dimanche 8 mars 2009

833 - Tibet des émotifs

Pauvres cloches occidentales, cessez de faire sonner vos têtes creuses contre les belles et mensongères statuettes du Tibet érigées par des gourous du marketing pour des "touristes politiques" crédules !

Les tibétains sont comme nous tous, ni plus ni moins.

La plupart sont des pauvres types avec en eux toutes les nuances de beautés et de noirceurs mêlées. Chez ce peuple de mystiques d'opérettes il y a d'ailleurs la même proportion de franches crapules que chez nous.

Population essentiellement composée d'insignifiants "Dupont des montagnes", les tibétains ont parmi eux de très pervers pédophiles, d'infâmes proxénètes, des sots profonds, des assassins sans scrupule, des ignares superstitieux et des paresseux alcooliques.

Peuple opprimé par la Chine, si les tibétains étaient à la place des Chinois, ils seraient oppresseurs à leur tour.

Faut-il être naïf pour accorder une telle importance aux apparences folkloriques d'un peuple ! Pauvres, asservis, persécutés, religieux, photogéniques donc honnêtes, bons, généreux ?

Foutaise !

Que vaut l'artifice, le luxe, l'éclat d'une photo d'un tibétain au visage grave et profond face aux petites et grandes vérités sans fard dont nul objectif photographique -par définition borné- ne vient jamais restituer la crudité, la vulgarité, la bassesse ?

A l'exemple des portraits romantiques du Che ou de Rimbaud qui font rêver les éternels adolescents et les révolutionnaires puérils du monde entier, l'image que l'on donne du Tibet et de ses habitants est une image imbécile, réductrice, insane.

La réalité du Tibet est plus bête, plus méchante, plus rugueuse que le papier glacé officiel des idées reçues : elle sent le caca, a la saveur amère des fruits pas mûrs, distille dans ses célèbres sommets neigeux les airs mortels des jours d'ennui où tournent les monotones moulins à prières...

Elle est pouilleuse enfin, pouilleuse et misérable comme un bohémien analphabète, ivrogne, crapuleux qui du fond de sa roulotte déclassée croupissant sur le parking d'un village se prend pour un prince sous prétexte qu'il aligne trois fausses notes sur sa guitare déglinguée...

Vive la Chine et ses éclats millénaires !


VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x29iwod_tibet-des-emotifs-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=mAe8dadcIpo&feature=youtu.be

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Ta provoc est consensuelle, tu te fais vieux !

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

Bonjour Anonyme,

Ce texte sur le Tibet n'est pas de la stérile provocation... C'est juste l'expression lucide, sans fard de ma personnelle opinion libérée de tout conditionnement médiatique.

Cette opinion n'est pas nécessairement juste j'en conviens, elle a surtout l'avantage d'être mienne au lieu de refléter benoîtement celle des journaux dominants.

Je précise tout de même que cette opinion n'est pas non plus nécessairement fausse sous prétexte qu'elle m'est personnelle...

Raphaël Zacharie de IZARRA

Anonyme a dit…

Izarra tu ne lis pas les messages car tu prépares à l'avance dans ta tête une réponse toute faite aux réactions possibles. J'ai bien dit que ta provoc (ou ton opinion appelle ça comme tu veux) était consensuelle et non pas choquante ou fausse ! Ta réponse est donc inappropriée.


La même en plus drôle :
http://www.dailymotion.com/video/x6bp14_humour-journal-boycott-jo-pekin_fun

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

Anonyme,

Détrompez-vous, je lis scrupuleusement tous les commentaires et j'y réponds quand j'estime que ceux-ci méritent ou attendent une réponse.

Je ne cherche à être ni spécialement anti-consensuel ni absolument conformiste, bref ni noir ni blanc. Je cherche seulement à être dans le vrai.

Je souhaite être le plus juste, le plus droit, le plus lucide possible. Le reste n'est que purs enfantillages.

Celui qui croyant connaître IZARRA l'attend sottement à contre-courant des choses, celui-là se trompe.

Je ne suis pas un gourdin qui assène des coups en cherchant à faire le plus de bruit possible autour de moi, mais une flèche.

Finesse, précision, subtilité sont les meilleurs moyens de percer la carapace du mensonge, de la bêtise ou de la simple l'hérésie.

On me croit un bélier, je suis aussi aérien qu'un papillon.

Raphaël Zacharie de IZARRA