mercredi 18 novembre 2015

1142 - Seigneur sans pleurs

J’aime les âmes exigeantes, les tempéraments d’acier, les coeurs d’airain, les durs-à-cuire.

Et si je suis, il est vrai, très dur avec les autres, cela ne m’empêche pas de faire preuve d’une extrême indulgence envers moi-même.

Amis et ennemis sont placés à la même distance autant de ma bourse que de ma considération. En cela j’ai le sens prononcé de l’égalité. 

A eux tous, sans distinction, je destine les mets les plus infâmes de mes banquets d’alerte grigou, pendant que je me réserve les meilleurs morceaux. Non pas par je ne sais quelle âpre, légitime et impérieuse nécessité hygiénique ou politique mais pour le pur plaisir de leur déplaire. Les actes gratuits chez moi sont toujours payants !

En attendant que mes amis deviennent mes ennemis, un processus assez rapide chez moi, je cultive les épines que demain ils mériteront chèrement.

Mon échelle des valeurs est celle des astres, non celle des castrés. Quand je brille, c’est pour tout le monde et lorsque je me couche, les chiens dorment à ma porte.

Insensible aux pleurnicheries des uns, aux peines quotidiennes et misères générales des autres; lesquelles ne me concernent en rien, je fais grand cas de mes moindres frémissements, furtives humeurs et fugaces vertiges... Et réclame la plus grande attention publique pour chacun de mes pas que j’estime dignes d’être consignés en lettres de lumière.

Je combats la souffrance, respecte la quiétude, cherche à préserver le bonheur. Du moins, les miens personnels. Très charitable à l’égard de ma personne, je suis beaucoup moins strict sur ce point pour le reste du monde.

Je prends certes grand soin de ma vie mais ne crains nullement la mort de mon entourage. En cela mon insouciance fait plaisir à voir.

Bref je suis la plus magnifique image de vertu hyper-auto-centrée et parfaitement satisfaite, un soleil de franchise aux fiers rayons de fer et de fiel, l’anti-zéro aux mille pattes en forme de 1, le modèle grandeur nature de la grandeur mature magistralement mise en peinture en ces mots avec une complaisance admirable qui fait honneur à mon nom.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=qu8wG4704KA

http://www.dailymotion.com/video/x3edz8o

4 commentaires:

Ana Theodora a dit…

"Bref je suis la plus magnifique image de vertu hyper-auto-centrée et parfaitement satisfaite"...bon je dirais que la parfaite satisfaction est plutôt un signe de nullité qu'un critère de perfection, car la perfection est toujours frustrée de perfection et garde tout le temps un intelligent "presque" devant soi....

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

C'est de l'humour féroce et il me semble que vous en manquez férocement ici...

Raphaël Zacharie de IZARRA

Ana Theodora a dit…

Il est très possible que je manque d'humour parfois. J'avais pris en considération cette hypothèse, mais mieux une critique injuste qu'un silence coupable, ne le croyez vous? Vous avez assez de gens qui vous applaudissent invariablement, comme par exemple Issa Hamad sur Facebook.

TheSubject119 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.