dimanche 2 août 2015

1124 - Mon mépris de l'homosexualité

Je ne le cache pas : j’ai l’homosexualité en horreur.

La célébration des hyménées contre-nature m’afflige, me scandalise, me répugne. L’homosexualité m’écoeure plus que jamais en ce siècle car elle y est valorisée, honorée, sacralisée.

La danse nuptiale entre l’homme et la femme est un théâtre d’envergure cosmique destiné à enrichir le firmament de nouvelles étoiles. Cette chose sainte, saine, glorieuse ne doit pas être parodiée par des pitres stériles qui prennent leur misère pour un trésor.

Deux mêmes sexes qui se rencontrent se neutralisent. Ce qui en sort  n’est pas de l’amour mais du mensonge, du néant, du vent, des fumées nocives qui nient l’ordre universel.

Rien de plus beau que l’union d’un homme et d’une femme. Le reste n’est que perversions d’esprits corrompus, aberrations d’esthètes tordus, faiblesses de civilisations décadentes.

Le rapprochement de deux mêmes sexes est une absurdité, une anomalie, un dérèglement. Une abomination quand ce n’est plus caché mais revendiqué, lorsque la honte devient fierté, dés que le silence de la décence devient cri d’impudicité !

Les  fleurs sont faites pour recevoir les butineuses, le papillon pour voler vers le soleil, le jour pour compléter la nuit. De même, l’homme est fait pour se trouver dans la femme tout comme la femme est conçue pour attirer l’homme. Cela tombe sous le sens.

L’homosexualité est une impasse, un échec, un non-sens, une terre sans espoir où viennent s’échouer les graines malades.

Dans ce monde si confus y a les esprits malléables, les coeurs tièdes, dociles, les petits tempéraments aux réflexions molles, aux idées pré-mâchées qui sans sourciller adoptent les modes, les moeurs du moment, se laissant emporter par tous les courants, acceptent les couleurs du temps, singent leurs idoles, leurs chef ou suivent simplement les lois temporelles tels des caniches, et puis il y a les autres, les âmes intègres comme moi qui refusent d’avaler le vinaigre que certains clowns aimeraient faire passer pour du nectar

Oui j’ai l’homosexualité en horreur et je le revendique sans peur ni frein ni aucun scrupule, indifférent aux folies de l’époque, avec toute ma conscience, ma liberté et ma lumière.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=dRXdATXQGAI&feature=youtu.be

Aucun commentaire: