable amour à la vie.

Et aimer la vie dans le travail, c'est établir des liens intimes avec le plus profond secret de la vie.

On vous a raconté aussi que la vie est ténèbres et, épuisés, vous faites échos à ce que disent les épuisés.

Et je dis que la vie est ténèbres, en effet, sans un désir ardent

Et tout désir ardent est aveugle s'il n'y a pas connaissance.

Et toute connaissance est vaine, s'il n'y a pas travail.

Et tout travail est vide, s'il n'y a pas amour.

Et lorsque vous travaillez avec amour, vous liez vous-même à vous-même et aux un et aux autres.

Le travail est l'amour rendu visible.

Et si vous travaillez sans amour mais seulement avec dégoût, il vaut mieux quitter votre travail et vous asseoir à la porte du temple et accepter l'aumône de ceux qui travaillent avec joie.

Car si vous cuisez un pain avec indifférence, vous cuisez un pain plus amer qui ne satisfait qu'à moitié la faim de l'homme.

Et si vous pressez le raisin à regret, votre regret distille un poison dans le vin.

Et si vous chantez, fut-ce comme les anges, et n'aimez pas chanter, vous rendrez l'oreille de l'homme sourde aux voix du jour et aux voix de la nuit.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Anonyme,

Je n'ai jamais maudit le travail, bien au contraire. J'aime le travail qui édifie l'homme et embellit le monde. C'est le rapport de l'homme à son travail que je dénonce, rapport dévoyé au nom de la productivité à outrance et de la vanité sociale. Le travail ne doit pas devenir une religion induite par l'argent, le confort, le matérialisme.

Moi aussi je travaille. Et très dur encore. Ce ne ne sont pas les terres que je laboure mais les âmes. Ce ne sont pas les forêts que je défriche mais les esprits. Ce ne sont pas les champs de blé que je cultive mais les vastes paysages de la pensée.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Selim a dit…

il est bon de défricher les petits esprits des esclaves volontaristes.