jeudi 4 juillet 2013

997 - France : le nouvel ordre du vice

En France le vice est valorisé, encouragé, glorifié.

Il est même considéré comme une vertu.

Un gage d’ouverture d’esprit, d’insertion sociale, de reconnaissance citoyenne et de promotion morale.

En effet, si vous êtes né homosexuel, bisexuel ou que sais-je, ou bien si par choix avez adopté une sexualité “peu banale” encore plus déviante et que vous faites votre “coming-out” ou affichez simplement votre “richesse”, votre “différence”sexuelle” avec fierté, alors vous passerez pour un honnête homme, un bel esprit, voire un grand humaniste incarnant à vous seul toute la tolérance, toute la générosité, tout l’éclat du monde civilisé...

Parce que vous êtes homosexuel et simplement homosexuel -et pas honteux de l’être-, dans les coeurs et les esprits, dans les institutions, dans la vie citoyenne, dans la rue, au travail ou tout banalement dans les soirées -qu’elles soient classiques ou branchées- vous serez automatiquement assimilé à la gent honorable, respectable et exemplaire formant le socle de la nouvelle société furieusement égalitaire, pathologiquement obsédée par “le droit à la différence pour tous”.

Exactement comme jadis on intégrait d’emblée à la “patrie des honnêtes gens”  l’âpre travailleur du sillon, l’habile et patient artisan, le scribe érudit et consciencieux, le sage ancêtre ou l’éminent professeur dispensant leur savoir et leurs valeurs aux générations attentives et respectueuses, tous pères de famille sobres et modestes, fiers d’offrir le meilleur d’eux-mêmes à la terre, au Ciel, à l’Humanité... Ca c’était le temps d’avant, pas si éloigné, où l’hétérosexualité allait de soi. Un monde certes non parfait mais encore sain d’esprit quant aux considérations sexuelles.

Il y en a même qui instinctivement prêtent de hautes qualités morales aux homosexuels juste parce qu’ils sont homosexuels -discrimination outrancièrement positive !- et suspectent les hétérosexuels d’être des homosexuels refoulés, donc des pervers, pour la seule raison qu’ils sont hétérosexuels, et rien qu’hétérosexuels. 

En effet, si vous êtes hétérosexuel malheur à vous ! En ce cas surtout ne dites pas que vous êtes NORMAL. Ce terme est offensant à l’égard des homosexuels, bisexuels et que sais-je encore... Hétérosexuels, cachez-vous de honte : dans ce monde de “diversités d’orientations intimes” votre pauvreté hétérosexuelle est une tare, une limitation de votre humanité, un racisme passif envers les multiples autres formes de sexualités, une étroitesse d’esprit, voire le criminel résultat de votre morale étriquée !

Bref si vous êtes hétérosexuel et que vous affirmez que cette chose est bonne et salutaire pour l’Humanité, vous serez fiché par la police, condamné par la justice, persécuté par votre prochain, méprisé, insulté, menacé, mis au ban de la société comme un vulgaire délinquant, deviendrez l’ennemi du système homosexualisé, bisexualisé, transexualisé, multi-sexualisé qui exercera contre vous pressions, censures, humiliations de toutes sortes.

Vous serez un méchant et dangereux “arriéré” menaçant l’ordre public.

4 commentaires:

Sébastien Barbier a dit…

D'accord et pas d'accord avec ce texte. L'homosexualité n'est pas un vice ni une déviance sexuelle (contrairement au sado-masochisme par exemple); c'est une différence d'orientation sexuelle. C'est en cela que je ne suis pas d'accord avec votre texte, car vous faites passer les homosexuels pour des vicieux, ce qui est totalement inacceptable. On est homosexuel comme on peut être gaucher ou droitier. Les homosexuels, dans leur sexualité différente, n'en demeurent pas moins amoureux de leur partenaire, de leur compagnon... Ce n'est pas parce qu'ils ont une sexualité orientée différemment de la nôtre que c'est un vice. Fumer est un vice. Se droguer en est un autre. Aimer n'est pas un vice, que ce soit un être du sexe opposé ou du même sexe.

Par contre, là où je vous rejoins dans votre exaspération, c'est sur la discrimination positive de cette différence sexuelle; cette volonté intolérable du "politiquement correct" qui tend à faire passer les hétérosexuels pour des rétrogrades ou des obtus incapables d'ouverture d'esprit.

A mon sens, la sexualité des uns ou des autres est une chose éminemment personnelle qui ne devrait donner lieu à aucune considération ou discrimination de quelque ordre que ce soit.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Sébastien,

L'homosexualité est une anomalie, une infirmité.

Le vice n'est pas dans l'homosexualité en soi, puisque nul n'est responsable de ses attirances sexuelles, mais dans les revendications indécentes, déplacées et contre-nature ce certains homosexuels fanatisés.

Vous dites que l'homosexualité est une différence d'orientation sexuelle. En ce cas la pédophilie, la nécrophilie, la zoophilie sont-elles des différences d'orientation sexuelle à vos yeux au même titre que l'homosexualité ?

Où commence la déviance ?

Je suis d'accord pour reconnaître l'homosexualité comme une différence d'orientation sexuelle, à condition que les autres formes de sexualités telles la pédophilie, la zoophilie, la nécrophilie soient également réhabilitées au même titre que l'homosexualité. Je ne vois pas en quoi on devrait faire un cas particulier de l'homosexualité, la valoriser jusqu'à l'outrance, et dénigrer les autres formes de sexualité...

L'homosexualité devrait donc jouir d'un statut particulier dans le cloaque des "diversités sexuelles" humaines ?

Et en vertu de quel “principe supérieur”, dites-moi ?

Raphaël Zacharie de IZARRA

Sébastien Barbier a dit…

Placer l'homosexualité sur le même plan que des pathologies mentales relevant de la psychiatrie est une grossière erreur, et montre votre totale incompréhension du sujet, ainsi que votre total manque d'empathie.

Je ne suis pas pour la "valorisation" de l'homosexualité, ni pour sa "promotion". Néanmoins, les homosexuels sont des êtres humains à part entière et ne font de mal à personne. Ils ont donc le droit à la même considération que leurs congénères hétérosexuels, que cela vous plaise ou non.

Pour finir, vous dites "L'homosexualité est une anomalie, une infirmité.": je pense alors que vous feriez bien d'aller vivre un peu en Ukraine, d'où je reviens tout juste (ce qui explique pourquoi je n'ai pas pu vous répondre plus tôt). Là-bas on y trouve un grand nombre de personnes qui pensent comme vous, et vous y seriez certainement très heureux: les oeillères de l'église orthodoxe sont très puissantes et permettent à ce joli petit monde de discriminer et brimer les homosexuels en toute impunité, et même avec la bénédiction des pouvoir publics. Les théories de l'Allemagne de 1930 sont toujours d'actualité là-bas, et on y pense toujours que les homosexuels n'ont pas leur place dans la société, et que si on pouvait les éliminer, cela n'en serait que mieux pour tout le monde. Tout un programme...

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Sébastien,

Le fait de relever l'anormalité des homosexuels n'est pas une réaction bêtement émotionnelle (l'empathie ou l'antipathie n'a rien à voir là-dedans) mais une démarche purement intellectuelle, une pensée impartiale cherchant la justesse de vue et non cherchant à être coûte que coûte en accord avec la mode.

Ce n'est pas parce que je dis que les mongoliens ou les nains sont anormaux que cela relève d'un acte de rejet, de racisme pour autant. Ai-je laissé sous-entendre que les sodomites n'étaient pas des humains ? Que les infirmes de leur espèce devaient être méprisés ? C'est vous qui me prêtez ces arrières-pensées.

Détrompez-vous sur un autre point : les homosexuels vindicatifs qui revendiquent le mariage font mal à la Civilisation, ils font mal aux gens comme moi qui croient encore en des repères sains, au bon sens et à la justice sociale qu’ils voudraient chambouler au nom de leurs obsession de pseudo égalité qui n’a pas lieu d’être.

Ils soulèvent un faux problème et leur combat pour l’égalité entre le mariage hétérosexuel et le mariage homosexuel est par essence absurde (une autruche a-t-elle les mêmes droits qu’un capot de voiture ?).

La vraie justice sociale consiste à ne pas remettre en cause des évidences telles que le mariage entre un homme et une femme. Aller contre, c'est faire preuve d'une profonde hérésie, source de conflits sociaux et de désordres moraux.

Je n'ai jamais dit qu'il fallait brimer les infirmes. Cela dit il ne faut pas non plus allez dans l'excès contraire et donner corps à leur délire de mariage et d’adoption d’enfants en cédant à leurs caprices d’anormaux.

Je ne suis pas dans une démarche de haine mais de justesse de vue, de justice sociale. On ne peut pas tout faire au nom d'une prétendue égalité qui n'est d'ailleurs même plus égalité à l'heure actuelle mais priorité. Priorité inique à l'égard des sodomites à qui 'on veut accorder des droits contre-nature en matière d'éducation des enfants par exemple.

Tel est mon propos.

Raphaël Zacharie de IZARRA