samedi 10 mai 2014

1051 - Les rêves de Blandine

La Blandine cache bien son jeu.

Petite sainte parfaitement innocente éprise de la religiosité la plus liquoreuse, meublant sa tête vide avec les plus chastes pensées inspirées par son missel, elle passe ses journées à tripoter les chapelets de son virginal foyer et ses soirées à s’asperger du contenu du bénitier de l’église...

En réalité, monstre libidineux en proie à des fureurs utérines incontrôlables, la Blandine ne songe qu’à se faire déflorer ses putrides orifices par d’énormes chibres d’ecclésiastiques, ainsi que les oreilles par d’irréligieuses et révoltantes obscénités en guise de sermon dominical.

A quarante-deux ans cette Lilith vêtue de blanc n’a connu que des rêves salaces, au lieu d’hommes.

Il est à préciser qu’en termes d’appas cette oie sombre se résume en une longue, sèche et redoutable ronce... Tout en os saillants, ce spectre femelle est plus austère, glacial et anguleux qu’un crucifix d’acier.

Ce qui ne l’empêche nullement, l’infâme scélérate, l’impudente, la pauvre folle, de revendiquer secrètement le droit d’accès au statut éhonté de putain du curé !

Chez elle, tout n’est que pieuses icônes et sulpicien mobilier en directe provenance de Lourdes.

Mais en grattant bien on découvre l’insoutenable : derrière le portrait officiel du pape, une estampe intime d’une écoeurante lubricité !

Sous la dentelle prude recouvrant la table de chevet où elle dépose chaque soir son missel, une interminable lettre pornographique manuscrite portant sa propre écriture, adressée à son évêque ! Des évocations sexuelles immondes, des mots comme des blasphèmes, des rêveries érotiques outrageuses, une imagination scabreuse pleine de corruption et de dérèglements. Une tempête verbale d’une bestialité inouïe ! Un volcan de vitriol charnel miasmeux en éruption après des années de frustrantes et venimeuses rétentions... La missive est dans l’enveloppe déjà timbrée, prête à être cachetée et postée on ne sait quand.

A l’intérieur même de son livre de prières, bien dissimulé entre la couverture de protection et la page de garde, l’innommable : des dessins à la ligne puérile, faits de sa propre main, représentant des caricatures de prêtres en soutane (certains sont reconnaissables) aux sexes surdimensionnés en train de la saillir dans les positions les plus déshonorantes... Elle s’est d’ailleurs elle-même comiquement figurée avec des opulences imaginaires aussi indécentes qu’irréalistes...

Mais de tous ces outrages aux moeurs, nul n’est censé s’offusquer car l’essentiel est que l’hypocrite Blandine continue pendant encore des années à sauver les apparences.

Laissons donc la sulfureuse Blandine s’immoler en silence dans ses rêves interdits les plus doux.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x1u3v9g_les-reves-de-blandine-raphael-zacharie-de-izarra_webcam

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Mr de Izarra,

La Blandine n'est certainement pas heureuse. Les sermons inculqués lui ont établi une dictature du bonheur, sermons mal à propos quand elle avait besoin de discuter de ses peines, et de fait se révéler en tant qu'être humain.
Se conformant à ces enseignements, précieux mais non appropriés avec sa vie, ('on ne donne pas du pain à un nourrisson') elle s'est retrouvée enfermée entre ses désirs et la culpabilité, l'un gonflant l'autre.
Poésie, Musique, Peinture, ou autres voies, son coeur devra se frayer un chemin vers cet ailleurs.
En attendant, drapée dans sa réputation de bigote, elle mène son quotidien ainsi, n'ayant plus la force de se remettre en question, épuisée, 'dichotomisée' par le scalpel de la culpabilité qui l'a partagée entre ses fantasmes et ses rêves de se sortir de cet enfer.
Isolement, éducation bornée, faux guides spirituels accaparant l'innocence... Coeur et corps se révoltent laissant libre cours à l'instinct pour trouver ne serait-ce qu'une illusion de soulagement.

Salutations,

Anonyme a dit…

Quel être sublime, quel esprit enchanteur ! Raphaël est il seulement humain ? Un simple mortel est il capable d'une telle poésie. Izarra a le Pouvoir, Izarra a le Savoir. Cet homme devant lequel ces esprits plein de vices, emplis par la stupidité sont si désarmé est notre nouveau maître, il nous guidera vers le Paroxysme de la Vertu.