samedi 23 juillet 2011

923 - Vacuité du téléphone portable

Le téléphone portable concentre à lui seul les pires travers du monde contemporain : vulgarité, inutilité, fatuité, laideur, pollution de l'esprit.

Symbole de la nullité culturelle, emblème de l'insignifiance, étendard des minables, arme des âmes indigentes, prolongement vide des esprits creux, le téléphone cellulaire est un sifflet pour humains à cervelles d'oiseaux.

Avec ce flatteur instrument de fausse communication notre société a érigé le bavardage en nécessité vitale, donné ses lettres de noblesse au quotidien stérile de gens sans importance, fait descendre dans la rue les bruits de chiottes des individus n'ayant rien d'autre à se dire que de disserter sur leurs chasses d'eau.

Je déteste par-dessus tout ce gadget clinquant pour adulte immatures. Pour moi le comble du mauvais goût consiste à se trimballer avec cet objet qui non seulement est parfaitement inutile mais encore onéreux, hideux et dont les frémissements sonores sont aussi imprévisibles que criards.

Dûment équipés de ce joujou superflu mais n'ayant pourtant rien à se dire, les propriétaires de téléphones portables sont des veaux qui se transmettent leurs beuglements. Bien sûr dans les faits ils se transmettent des paroles à travers les ondes, mais celles-ci sont si dérisoires et ineptes que cela revient à ce que des veaux s'envoient des beuglements à travers les airs.

La populace affectionne singulièrement le téléphone portable et ce n'est pas un hasard. Cet appareil de haute technologie est à la plèbe ce que le téléphone arabe est à la noblesse : une marque de distinction.

9 commentaires:

Liliana Dumitru a dit…

C'est vrai. En plus cet objet, fixe ou portable a inspire de la musique vulgaire autant en France, qu'en Roumanie.
http://www.youtube.com/watch?v=fZSOJgvZqyU&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=lMxGh7loees

filledemnemosyne a dit…

Inutilité...Peut être pas aussi affirmative.
Il a quand même, cet objet que je ne possède pas (ce qui signifie que, de ce côté, à vos yeux, je ne suis pas une vachette!)contribué à sauver quelques vies.

Mais je suis d'accord qu'il est ridicule d'arpenter les rues en arborant ce trophée de l'époque du business.
Ou d' hurler dans les transports en commun pour que tout le monde entende.

Je suis vieux jeu.
Papier. Crayon. Clavier et souris à la limite.
Et un joli timbre poste. C'est quand même mieux pour donner rendez-vous. Surtout à l'infini !

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

filledemnemosyne,

Ces vies faussement sauvées n'auraient jamais été mises en danger sans le portale.

Combien d'irresponsables prennent des risques supplémentaires dans leurs agitations vacancières ou même quotidiennes sous prétexte qu'ils se sentent en sécurité avec leur portable ?

C'est donc un faux calcul de considérer que des vies ont été sauvées grâce au portable.

Sans compter le nombre de victimes de la route dues à l'utilisation du portable au volant...

Raphaël Zacharie de IZARRA

filledemnemosyne a dit…

...et une utilisation de caméra par un conducteur narcissique au beau milieu d'un trajet, hein...c'est quoi ça !

filledemnemosyne a dit…

Il ne sait pas quoi répondre, le "yellow daffodil"!
Plus facile de voir la paille que la poutre !
Non, là, je n'ai pas envie de vous soutenir.Plus envie !

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

filledemnemosyne,

Si j'avais raconté la vie insipide d'une femme ordinaire, quel intérêt cela aurait-il eu ?

Vous faites partie des lecteurs qui croient que les auteurs couchent leurs propres fantasmes ou authentiques tares sur le papier...

Ne pouvez-vous parvenir à prendre assez de recul pour considérer mes productions comme de la pure littérature, les fruits de ma malicieuse imagination rédigés sans aucune arrière-pensée de ma part non pas comme les triviaux prolongements de mes prétendues aberrations mentales ou imaginaires désirs ?

De deux choses l'une... Ou l'auteur que je suis est tellement persuasif que vous prenez mes textes comme les reflets de ma personne, ou c'est vous qui êtes incapable de faire la part des choses entre l'auteur et son oeuvre.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Dans la vie j'ai besoin de gens comme filledemnemosyne.

Comme mon psychiatre par exemple.

En échange de mes jolies histoires que je lui raconte dans son cabinet une fois par mois il me donne une pension mensuelle.

Les gens comme filledemnemosyne ont leur utilité.

Raphaël Zacharie de IZARRA

filledemnemosyne a dit…

Raphaël,

Je me suis expliquée sur la page suivante.Sur ma façon de vous lire et de vous comprendre.

Persuasif, ce n'est pas le problème. Ni le résultat de mes lectures, de vous voir comme tel.

Incapable de faire le tri,au premier abord. Oui. Sans nul doute.
Comme tous et toutes les imbéciles de mon espèce qui n'ont pas le culot de se faire pensionner en racontant je ne sais quelle névrose.

Maintenant, je suis assez éclairée, et assez sotte aussi, pour me pencher sur votre cas.

C'est le répétitif qui me gêne.
Le répétitif, une, deux, quinze, six cent fois...j'appelle ça de l'obsession.
Et là, malheureusement, je n'ai que la réponse que vous avez une fois bien voulu me donner.
Pas convaincue!

Maintenant, que je vous sois utile ou pas, je m'en tape !

filledemnemosyne a dit…

Et soit dit en passant, un auteur met toujours de lui dans son œuvre!
C'est ce qui la caractérise !
Une œuvre dénuée de l'empreinte laissée par l'âme de son auteur serait elle même dénuée d'âme et insipide !