mardi 9 février 2016

1152 - Hymne à Farrah Fawcett

Farrah Fawcett, je vous respecte, vous chante et vous bénis.

Et glorieusement, du bout mon sceptre, vous fait reine de mon panthéon esthétique, stellaire, atomique autant que sidéral, ce qui au final est tout à fait cosmique il faut le reconnaître.

Farah Fawcett, vous la morte Aphrodite qui fûtes vive lune de mon ciel et solaire rayonnement de miel, de par vos cheveux d’or et votre face plus qu’aimable, je vous salue magistralement, humblement cependant, ce qui est paradoxal et même peu orthodoxe, et vous aime de toute ma plume, vous la légère, vous la blonde, vous la blanche, vous la bleue.

Je dépose à vos pieds, bien qu’ils furent épais ma foi, la frêle fleur de mon épée.

Farrah Fawcett vous aviez le front fin, franc, large. La taille mince, le corps osseux, le geste aérien. Et moi j’ai pour vous le mot choisi. Votre sourire fit merveille, mon luth est vermeil. Vous voilà aujourd’hui dans la terre, ce qui revient à dire dans l’éther.

Et moi je suis aux anges de vous savoir en âge de nager dans les nuages.

Farrah Fawcett votre image me hante, me tente et ma tante dit que vous êtes trente à être entrées dans ma tête, mais moi je dis qu’il n’y a qu’une seule Farrah Fawcett dans toute la galaxie, pas trente. Et puis je lui rétorque que dire “vous êtes trente”, autrement dit “elles sont trente” de son point de vue à elle, en parlant d’une seule, ce n’est guère français, pas syntaxiquement correct je veux dire. Voilà une anti-pirouette qui clôt bien mon paragraphe.

Bref, Farrah Fawcett je vous respecte, vous chante et vous bénis.

D’un baiser de ma bouche qui a du goût vous place en orbite autour de ma particule de fer.

Farrah Fawcett vous êtes morte et en poussière, enterrée et partie, c’est peu de le dire, mais dans vos restes et bien au-delà, je vois encore et toujours votre lumière.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=SHgAx3SYbLY&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x3r8eco


http://farrah-fawcett.blogspot.fr/2016/02/25-hymne-farrah-fawcett.html

Aucun commentaire: