mardi 15 mai 2007

218 - Lettre de félicitations au député de la Sarthe

Monsieur le Député,

Il me tenait à coeur de vous féliciter chaleureusement pour votre glorieuse et magnifique réélection au poste de député. Vous avez été élevé à la dignité de grand chef. Vous voilà donc sauvé, et moi avec, au moins pour cinq ans. J'attends personnellement de cette réélection avantages et bénéfices en tous genres, notamment dans le domaine qui m'est cher : la promotion et la défense de mes privilèges nobiliaires.

Que ma particule soit vaine aux yeux de certains, et plus objectivement qu'elle soit à l'origine authentique ou bien frelatée est une chose en soi très secondaire, voire anecdotique. Le vrai problème concerne plutôt le rétablissement des distinctions et du favoritisme liés à la particule. Et ce, d'où qu'elle vienne. Égalité républicaine oblige.

Je n'ai pas voté pour vous dimanche dernier. Je n'ai d'ailleurs jamais voté pour vous. Aucune importance : je suis très heureux de vous savoir finalement là où vous êtes sans que vous ayez eu besoin de mon aide. Mon vote aurait d'ailleurs eu une valeur bien dérisoire pour le porteur de particule que je suis dans ce régime où les privilèges par la naissance sont, hélas ! bannis. Ce qui est pour me conforter dans mon présent propos : avec l'affaire que je prône, le bulletin d'un « particulé » vaudrait bien plus que celui d'un simple roturier. Ceci est un exemple concret de la pertinence du rétablissement des privilèges par la naissance.

Maintenant que vous avez été réélu, ce nouveau débat pourra s'amorcer plus sérieusement pour se poursuivre, avec sérénité je l'espère, sous les ors impartiaux, équitables, démocratiques et surtout légitimes de la République.

Dans cette heureuse perspective je vous prie de croire, Monsieur le Député, à ma parfaite considération.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2gh10r_lettre-de-felicitations-au-depute-de-la-sarthe-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=U5rmJQL12Pk&feature=youtu.be

Aucun commentaire: