samedi 20 août 2016

1192 - Un enfant fier de sa maman libérée...

Je suis fier d’avoir une maman courageuse, une maman progressiste, une maman libérée !

Soucieuse de ton indépendance de femme, adepte des idées modernes, engagée dans les combats féministes, à la tête des avancées sociales, t’opposant à la fatalité de la nature, ma chère maman tu as pris une décision qui honore la patrie des Lumières !

Je t’admire pour ton acte héroïque. 

Jusqu’au bout tu as su résister aux pressions de tes adversaires, contrer les arguments ridicules des obscurantistes, supporté leurs regards réprobateurs et continué à avancer seule, sûre de tes droits inaliénables de Fille de la Liberté ! 

Tu as gravi la montagne de l’émancipation afin d’accoucher de la fleur rouge de la Révolution !

Bravo chère petite maman ! Tu incarnes en effet l’humanisme, le progrès, la droiture, la maternité protectrice, l’épanouissement et la joie de vivre...

Pauvre, pauvre petite maman chérie...

Je suis ton petit avorton, le fruit de ton IVG, l’enfant non-né jeté aux ordures.

Je n’ai jamais été aimé de toi mais moi je t’aime, ma maman chérie.

Tu m’as envoyé au Ciel et c’est d’en haut que désormais je prie pour toi, chère petite maman libérée, divorcée, homosexualisée, botoxée, gauchisée, athée, névrosée,  infectée, sidaïsée...

Oui par tes erreurs, ton aveuglement, ton égoïsme, ton orgueil ayant engendré en toi tant de souffrances à retardement, tu as gagné ma pitié et donc ton salut.

Comme un Christ rédempteur, je prends sur moi ton crime, chère maman. Depuis ce jour où tu m’as jeté à la poubelle, je prie pour que le sacrifice de cet embryon que je fus ne soit pas vain.

Je rachète ton péché, maman.

Parce qu’au nom des mirages de ton siècle tu as raté ta vie de femme, de mère, d’épouse, parce que tu t’es faite l’esclave des hérésies terrestres, je veux que tu réussisses ta vie d’ange et qu’ainsi, après m’avoir si cruellement éjecté de ton ventre, tu sois enfin avec moi pour toujours, chère maman.

Aucun commentaire: