mercredi 16 mai 2007

351 - La rue Bruyère

Par curiosité cette nuit je me suis déplacé jusqu'à la rue Bruyère au Mans, à deux pas de chez moi. La raison de cette excursion citadine est certes peu avouable : le 6 de la rue Bruyère fut le lieu du double crime des soeurs Papin en 1933. Que vous répondrais-je ? Qu'il faut bien satisfaire les petites noirceurs de l'âme humaine... Que celui qui ne s'est jamais repu du spectacle de la tôle froissée me jette la pierre.

J'ai découvert un quartier cossu avec de la pierre auguste, des trottoirs nets, des toits élevés : le règne de la bonne bourgeoisie provinciale. La rue Bruyère est large, imposante et débouche magnifiquement sur le parc de la ville, en contrebas. Elle est longée de hauts murs d'aspect austère qui protègent les nantis des regards. Cet univers feutré est plongé dans une torpeur mortelle. Cependant les demeures superbes donnent aux lieux un charme certain. Une atmosphère hautaine et désuète hante la rue.

Conquis par tant de grâces bourgeoises, j'en oubliais les soeurs Papin. J'aimais ces murs épais entourant l'élite mancelle. Derrière, je devinais des trésors de marbre, des asiles divins : parcs privés, jardins sous verrière ou cours pavées de luxe. Le tout mêlé de moeurs élégantes.

Les soeurs Papin étaient à ce moment vraiment loin de mes pensées... Tout à mes émois architecturaux, je flânais de longues minutes, attentif à l'ambiance, l'oeil musard. Dans la rue, pas un chat. Silence nocturne parfait.

Soudain, un cri.

Je sursaute, cherche autour de moi, inquiet, et constate avec effroi que je viens de passer juste devant le numéro 6 de la rue.

Les soeurs Papin !

Aucun commentaire: