mercredi 11 juillet 2007

752 - Les mystères de l'infortune

J'ai remarqué que certains êtres tout au long de leur existence étaient malmenés par le sort.

Malchanceux-nés, ces "damnés à durée déterminée" nous offrent le spectacle navrant -et drôle pourtant- de leur vie vouée à l'échec, à la misère, à la souffrance.

De la naissance à la mort ces gens semblent attirer à eux les malheurs les plus divers, des plus insignifiants aux plus tragiques. Combien de ces tristes cas ai-je déjà rencontré ? Ils se ressemblent à peu près tous : abandonnés dès leurs premiers jours, élevés par l'Assistance Publique, on dirait que dès leur venue au monde ils signent un pacte avec l'Adversité à partir duquel leur vie ne sera qu'une succession de tragédies, de douleurs, d'épreuves insurmontables. Comme si l'enfer les avait désigné pour cible.

Quel étrange démon les poursuit ainsi ?

Expient-ils pour des fautes graves commises en autre autre vie ? Ou bien au contraire sont-ils les jouets innocents de forces maléfiques ? Toujours est-il que quoi qu'on fasse pour les aider, les soustraire à leur sort, inévitablement ils retombent dans leur fosse à misères, définitivement mariés au malheur. On dirait qu'ils ne sont sur terre que pour pleurer, recevoir coups et blessures, déceptions, punitions.

Sinistre et comique répétition de grandes et petites douleurs... Porteurs de destins maudits, proies du hasard (funeste autant que possible), ces éternelles victimes m'étonnent toujours. La foudre tombe-t-elle en un lieu ? C'est leur tête qu'elle frappera, qu'ils soient dans le désert ou dans une foule. Vous pourrez placer un paratonnerre sur leur toit -quand ils en ont un-, le feu du ciel roussira leur front. Vous aurez beau les mettre à l'abri de toutes chutes ou accidents imaginables, le sort leur en inventera des bien tordus, des bien féroces, des inattendus, des inédits... On en rit tellement c'est tragique, répétitif, anormal.

On se dit qu'ils doivent le mériter pour être aussi persécutés, harcelés par les événements...

Ces gens pour moi sont un mystère. Ils traînent leur cancer incurable depuis des années -ou quelque maladie invalidante rarissime-, ne parviennent jamais à toucher leurs allocations de grands accidentés auxquelles ils ont pourtant droit (avec eux ça ne marche jamais, l'administration envers eux bloque toujours), se font cambrioler le peu de biens qu'ils possèdent, pour des raisons compliquées n'obtiennent aucun remboursement pour leur maison qui a brûlé alors qu'ils étaient dûment assurés, se font escroquer comme des naïfs par des banquiers, vont en prison pour des crimes qu'ils n'ont pas commis, en ressortent sans indemnité, trouvent encore le moyen de s'endetter avec des amendes pour mauvais stationnement alors qu'ils ne possèdent pas d'automobile (ni d'ailleurs de permis, ayant échoué à toutes les épreuves et examens, quand ils ont eu l'occasion de tenter leur "chance") vu qu'ils marchent avec des béquilles depuis des lustres... Etc. Etc...

L'accumulation de toutes ces calamités paradoxalement leur donne une force spirituelle proportionnelle à leur infortune. Désabusés, meurtris, déchirés corps et âme mais pleins d'espoir et d'humanité, conscients de leur malédiction et cependant inébranlables dans leur foi en un monde meilleur, ces hères foncent sans frémir vers la mort avec leurs haillons, certes persuadés de rendre l'âme dans d'affreux râles d'agonie, leur centième et dernier malheur, mais heureux de quitter cette terre de misères pour un Ciel cent fois mérité.

VOIR LA VIDEO :


https://rutube.ru/video/791e796f01652d5c4658b819a2a2e0ef/


3 commentaires:

Naturellementvotre a dit…

"Vous aurez beau les mettre à l'abri de toutes chutes ou accidents imaginables, le sort leur en inventera des bien tordus, des bien féroces, des inattendus, des inédits... On en rit tellement c'est tragique, répétitif, anormal."
Alors là je préfère parler d'état d'esprit et non de "sort".;
de plus donnez un poisson a un homme il mangera une journée, apprenez-lui à pecher il mangera toute sa vie... donc les mettre à l'abri j'y crois pas!

Naturellementvotre a dit…

"L'accumulation de toutes ces calamités paradoxalement leur donne une force spirituelle proportionnelle à leur infortune."

Alors on peut dire qu'on s'endurçit avec les épreuves mais ca dépend des épreuves!


"Désabusés, meurtris, déchirés corps et âme mais pleins d'espoir et d'humanité, conscients de leur malédiction et cependant inébranlables dans leur foi en un monde meilleur, ces hères foncent sans frémir vers la mort avec leurs haillons, certes persuadés de rendre l'âme dans d'affreux râles d'agonie, leur centième et dernier malheur, mais heureux de quitter cette terre de misères pour un Ciel cent fois mérité."

Là non, pas d'accord, ne confondez pas simple début ou vécut de dépression ou déprime pour un mode de vie, les problèmes rencontrés et/ou précités plus haut conduisent irrémédiablement vers des carences morales, affectives, financières, qui fragilisent le sujet ( la personne) ce qui l'amèneront (mais pas forcément) à une sorte de cercle vicieux, mais pas insurmontable, l'espoir existe oui, mais la vie n'est qu'espoir sinan nous n'aurions pas notre instinc de conservation.

roland a dit…

très beau texte !