mercredi 27 mai 2015

1114 - Farrah Fawcett, filament au firmament

Elle est morte, la belle incarnée aux yeux plein d’azur et à la chevelure solaire. Elle a été rongée par le néant, celle qui respirait l’air de notre Terre avec des sourires éclatants.

Elle est dans le tombeau, l’icône chaleureuse. Elle est devenue charogne, la crinière d’or.

Dévorée par le sort, avalée par le temps, digérée par le cimetière.

Et il fait désormais la grimace dans le caveau, son visage d’ange. Hier adorable, à présent déplorable.

Il dort pour l’éternité, ce cadavre d’os et de dents que nous prenions pour un élixir de jouvence, une eau pure, un rayon de lumière, avant sa chute sous la stèle. C‘est que, éblouis par cet astre de chair, nous en oubliions son extrême fragilité, sa pourriture future.

Sa beauté était une fumée électrisante et nos âmes s’électrocutaient contre cette image. Sa face reflétait une certaine idée que l’on se fait du Ciel. Nous nous en enivrions jusqu’à croire à la permanence de ce mirage. Nous étions sous l’effet d’un stupéfiant esthétique. Et puis les jours, le quotidien, la vie qui passe ont fini par éteindre, ensevelir et désagréger ce soleil.

Cette Vénus à la mâchoire martiale, née -comme toutes les statues- pour l’immortalité, est cependant passée de l’onde à la cendre, de la flamme à la poussière, de l’atome à la tombe.

Mais en réalité, son cercueil tout juste refermé, sa fosse à peine ouverte, elle commençait son entrée dans le grand cycle cosmique. Intemporellement, objectivement, concrètement. Hors de nos humaines vues qui, tant à l’échelle atomique que sidérale, sont fort brèves.

Ce qui explique que ce n’est pas dans les chimères de mes rêves que je la revois mais, au coeur de mes nuits, en pleine insomnie et en toute lucidité, à travers les lointaines étoiles.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=FYdwELtdowE&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x2rpaml

http://farrah-fawcett.blogspot.fr/

http://farrah-fawcett.blogspot.fr/2015/05/21.html

1 commentaire:

Ana Theodora a dit…

La mort n'est autre que la délivrance de nos mains des clous de la Terre pour embrasser l'Infini...alors vous retrouvez Farrah n'importe ou votre esprit la cherhe elle vole dans l’océan d'Amour appelé Dieu, donc partout. Elle est devenue plus proche de vous que lorsqu'elle vivait en Texas.