lundi 14 mai 2007

23 - Le prince que je suis

Je suis le plus bel oiseau de ces lieux, l'unique albatros de cet espace de libre expression. Ma plume admirable et mon aile majestueuse confèrent à ma personne autorité, dignité et infinie élégance. Mes détracteurs sont des corbeaux jaloux de mon éclat. Et les gracieuses colombes planant dans mon sillage, mes disciples.

Je détiens quelque chère vérité, certain secret des arts, possède la science de l'amour. Pétri de noblesse, je me prétends défenseur des belles causes, de ma particule et des femmes laides, mais surtout des jolies filles, et ma plume est prolongée par le fer vengeur et justicier d'une infaillible épée. Ces deux flammes vives sont inséparables chez moi : plume et épée forment mon double panache.

Je suis l'ennemi de la populace, l'ennemi du vulgaire, l'ennemi de la bassesse. Cependant je protège et défends indifféremment les faibles, les veuves, les orphelins, les beaux sangs comme les têtes communes, les nantis comme les déshérités, les poètes comme les bourgeois, les joliment chaussés comme les va-nu-pieds.

Je vole également au secours de ceux qui forment la vaste roture de ce monde. Une fois extraits de leur fange, je tente de les élever jusqu'à ma hauteur. Et s'ils s'ingénient à demeurer dans leur aveuglement, je me permets d'exercer contre eux l'acier de mon art. Pour certains, ce sera celui de ma plume, pour d'autres, celui de mon glaive.

Je suis un authentique chevalier, un prince dans l'esprit, un guerrier des belles causes, un albatros, un ange tout de plume et d'épée.

Nul ne saurait accéder à ce degré de gloire où à la force de l'âme je suis parvenu. En qualité, noblesse et coeur qui peut se targuer de me valoir ? Comme l'astre roi, je suis unique.

1 commentaire:

Clown Auguste a dit…

On entreprend un sondage sur la vie de couple.
On pose a plusieurs hommes la même question" Que préfériez-vous? Avoir une compagne/épouse ou une amante?"
Le travailleur répond " Une compagne, bien sur, car ça m'offre une respectabilité que je n'aurais pas autrement, la stabilité d'une vie calme, confortable, sans surprise, sans effort et sans danger. C'est reposant, quoi... ."
L'intellectuel dit: " Je préfère une amante, car ça me donne le vrai amour désintéressé l’émotion, des sensations inoubliables, toute la joie d'un coeur qui bat vraiment en me regardant. C'est enivrant, quoi... "
Un Prince , planté depuis des jours devant son ordinateur fait ce troublant aveux : " Il est idéale d'avoir et une compagne et une , voir plusieurs amantes. En cet instant, précisément ma compagne sait que je suis avec l'amante, l'amante sait que je suis avec ma compagne. Ma compagne brûle de jalousie comme si c’était une amante, mon amante reste sage, humiliée et sans prétentions, écoeurée, comme si c’était ma compagne depuis des lustres. Moi, je peux rester devant l'ordi tant que je veux, sans être embêté... C'est la liberté izarrienne quoi..."