mercredi 5 août 2015

1125 - J'ai le malheur d'être heureux

Moi je suis heureux, satisfait, comblé. Tout en sachant pertinemment que cela est très mal vu.

Ce n’est pas de ma faute, je ne puis m’empêcher d’avoir de la lumière dans mon âme.

Je suis content de tout, même de rien. Je ris de ce qui vient ou de ce qui ne vient pas. Le meilleur reçoit bon accueil chez moi et le pire n’est jamais bien grave à mes yeux... Je ne pleure jamais sur mon sort, encore moins sur celui des autres.

Je ne vois que la beauté du Soleil, la clarté de l’aube, l’éclat des fleurs. 

J’ignore la souffrance des pauvres, des malades, des malheureux car je n’accepte de voir et de recevoir de la part des geignards, des éclopés, des verseurs de larmes que ce qui est gratuit, accessible, rafraichîssant : leur joie de vivre ou rien du tout.

On me dit sec, égoïste et ignoble parce que je préfère avaler chaque matin de ma vie un grand bol de ciel azuré, saupoudré de quelques beaux nuages blancs, plutôt que l’amère misère humaine... En réalité ce sont les gens tristes, négatifs, pleurnichards constituant ce qu’on appelle la “misère humaine” qui ne méritent pas d’être heureux. Ce sont ces mécontents qui insultent la vie, le Ciel et leurs propres parents les ayant mis au monde !

C’est plus fort que moi : même parmi les pleurs des professionnels du malheur, je suis heureux d’être sur Terre.

Seul au milieu des accablés comme une marguerite dans un champ de bouses de vaches... Et cependant ravi de vivre.

On trouvera fort indécent que j’avoue cette chose : le déballage des ténèbres de ces infortunés m’insupporte. 

Mais le plus souvent, me fait rire.

Face aux récits des calamités de ces destins noircis par la douleur, j’oppose tantôt l’eau claire de mon sourire, tantôt le feu de mon hilarité !

Quand la nuit s’adresse à moi, c’est le jour qui lui répond.

Selon bien des observateurs, je devrais au contraire me désoler pour tout ce que je n’ai pas, pour tout ce que je ne suis pas, pour tout ce que je n’ai jamais fait. Ils me plaignent et pour rien au monde n’aimeraient être à ma place. Ils considèrent ma faculté d’apprécier mon existence telle qu’elle est comme une carence.

Sauf que moi je bénis les trois gouttes de pluie qui illuminent ma journée et adresse un ou deux crachats pédagogiques aux fronts qui se lamentent d’être mouillés.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=4452w5Lv7Eg&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x310uw1

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Les gens heureux n'ont pas d'histoire

Anonyme a dit…

Superbe texte. Merci.