jeudi 21 février 2013

980 - La dictature homosexuelle

L’indécence et la décadence de l’homosexualité masculine sont dans le fait d’en parler devant les caméras et de l’exprimer avec vulgarité, indécence, outrance sur la voie publique à travers les chars des GAY PRIDE.

Avec ce parti-pris tacite de présenter la chose comme une nouvelle norme défendue dans un état d’esprit décomplexé. Et l’insidieux désir de sa massification. Le tout dans une atmosphère non seulement dédramatisée, désacralisée, mais encore avec une forme d’apologie festive, voire agressive avec de la part de certains de ses partisans une odieuse stigmatisation des “arriérés” (autrement dit les âmes sensibles et autrement éduquées) choqués par cet étalage de mauvais goût et de provocation sexuelle.

Je n’ai très sincèrement rien contre les homosexuels ni même contre leurs étranges ébats ou pratiques singulières (les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent avec leur corps et je respecte scrupuleusement ce droit de chacun) tant que cela reste secret, décemment caché.
Mais dès qu’il y a cette forme de promotion, d’aveu public dans un but publicitaire, d’affirmation (et non de questionnement, voire, pourquoi pas, de contrition pour ceux que leur penchant afflige pour des raisons religieuses ou familiales, contrition qui n’est en soi pas une tare), ou dans le désir de normaliser ces singularités, il y a perversité.

Ce n’est pas l’homosexualité en elle-même qui me choque (elle ne me choque pas du tout), c’est le fait que certains de ses adeptes y placent leur fierté et même leur plus profonde humanité au point de voir de l’homophobie là où il n’y a que normes hétérosexuelles, sains, naturels réflexes de gens sans arrière pensée et rien de plus.

L’indécence suprême, c’est de porter plainte contre le SUBWAY d’Angers pour soi-disant “discrimination envers les couples homosexuels”. Là j’ai vu le vrai visage de l’homosexualité hystérique et victimaire : inique, injuste, intolérant, laid, bête et méchant.

Sans la moindre pudeur certains homosexuels et bisexuels se dandinent sur les pathétiques chars de la GAY PRIDE, comme si le fait de leurs chorégraphies obscènes était admis par tous au nom de la tolérance pour ce qui est “différent” (terme hypocrite permettant d’exclure l’emploie de mots tellement plus justes mais moins valorisants tels que VICE, PERVERSITE, DEVIANCE, INDECENCE, IMPUDEUR ou DEBAUCHE).

On peut être homosexuel, bisexuel. Est-il besoin pour autant d’être sans dignité ?

Non, je ne tolère pas cette forme de promotion de décadence homosexuelle (soyons clairs : la décadence n’est pour moi non pas dans l’homosexualité en elle-même -nul n’étant responsable de ses orientations sensuelles- mais dans ses expressions sociales impudentes et abus légalistes.)

Dans le mot DIFFÉRENT il n’y a plus cette connotation de réprobation morale qu’il y a, par exemple, dans le mot PERVERSITÉ. Or je refuse de faire le jeu de l’esprit “progressiste” qui veut évacuer cette dimension morale en employant des termes neutres, édulcorés voire franchement gratifiants.

Ainsi au lieu de dire HOMOSEXUEL terme devenant de plus en plus péjoratif, on utilise le mot GAY tellement plus chic...

En réaction à cette hypocrisie moi je dis SODOMITE ou PÉDÉRASTE.

Les mots sont très importants, ils véhiculent l’inconscient, le ressenti. Ils en disent beaucoup plus qu’il n’y paraît au premier abord. D’où l’importance de décrypter l’emploi de ces termes qui contribuent à façonner les esprits dans un sens ou un autre. C’est pourquoi je me suis toujours refusé à dire GAY.

Me laisser contaminer par ces modes verbales me rendrait complice de certaines déchéances de notre société.

Ce qui est également choquant c’est de ne plus être choqué par ces chars de décadence, comme une perte d’innocence. Il y a quelques années je n’aurai pas été choqué du moins je me serais prétendu non choqué, me serais efforcé de ne pas l’être, et cela au nom d’une prétendue ouverture d’esprit.

J'avais cette “ouverture d’esprit” qui en réalité se résumait à une non réflexion. C’était l’ouverture d’esprit du mouton conditionné par les lobbys homosexuels et féministes. C’est cette “ouverture d’esprit” qu’adoptent la plupart des “progressistes” se disant “tolérants”.

C’est au nom de mon indépendance d’esprit et de sensibilité que je refuse de me conformer à cet état d’esprit que l’on nomme TOLERANCE mais qui en fait n’est que l’adhésion à des idées décadentes. C’est ainsi que l’on manipule des gens de bonne foi, que l’on change artificiellement les mentalités, que l’on corrompt les esprits, viole les conscience sous des prétextes faussement humanistes.

Hier les défilés de GAY PRIDE ne me choquaient pas. J’étais lobotomisé par le système.

Cette affaire du Suwbay d’Angers m’a réveillé et aujourd’hui je suis enfin libre de pouvoir dire “JE SUIS HOMOPHOBE”.

Avec bien entendu les nuances clairement expliquées dans mon article précédent "JE SUIS DEVENU HOMOPHOBE" : 


VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/6fa97469f6f957bbd11d6e2845b58b51/

http://www.dailymotion.com/video/xxoniq_la-dictature-homosexuelle-raphael-zacharie-de-izarra_news#.UScqdaWfHns

3 commentaires:

Anonyme a dit…

L'Homophobie est un crime puni par la loi, et j'espere que vous devrez bientôt passer devant un tribunal vous expliquer

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Soit.

Je m'expliquerai devant un tribunal s'il le faut à propos de la sottise ambiante de cette société hétérophobe, frileuse et phobique.

Pour plus de commodité dans votre entreprise judiciaire je vous communique mes coordonnées :

Raphaël Zacharie de IZARRA
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
Téléphone : 02 43 80 42 98

Raphaël Zacharie de IZARRA

Fourmi agile a dit…

Bonjour Raphael,
toujours aussi juste dans vos propos. Vous savez faire la part des choses.

Moi non plus je n'ai rien contre les homos, mais pourquoi certains ont ils besoin de s'exhiber ainsi?

Je suis certain que c'est outrageant aussi pour les homos discrets.

La France glisse sur la pente de la décadence.

Liste des textes

1837 - Suc de Turque
1836 - Stéphane Blet
1835 - Ciel bleu
1834 - Bonheur de rat
1833 - Redneck
1832 - Sur le rivage
1831 - Attraction lunaire
1830 - Je suis anti-féministe radical
1829 - Mais qui est-il ?
1828 - Je veux des frontières !
1827 - Les francs-maçons
1826 - Folies lunaires
1825 - Alunir, en un mot
1824 - “Comme ils disent”, chanson d’Aznavour
1823 - Lune tiède
1822 - Globe de rêve
1821 - Effroi
1820 - Vangelis
1819 - L’air de la Lune
1818 - La campagne
1817 - Lune tombale
1816 - Les cailloux
1815 - Je déteste Paris !
1814 - Boules de neige
1813 - Je n’ai pas peur
1812 - Parler vrai
1811 - Les hommes simples
1810 - Quand la Lune panse
1809 - Régine : extinction d’un feu
1808 - Morte veilleuse
1807 - Coeur de pierre
1806 - Noir
1805 - Mystère de la Lune
1804 - Jackson Pollock
1803 - En pleine lumière
1802 - Harmonie des sexes
1801 - Dix ans dans l’azur
1800 - Pluie d’avril
1799 - Le gueux
1798 - Les pommes de pin
1797 - Voyage vers la Lune
1796 - Mystère d’une nuit
1795 - Une lumière turque
1794 - Sans coeur et avec écorce
1793 - Envolé !
1792 - Galante ou l’abcès crevé
1791 - La lumière du Bosphore
1790 - Claude Monet
1789 - Rat aristocrate
1788 - Ukraine : sortez de vos ornières mentales !
1787 - Tranche de ciel et plumes de la Terre
1786 - Les sots écolos
1785 - L’astre turc
1784 - L’Ukraine, je m’en fous totalement !
1783 - Vive la guerre !
1782 - Réponses à un coatch
1781 - Droite pure
1780 - Vains hypersensibles
1779 - Mes valeurs vives
1778 - Le secret
1777 - Force et lumière
1776 - De l’herbe à l’aiguillon
1775 - Jusqu’à la mort
1774 - Zemmour et les journalistes de gauche
1773 - Dur et juste
1772 - La flamme et le marbre
1771 - Mon chat est mort
1770 - Les frères Bogdanoff
1769 - J’ai rêvé de Natacha
1768 - Technologie
1767 - Vers la Lune
1766 - C’était la guerre
1765 - La “tondue de Chartres”
1764 - Dans le métro
1763 - Naissance d’un virus
1762 - Zemmour est-il un de Gaulle ?
1761 - Je suis grand
1760 - Jour de gloire
1758 - Une muse du Bosphore
1758 - Je suis un extrémiste
1757 - Les éoliennes
1756 - Femme terminale
1755 - Autoportrait
1754 - Je suis un sanglier
1753 - Faux fou
1752 - Les affaires
1751 - Octobre
1750 - Le fantôme
1749 - Les écrivains
1748 - Sauvez la France !
1747 - Mes sentiments de pierre
1746 - Une araignée raconte
1745 - Un coeur clair
1744 - Phallocrate
1743 - Les vaches
1742 - Les faibles sont mauvais
1741 - Les sans-visage
1740 - Le trouillard de gauche
1739 - Léonard de Vinci enfant
1738 - Mes froideurs sublimes
1737 - Le romantisme, c’est la décadence
1736 - La Joconde
1735 - La tour Eiffel
1734 - Le Soleil
1733 - Une boule de mystère
1732 - Les masqués
1731 - Burcu Günes, l’or turc
1730 - Léa Désandre
1729 - Le père Dédé
1728 - “Blanc lumière” de Pollock
1727 - Les kikis et les cocos
1726 - Les funérailles de Belmondo
1725 - Pôle Sud
1724 - Vierge au mariage
1723 - La forêt
1722 - Le réveil des clochers
1721 - En septembre
1720 - Extraterrestre
1719 - Ni cagoule ni sérum
1718 - L’astre des morts
1717 - L’idéaliste
1716 - Un ange noir pour les Blancs ?
1715 - Trois heures du matin
1714 - Dur et vivant
1713 - Homme des bois
1712 - De flamme et de sang
1711 - Mes bas potentiels
1710 - Je suis un anti-progressiste
1709 - Eléonore et les Noirs
1708 - Eléonore et les Juifs
1707 - Une française
1706 - Femme d’idées
1705 - Joie de vivre
1704 - Auteur de rêves
1703 - Raison féminine
1702 - Vieillard
1701 - Face de France
1700 - 1789
1699 - Adieu, France
1698 - Célibataire
1697 - L’envers vert
1696 - Avant la chute
1695 - L’aube d’Ève
1694 - Amour raté
1693 - À vue d’homme
1692 - Le loup et l’agnelle
1691 - Têtes à corps
1690 - Trêve de la nuit
1689 - L’été
1688 - L’hiver
1687 - Les âmes de la forêt
1686 - Enfin libre !
1685 - Je vis sans masque
1684 - Enfants du monde
1328 - Je suis apolitique