mardi 15 mai 2007

58 - Loqueteux et stellaire

Lettre écrite à un vieux paysan sarthois déphasé, mi-chouette, mi-chouan.

PAYSAN DE LUNE

Mon cher Monsieur Diard,

Savez-vous, Monsieur Diard, que le chemin qui mène au «Clos Chauvin» est un joli poème où les âmes délicates viennent s'enivrer du bon air qui y règne ? Moi je vous le dis, votre demeure me fait songer à un refuge, un jardin secret hors du temps et du monde. Une espèce de paradis terrestre où hommes, plantes et bêtes vivent en harmonie. Comment peut-on se priver de ce paradis-là ? Ouvrez-moi la porte de ce havre de paix qu'est le «Clos Chauvin», j'ai besoin de respirer l'herbe et le foin de vos prés, besoin de sentir souffler le vent de l'aventure intérieure, besoin d'entendre les chants mystérieux de la nature, préservée chez vous comme dans l'Arche de Noé.

J'aime votre côté rustique Monsieur Diard. Vous êtes sain, simple, un berger à l'état brut qui sent bon la terre, le feu et les bois. Tout droit sorti d'un livre de Balzac, vous êtes un vrai personnage de roman, passionnant. Moi je sais apprécier votre présence. Auprès de vous je me ressource. Vous ne le savez pas, mais vous êtes un poète, un paysan romanesque, un héros de la terre.

J'aime votre face éternelle dans le vent, votre front subtil sous les rides, vos sentences paysannes pleines de fraîcheur et de bon sens.

Vous êtes un poète qui s'ignore Monsieur Diard. Souvent je rêve du «Clos Chauvin» avec nostalgie, je me remémore les soirs d'été passés chez vous au clair de lune, j'imagine des étoiles nouvelles qui brillent au-dessus des champs entourant votre domaine. J'ai le mal du pays, ce pays qui est le vôtre et qui est fait de pâtures et d'arbres, de foin et de paille, de chants joyeux et de liberté. J'envie les oiseaux qui nichent sous votre toit. Heureuses créatures d'un éden qui se trouve à deux pas d'ici ! Laissez-moi rendre hommage au «Clos Chauvin», puisque vous semblez ignorez la poésie qui règne chez vous. Je m'empare de la lyre à votre place et vous destine ses plus beaux accords.

Vous êtes un bien noble paysan Monsieur Diard, et je ne crois pas que quelqu'un aime aussi durement, aussi tendrement et aussi vaillamment la terre que vous. Vous êtes un exemple pour la jeunesse citadine, un père pour ceux qui ignorent les secrets de la terre. Vous tracez le frais sillon et moi je vous suivrais volontiers les yeux fermés, car je suis sûr que lorsque vous allongez le pas sur la terre, vous allez toujours droit comme tous les vrais amoureux des champs.

Je n'oublierai jamais votre silhouette austère sous le vent d'automne, ni votre habit de misère aux heures froides de la triste saison, ni votre ombre cheminant sur les routes au crépuscule lorsque vous revenez des champs juché sur votre antique vélo. Personne ne peut oublier un homme si sage, si libre, si noble. Vous avez le ciel avec vous Monsieur Diard. Et les anges, les étoiles et les oiseaux de nuit vous accompagnent durant votre sommeil, toujours paisible. Et à votre réveil le matin, c'est pour vous que brille le soleil et que souffle le vent.

Au revoir Monsieur Diard, à bientôt.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/40af77e0af374e502cb67c3305ba83c3/

Aucun commentaire: