jeudi 21 février 2013

980 - La dictature homosexuelle

L’indécence et la décadence de l’homosexualité masculine sont dans le fait d’en parler devant les caméras et de l’exprimer avec vulgarité, indécence, outrance sur la voie publique à travers les chars des GAY PRIDE.

Avec ce parti-pris tacite de présenter la chose comme une nouvelle norme défendue dans un état d’esprit décomplexé. Et l’insidieux désir de sa massification. Le tout dans une atmosphère non seulement dédramatisée, désacralisée, mais encore avec une forme d’apologie festive, voire agressive avec de la part de certains de ses partisans une odieuse stigmatisation des “arriérés” (autrement dit les âmes sensibles et autrement éduquées) choqués par cet étalage de mauvais goût et de provocation sexuelle.

Je n’ai très sincèrement rien contre les homosexuels ni même contre leurs étranges ébats ou pratiques singulières (les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent avec leur corps et je respecte scrupuleusement ce droit de chacun) tant que cela reste secret, décemment caché.
Mais dès qu’il y a cette forme de promotion, d’aveu public dans un but publicitaire, d’affirmation (et non de questionnement, voire, pourquoi pas, de contrition pour ceux que leur penchant afflige pour des raisons religieuses ou familiales, contrition qui n’est en soi pas une tare), ou dans le désir de normaliser ces singularités, il y a perversité.

Ce n’est pas l’homosexualité en elle-même qui me choque (elle ne me choque pas du tout), c’est le fait que certains de ses adeptes y placent leur fierté et même leur plus profonde humanité au point de voir de l’homophobie là où il n’y a que normes hétérosexuelles, sains, naturels réflexes de gens sans arrière pensée et rien de plus.

L’indécence suprême, c’est de porter plainte contre le SUBWAY d’Angers pour soi-disant “discrimination envers les couples homosexuels”. Là j’ai vu le vrai visage de l’homosexualité hystérique et victimaire : inique, injuste, intolérant, laid, bête et méchant.

Sans la moindre pudeur certains homosexuels et bisexuels se dandinent sur les pathétiques chars de la GAY PRIDE, comme si le fait de leurs chorégraphies obscènes était admis par tous au nom de la tolérance pour ce qui est “différent” (terme hypocrite permettant d’exclure l’emploie de mots tellement plus justes mais moins valorisants tels que VICE, PERVERSITE, DEVIANCE, INDECENCE, IMPUDEUR ou DEBAUCHE).

On peut être homosexuel, bisexuel. Est-il besoin pour autant d’être sans dignité ?

Non, je ne tolère pas cette forme de promotion de décadence homosexuelle (soyons clairs : la décadence n’est pour moi non pas dans l’homosexualité en elle-même -nul n’étant responsable de ses orientations sensuelles- mais dans ses expressions sociales impudentes et abus légalistes.)

Dans le mot DIFFÉRENT il n’y a plus cette connotation de réprobation morale qu’il y a, par exemple, dans le mot PERVERSITÉ. Or je refuse de faire le jeu de l’esprit “progressiste” qui veut évacuer cette dimension morale en employant des termes neutres, édulcorés voire franchement gratifiants.

Ainsi au lieu de dire HOMOSEXUEL terme devenant de plus en plus péjoratif, on utilise le mot GAY tellement plus chic...

En réaction à cette hypocrisie moi je dis SODOMITE ou PÉDÉRASTE.

Les mots sont très importants, ils véhiculent l’inconscient, le ressenti. Ils en disent beaucoup plus qu’il n’y paraît au premier abord. D’où l’importance de décrypter l’emploi de ces termes qui contribuent à façonner les esprits dans un sens ou un autre. C’est pourquoi je me suis toujours refusé à dire GAY.

Me laisser contaminer par ces modes verbales me rendrait complice de certaines déchéances de notre société.

Ce qui est également choquant c’est de ne plus être choqué par ces chars de décadence, comme une perte d’innocence. Il y a quelques années je n’aurai pas été choqué du moins je me serais prétendu non choqué, me serais efforcé de ne pas l’être, et cela au nom d’une prétendue ouverture d’esprit.

J'avais cette “ouverture d’esprit” qui en réalité se résumait à une non réflexion. C’était l’ouverture d’esprit du mouton conditionné par les lobbys homosexuels et féministes. C’est cette “ouverture d’esprit” qu’adoptent la plupart des “progressistes” se disant “tolérants”.

C’est au nom de mon indépendance d’esprit et de sensibilité que je refuse de me conformer à cet état d’esprit que l’on nomme TOLERANCE mais qui en fait n’est que l’adhésion à des idées décadentes. C’est ainsi que l’on manipule des gens de bonne foi, que l’on change artificiellement les mentalités, que l’on corrompt les esprits, viole les conscience sous des prétextes faussement humanistes.

Hier les défilés de GAY PRIDE ne me choquaient pas. J’étais lobotomisé par le système.

Cette affaire du Suwbay d’Angers m’a réveillé et aujourd’hui je suis enfin libre de pouvoir dire “JE SUIS HOMOPHOBE”.

Avec bien entendu les nuances clairement expliquées dans mon article précédent "JE SUIS DEVENU HOMOPHOBE" : 


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xxoniq_la-dictature-homosexuelle-raphael-zacharie-de-izarra_news#.UScqdaWfHns

3 commentaires:

Anonyme a dit…

L'Homophobie est un crime puni par la loi, et j'espere que vous devrez bientôt passer devant un tribunal vous expliquer

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Soit.

Je m'expliquerai devant un tribunal s'il le faut à propos de la sottise ambiante de cette société hétérophobe, frileuse et phobique.

Pour plus de commodité dans votre entreprise judiciaire je vous communique mes coordonnées :

Raphaël Zacharie de IZARRA
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Téléphone : 02 43 80 42 98

Raphaël Zacharie de IZARRA

Fourmi agile a dit…

Bonjour Raphael,
toujours aussi juste dans vos propos. Vous savez faire la part des choses.

Moi non plus je n'ai rien contre les homos, mais pourquoi certains ont ils besoin de s'exhiber ainsi?

Je suis certain que c'est outrageant aussi pour les homos discrets.

La France glisse sur la pente de la décadence.