jeudi 25 février 2016

1158 - Edouardo Pisani

Edouardo est un drôle de rossignol qui s’est envolé de l’Italie pour venir se poser à Paris. Avec la légèreté de ses rêves de jeunesse et la douceur de son accent natal.

Un oiseau ayant pris au fil des années un plumage ample, viril et doux qui aujourd’hui lui donne des allures christiques. Avec sa barbe de prophète, sa chevelure comme un fleuve, son regard plein de charbon, il en impose !

Cette curiosité artistique ayant connu son chant de gloire éphémère avec son fameux “JE T’AIME LE LUNDI”, avait été crucifié dés le vendredi suivant. C’était il y a bien longtemps. Depuis, le phénix a pris son essor.

Ceux qui dés le début le croyaient naïf se trompaient. Les paroles simplettes de ses chansons étaient calculées avec précision pour atteindre leur but : le coeur des hommes. Et il a réussi, en bon saltimbanque qu’il est.

Il fait sourire avec ses mots, tout en nous caressant de sa voix. Edouardo est un vrai chanteur. Mais aussi un bec subtil qui sait jouer le second degré et faire réagir le public -comme les médias- à son plus grand profil.

Cet exilé italien ayant si joliment évoqué les boulevards parisiens (“si j’avais mille euros par jour”) sait faire parler de lui à toutes les sauces : tantôt romancier (certes contesté), tantôt candidat à l’Académie Française (certes sans illusion), tantôt portraitiste (ma foi pas si mauvais que cela), et que sais-je encore, il se dresse toutes ailes déployées là où aucun prévisionniste ne l’attend !

Il est comme ça Edouardo : pur, malicieux, farceur et gentil. Un peu fragile aussi, je crois sous sa longue pilosité impériale.

Bref, sous cette apparence de vieux hibou qu’il est devenu, Edouardo est un poète. Un enfant.

Un angelot des peintures italiennes venu tournoyer dans l’azur étoilé de la France.

Et qui depuis trente ans pleure d’amour dans les rues parisiennes.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=tvORU7yGUqQ&feature=youtu.be

http://www.dailymotion.com/video/x3u7zcl

Aucun commentaire: