dimanche 20 mai 2007

652 - Rock'n'imbécile

Depuis mon plus jeune âge j'ai toujours considéré le rock comme un phénomène musical primaire, ridicule, immature et bête conçue pour des auditeurs eux-mêmes primaires, ridicules, immatures et bêtes. Un bastringue propre à décérébrer maints troupeaux de bipèdes faibles d’esprit. Avec le temps, l'expérience, la sagesse, mon opinion s'est confortée dans ce sens.

La culture rock, puissant vecteur d'abêtissement des masses juvéniles, incarne le niveau zéro de l'intelligence, de la beauté, de l'élévation des coeurs, de l'éclairement des consciences. Violence, laideur, vulgarité, régression caractérisent cette fanfare de "singes contorsionnés", "d'andouilles bêlantes", de "perroquets hirsutes", même sous ses formes en apparence les plus inoffensives.

Les messages traditionnels de ce tapage sont des plus primitifs, archaïques, voire franchement imbéciles : baisons, cognons, crachons, détruisons, haïssons ! (Je caricature sciemment, quoique la réalité puisse être bien pire).

La sotte frénésie avec laquelle les foules en transe agitent le chef autour de leurs idoles férocement grimées, le regard plein de ténèbres, un éclair sulfureux au front, la fureur aux entrailles, la guitare électrique en guise de phallus, sorte de sceptre hurleur défiant le Ciel, m'inspire les plus tristes sentiments. Mais aussi des réactions hilares...

Comment peut-on se laisser fasciner, manipuler, influencer, conditionner, endoctriner par ce fracas tribal -pour ne pas dire démoniaque- issu des tréfonds du cervelet humain, déréglant sens, pensée, sentiments, exacerbant noirceurs de l'âme, corrompant tympans et sens de la modération, dénaturant l'homme en le faisant pantin simiesque ou chien aboyeur, détournant à son compte le sacré, inversant les valeurs fondamentales les plus élevées ?

J'ai toujours été frappé par l'apparence grotesque des chanteurs de rock. Avec leurs accoutrements entre ogres et clowns, ils sont bien les seuls à ne pas rire de leurs excès... Quant à leurs moeurs et excentricités, qu'elles soient simplement scéniques ou réellement adoptées, je ne vois qu'outrages, déviances, démence.

Rien de bien, ni de beau, ni de noble, ni de constructif.

Pour prendre l'exemple le plus anodin, le moins agressif, les Beatles, dieux vivants, ne sont à mes yeux que des ânes chantants. Certes ils chantent juste, connaissent les règles savantes de la musique, sont mondialement célèbres, mais ils ne font que du “vacarme rock” en attendant, genre brutal et dégénéré considéré à tort comme majeur. Le rock n'est à mes yeux ni plus ni moins qu'une flamme infernale, outrancière, bestiale et ouvertement destructrice, une vocifération universelle, une ignoble clameur charmant sinistres hystériques et doux idiots à laquelle on a décerné des notes de noblesses.

Car enfin le reste, la déification des stars, les concerts historiques, les millions d'adeptes embrassant la cause, c'est juste la folie des hommes.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=0BIl6x4UFAw&feature=BFa&list=FLIUNsKyn8ImmKT7XhDAeYSQ

Stéphane SAUGOULT a dit…

On ne peut rien répondre à cet article lorsqu'on lit vers la fin que même Les Beattles font du rock violent. Dès qu'on a ce postulat alors tout s'éclaircit. Il aurait fallu le dire dès le début mais on ne peut pas demander à quelqu'un d'inculte de savoir rédiger un argumentaire voire une critique. Il y a des codes et des règles mais lorsqu'on ne connait rien du monde alors on ne peut pas les suivre.
Maintenant, je sais par extrapolation que la musique classique est une musique d'illettrés puisqu'il n'y a pas de paroles. Néanmoins, je note que les rappeurs qui niquent la police ne sont ni décérébrés, ni violents.
Merci de me montrer que ma bêtise peut-être battue par celle d'autrui.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Stéphane,

La musique rock est d'inspiration démoniaque.

Toute la symbolique de cette musique est tournée vers le scandale, la destruction, la rébellion, l'inversion diabolique de certaines valeurs essentielles.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Pour Stéphane :

3 Le message subliminal

On appelle ainsi les messages qui touchent le subconscient en l'induisant à un comportement sans résistance. La technique la pllus courante, la « verbale », consiste à enregistrer les phrases à l'envers. Le père des messages subliminaux est Aleister Crowley qui est aussi le père du satanisme moderne. Quelle coïncidence sachant que les sorciers, pour jeter leurs sorts, utilisent un rythme et des messages à l'envers ! ! !

Les premiers à utiliser une telle méthode furent les Beatles dans le chant « Révolution member 9 » : « Excite-moi sexuellement, homme mort »


SOURCE :

http://la.mesange.chez-alice.fr/rock.htm

Stéphane SAUGOULT a dit…

Je dois avouer que je suis déçu.
D'abord, je ne m'attendais pas à ce qu'on me réponde car mon commentaire n'en réclamait pas et cela n'était pas nécessaire.
Ensuite, les réponses en elles-mêmes m'ont fortement déçues. Je pouvais admettre que l'article soit juste l'expression d'une opinion et donc avec peu, voire aucune, argumentation mais une réponse se doit d'être argumentée. Il n'y en a pas. Juste une énumération de mots les uns à la suite des autres pour paraître intelligent.
Enfin, je tiens tout de même à signaler que lorsqu'on cite une source, il serait judicieux d'en trouver une qui sait de quoi elle parle, ici la musique. Je cite :
"
Toute musique est composée:

-d'une mélodie (les paroles)
-d'une harmonie (les accords musicaux)
-d'un rythme (le style)"
Cela serait presque vrai sans les compléments entre parenthèses qui ne m'inspirent qu'un seul mot IGNORANCE.

Ceci étant dit, j'ai relu les paroles de la chanson "Revolution number 9", je n'y ai pas vu cette phrase que ce soit à l'endroit ou à l'envers et encore moins en français. Les Beatles écrivent en anglais, au fait. Quand on cite, on fait une citation exacte ou on ne l'a fait pas car cela donne une impression d'amateurisme et lorsque l'on est comme ici dans un discours dogmatique avec des œillères, il serait préférable d'avoir un minimum de talent en rhétorique. Surtout pour me citer un titre de chanson comprenant le chiffre 9 tout en me disant dans le commentaire précédent que le rock est d'inspiration démoniaque. Je vais le dire plus clairement pour être sûr que chacun réfléchisse bien à ces mots et la symbolique des chiffres.
Quel est le chiffre de la Bête ?
Quel est le chiffre de Dieu ?
Je vais donner deux indices pour que tout le monde puisse trouver la réponse. 1. Les couples peuvent s'amuser avec les deux ensemble. 2. C'est une des explications du nombre qu'on ne peut dépasser en dégâts de base dans les FF.

Et pourquoi poser ce pauvre Crowley comme inventeur des messages subliminaux ?
Et aussi comme père du satanisme moderne ?
Il a juste parcouru le monde à la découverte de toutes les formes d'ésotérisme qu'il pouvait rencontrer. Il en a écrit des livres condensant sa propre foi, l'expression de son agnotisme personnel. En quoi est-ce satanique ? D'un autre côté, il était humain donc il n'était pas parfait et possédait ses dépendances comme le sexe et la drogue mais cela ne le rendait que plus humain.

Je peux tolérer la foi des autres. Mais je ne peux supporter l'ignorance et la bêtise de croire qu'on peut posséder la Vérité sans même prendre le temps de la chercher et de comprendre le monde qui nous entoure. C'est avec ce genre de mode de fonctionnement que l'Eglise a empêché des découvertes scientifiques majeures.
Un rappel pour ceux qui aime cet article, la Terre n'est pas le centre de l'Univers.

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Stéphane,

Peu importe que cet article cité soit maladroit, l'essentiel est que l'idée soit exposée.

Depuis tout jeune de manière parfaitement intuitive j'ai toujours considéré la musique rock comme une moindre chose, une sorte de déchet dans la vaste production musicale humaine.

J'ai toujours trouvé puériles, stupides ces foules hystériques possédées par la musique rock lors des grands concerts.

Ca c'est pour le côté purement subjectif.

Ensuite les faits (suicides, violence, décadence), mais aussi l'étude de ce qu'est véritablement cette musique construite sur un modèle négatif (démoniaque donc) ne me donnent pas tort quant à ma position de méfiance, pour ne pas dire de mépris.

Deux mots lus dans cet article cité ont retenu mon attention car ils résument très bien ce qu'est la musique rock :un SON ORDURIER.

Je n'aurais pas pu mieux dire car c'est exactement ce que je ressens en entendant de la musique rock.

Raphaël Zacharie de IZARRA

C.M. Skyliner a dit…

Bonjour,

Après avoir lu ce billet, je me sens en devoir de réagir vis à vis tout ce qui a été dit. Afin de justifier tout mes propos et dans un souci de rendre clair ma démarche, je ferais un usage exhaustif de citations et adopterais tour à tour la démarche scientifique couplée à l'analyse de texte.
Commençons dès maintenant.

-"Depuis mon plus jeune âge j'ai toujours considéré le rock comme une musique primaire, ridicule, immature et bête conçue pour des auditeurs eux-mêmes primaires, ridicules, immatures et bêtes."
Vous commencez votre article par l'expression d'un point de vue personnel. Ceci ne me dérange absolument pas, dans la mesure où le partage, l'explicitation d'un point de vue ne peut mener qu'à l'enrichissement d'autrui.
Je répondrais à ce point de vue par un point de vue propre, en réaction à cette phrase:
-"La sotte frénésie avec laquelle les foules en transe agitent le chef autour de leurs idoles bestialement grimées [...] m'inspire les plus tristes sentiments."
Je dirais pour ma part que la sotte adoration avec laquelle les foules en transe se mettent à genoux autour de leurs idoles humainement levées m'inspire les plus tristes sentiments.
-"Comment peut-on se laisser fasciner, manipuler, influencer, conditionner, endoctriner par cette musique tribale [...] déréglant sens, pensée, sentiments [...] ?"
Comment peut-on se laisser fasciner, manipuler, influencer, conditionner par ce dogme tribal, déréglant sens, pensée, sentiments?
Mon but n'étant pas la polémique sur l'Eglise, je passerais sous silence les abus des prêtres (pourtant fidèles à leur dogme, n'es-ce pas?), véritables comportements tribaux, et irais me concentrer sur quelques faits d'actualités pour montrer que cette religion conditionne et dérègle "sens, pensée, sentiments".
Prenons le cas de la fillette de 9 ans violée par son futur beau-père, et qui est tombée enceinte suite à ces abus. Les docteurs, la fillette ont été excommuniés à cause de l'avortement pratiqué, qui était selon l'Eglise contraire aux lois divines. Cette inaction vis-à-vis des viols me fait dire que la religion protège les actes impulsifs, violents, destructeurs (ne tentez pas de minimiser l'impact psychologique d'un viol sur la personne qui le subit, car je parle en connaissance de causer et en ayant vu de nombreuses vies ruinées par de tels actes) et contraires au respect des sentiments d'autrui (doux euphémisme). En ce qui concerne le sens, rappelons juste l'intervention du précédent pape Benoît XVI affirmant "que le virus du S.I.D.A franchit les préservatifs". Un haut dignitaire religieux affirmerait donc que les virus peuvent se téléporter, ce qui est une grave violation du sens, qui plus est sans fondement aucun. Poursuivons sur les dignitaires religieux avec tout les négationnistes, qui défient la pensée, le sens et bafouent les sentiments de victimes en affirmant que les camps d'exterminations pour ethnies n'ont jamais existé. Toutes ces histoires m'inspirent une phrase que vous avez vous-même prononcé:
-"Rien de bien, ni de beau, ni de noble, ni de constructif"
-la guitare électrique en guise de phallus, sorte de sceptre hurleur défiant le Ciel"
Je n'avais jamais vu la guitare comme symbole sexuel avant, mais grâce à cette intervention brillante, faut-il comprendre que tout objet plus long que large doit être considéré comme symbole sexuel? Dans ce cas, les chevaliers partant en Croisade emportaient tous avec eux une épée, symbole sexuel évident, car (poursuivons le parallèle) la Croisade n'a pour but que de répande la débauche et la mort, tout comme le rock. Si une telle assertion vous choque, sachez que vous êtes le premier à en employer.

C.M. Skyliner a dit…


Mais, peut-être n'êtes vous pas convaincu par de tels arguments. Je vais en déployer un autre. Parlons des Litanies pour orgue de Jehan Alain. Qui déclare lui-même à propos de son oeuvre: « Quand l'âme chrétienne ne trouve plus de mots nouveaux dans la détresse pour implorer la miséricorde de Dieu, elle répète sans cesse la même invocation avec une foi véhémente. La raison atteint sa limite. Seule la foi poursuit son ascension. » [http://fr.wikipedia.org/wiki/Litanies]
L'auteur de cette musique reconnait lui-même que la religion pervertit l'âme et limite la raison, le sens, et la pensée.
-"La musique rock est d'inspiration démoniaque."
-"Peu importe que cet article cité soit maladroit, l'essentiel est que l'idée soit exposée. "
Non, peut n'importe pas. Vous parlez sans connaitre, exprimez un point de vue qui est peut-être le vôtre, mais surtout celui d'un homme parlant de quelque chose qu'il ne connait pas.
Prenons le groupe de rock The Verve. Leur apparence est-elle celle de singes, d'ânes ou de perroquets? http://www.deejaylink.com/images/upl/the-verve20081207161117.jpg
Numbness, de The Verve (disponible à l'écoute ici https://www.youtube.com/watch?v=NuJCztz2DDg) est-elle une musique violente, ridicule, primaire? Pouvez-vous voir une frénésie infernale s'emparer d'une foule qui abandonnerait son "sens de la modération" (même si, comme évoqué précédemment, les personnes qui selon vous seraient les plus attachées au Ciel supportent les comportements sans modération et bafouent la raison)?
Si oui, je vous conseillerais d'appliquer cette même sensibilité face à la religion, car les faits sont là également, et bien plus graves que le simple plaisir d'écouter un riff de guitare, même si celle-ci a vaguement la forme d'un phallus.