lundi 6 février 2012

LA MALFAISANCE DES PAUVRES

Ce texte sans aucune hypocrisie et plein de vérité n'est malheureusement pas de moi (j'aurais aimé l'écrire) mais de mon frère XAVIER-LOUIS DE IZARRA. 

Cela dit, par sa pertinence, sa fausse férocité et vraie humanité, c'est comme s'il était de moi. 

J'ai un grand sens de la solidarité Universelle. 

Je souffre terriblement lorsque je vois souffrir un homme ou les bêtes.

Nous sommes tous unis.

Quand  un pauvre meurt de froid en bas de chez moi par exemple, je l'éjecte manu militari. S'il est plus fort que moi, je préviens les flics pour le faire dégager.

En effet, je ne supporte pas que les pauvres communiquent leur misère à l'humanité.

En revanche, j'aime les riches, les bien-portants, les bons vivants, les gens intelligents et cultivés, les rieurs parce que leur bonheur se partage avec les autres.

Notre devoir est d'enrichir les riches toujours plus, et de punir les miséreux sous toutes leurs formes.

Remarquez que la Nature fait son travail d'une façon admirable : elle fait souffrir les pauvres et les malades pour les encourager à devenir riches et bien portants.

Et s'ils ne comprennent pas, alors elle les tue sans pitié.

Le sens de la solidarité est de partager avec autrui tout ce qui est beau, bon et bien dans le monde.

Humainement parlant, notre devoir est d'extirper la vermine, à commencer par ceux qui cultivent la misère pour faire vivre leur idéologie.

L'idéologue est l'esclave de son idéologie, prêt à se sacrifier pour elle.

La Nature a inventé la souffrance pour sanctionner ceux qui ne vont pas dans le sens de son épanouissement. C'est pour cette raison que les pauvres et les malades souffrent, que les vieillards gâteux et inutiles finissent par mourir, que les pollueurs crèvent sous leur déchets, etc.

En défendant la misère, on ne fait que la cultiver.

Pourquoi opposer riches et pauvres, comme si les premiers étaient la cause des seconds ?


Les belles femmes sont-elles responsables des laides ?

Les bien portants sont-ils responsables des gens malades ?


Les génies sont-ils responsables de l'imbécilité des sots ?


Doit-on rabaisser les riches ou élever les pauvres ?
 

Doit-on rendre malade un individu en bonne santé ou guérir les malades ?

Ce n'est pas moi qui décide si untel doit vivre ou mourir, mais la Nature.


Si cela ne vous convient pas, prévenez la police.


Xavier-Louis de Izarra

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Malheureusement, je ne retrouve pas dans ce texte la qualité de votre plume. Ce petit texte succinct renferme un malthusianisme caricatural qui ne vous ressemble pas. Vous auriez fait sans doute beaucoup mieux sur le même thème.

Lorenzo de Vicari

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Lorenzo de Vicari,

Mon frère Xavier ne se préoccupe pas de faire comme moi des fioritures littéraires.

Son style est plus sobre, plus direct et plus efficace aussi.

Il est vrai que si j'avais écrit cet artcile j'y aurais ajouté quelques joliesses verbales afin d'égayer mon propos.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Tati a dit…

M. DE izarra.
D'abord j'ai m'excuse pour mon français,il n'est pas très fluide.
Mais je n'ai pas pu éviter de lui répondre; de telle sorte vos écrits dénotent le cynisme, le manque d'amour,en particulier aux pauvres, les malades, et peut-être aussi à ceux qui ne tiennent pas dans leur nom de famille un De.
Pas vrai, signor de ibarra??
Apparemment, vous êtes jeune.
Mon plus grand souhait pour vous est que le temps soit en charge de l'enseigner,avant de devenir un monstre.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Tati,

Ce présent texte n'est pas de moi mais de mon frère Xavier-Louis de IZARRA. Vous pouvez lui faire part de votre remarque à son adresse : xavier_de_izarra@yahoo.fr

Pour le reste, certains de mes textes sont à prendre avec distance et humour.

Pas tous mais certains.

Et puis je n'impose rien à qui que ce soit, j'expose juste mes points de vue personnels.

Je n'oblige personne à m'imiter.

Raphaël Zacharie de IZARRA