samedi 11 avril 2015

1109 - Je hais la Révolution française !

1789 me fait horreur.

Désormais je ne supporte plus les festivités paillardes et obscènes des 14 juillet de cette France jadis croyante, royaliste, noble et malheureusement devenue gueuse, profane, régicide.

Oui, ils ont osé tuer le roi ! Et le roi est mort sous l’ignoble couperet de ses sujets égarés par les idées révolutionnaires chantées comme un progrès. Une calamité en réalité. En faisant rouler la tête du bon Louis dans le panier, ils ont voulu faire agenouiller Dieu en personne devant le le billot !

A travers ses manuels scolaires mensongers, la propagande républicaine m’avait fait croire -à moi comme à tous les enfants nés sous le règne de Marianne-, que nos bons rois étaient des tyrans, des iniques, des ennemis du peuple, de la liberté et du bonheur.

En vérité les porteurs de couronnes, depuis les tours médiévales jusqu’aux magnificences de Versailles, étaient les bienfaiteurs et protecteurs du peuple français reconnaissant.

Mais les Lumières, c’est à dire les ténèbres athéistes, matérialistes, béotiennes, ont inoculé leur folie sacrilège dans les esprits... Et les assassins du système royal sont passés à l’acte ! Et tous les naïfs endoctrinés, comme les pervers conscients, trouvent cela bien, bon, juste, normal. Le monde entier prend la France révolutionnaire de 1789 en exemple, comme si le fait de trancher la tête du roi -et rompre du même coup nos liens avec les hauteurs célestes- constituait le summum des avancées civilisationnelles... C’est dire si l’embrigadement républicain sur les esprits faibles a bien fonctionné !

Moi aussi, longtemps, j’ai cru à l’hérésie de la froide république avec son culte égalitariste, à l’aliénation laïque réduisant l’homme à un caillou sans Dieu, sans âme, sans éclat, sans chaleur.

Hier, manipulé par l’école étatique, on me demandait de me réjouir de la fin des rois français, à présent je pleure d’avoir été si bête de croire en cette eau plate, désacralisée qu’est la république, je pleure en m’imaginant l’affable Louis XVI affronter l’infâme “veuve à la dent dure” aux sentences si tranchantes...

Depuis deux siècles la république a fait ses preuves : ses fruits ont l’éclat trompeur des idées vénéneuses qui, comme les amanites, donnent à la soupe du citoyen de belles couleurs... Et plein d’amertume.

Bleu, blanc, rouge, c’est l’amanite républicaine.

L’immonde champignon républicain germé en terre royale.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Vive le royal caca!