dimanche 20 mai 2007

622 - Tristes médiocres

Gens de peu, esprits de rien, âmes pauvres, têtes vides, coeurs indigents, médiocres de toutes conditions, abrutis de toutes origines, tristes gens qui ne pensez pas plus haut que vos fronts mous, je vous destine ces mots durs.

Vous les méritez.

Je vous envoie à la face ces éclats de vérité, vous les ternes mortels qui n'avez jamais connu autre chose de mieux dans l'existence que vos petits dimanches aux bistrots, de plus sublime que vos fraternités syndicales, de plus brillant que vos horizons terrestres entre juillet et août. La mort vous inspire des réflexions d'épiciers, des sentiments de carreleurs, des terreurs de petits épargnants : vous ne vous souciez que de la validité de votre assurance-vie, des termes de votre contrat-obsèques, de la qualité matérielle de votre stèle bon-marché...

L'apothéose de votre vie se résume aux mensualités d'une longue, placide, stérile retraite.

Vos plus chères aspirations de ruminants bipèdes se bornent à l'achat de quatre petits murs de parpaings entourés d'une petite haie taillée au millimètre avec un petit garage au sous-sol pour y ranger votre petite voiture. Un petit carré de bonheur pré-fabriqué que vantent vos prospectus (que vous lisez scrupuleusement !) afin d'y passer votre petite vie de petits vieux frileux. Votre littérature, c'est le magasin alimentaire de la zone industrielle à deux pas de vos quatre petits murs de parpaings-bonheur... Vos espérances de cotisants à la Sécurité Sociale, c'est de gagner au LOTO.

Vos autres idéaux, plus accessibles, c'est la niche du chien, la canne à pêche, l'héritage...

La mort ne vous tourmente nullement : vous avez toutes les assurances qu'il faut pour ne plus vous en soucier... Vous voilà rassurés puisque vous avez pris vos précautions en cas de "malheur". La vie ne vous émerveille pas plus que ça : vous avez bien mieux que les forêts et les étoiles étant donné que vous êtes abonnés à la télévision par satellite... Votre paradis défile à heures fixes sur votre écran, aussi plat que votre existence.

Anonymes endormis, habitants sclérosés des villes sans nom, vous qui êtes satisfaits de vos destins indolores, vous les insignifiants, vous les citoyens sans histoire ni imagination, vous les automobilistes convaincus, vous les paresseux du coeur et de l'esprit, que ces mots salutaires ne vous épargnent surtout pas.

Qu'ils vous percutent en plein "bonheur" temporel où vous pataugez depuis votre naissance afin que la prochaine rayure sur votre voiture ou l'anniversaire de votre caniche deviennent des causes secondaires et que l'essentiel ne passe plus par votre parabole de télévision ou par les compartiments de votre réfrigérateur mais par les fibres éthériques de votre être définitivement éveillé.

En attendant ce jour je continue, inlassable, de vous répéter ces mots.

Vous qui avez lu ce texte avec irritation, vous qui n'avez pas supporté de me lire, vous qui vous êtes sentis agressés à travers ma plume : vous êtes précisément les tristes médiocres qu'avec férocité je viens de railler.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/2094ccefe86c28beda57ccc5c9f412d8/

http://www.dailymotion.com/video/x2l4oo0_tristes-mediocres-raphael-zacharie-de-izarra_school

Aucun commentaire: